Malgré le retrait de l’âge pivot, les opposants à la réforme des retraites ont mené un nouveau blocage à Cestas
Brèves  Economie  Société 

Malgré le retrait de l’âge pivot, les opposants à la réforme des retraites ont mené un nouveau blocage à Cestas

Dans la nuit de dimanche à lundi, ils étaient 200 à la zone industrielle de Pot au Pin à Cestas visant cette fois-ci l’entrepôt de Cdiscount.

Le rendez-vous était donné à 21h à deux endroits différents de l’agglomération, mais l’objectif était le même. Dans la ligne de mire des militants opposés à la réforme des retraites, se trouve ce dimanche soir la zone industrielle de Pot au Pin à Cestas. La zone d’activités est un lieu stratégique qui emploie près de 5000 salariés et où se trouve notamment l’entrepôt logistique de l’entreprise Cdiscount.

Parmi les militants mobilisés, les étiquettes étaient particulièrement variées ce dimanche soir (EB/Rue89 Bordeaux)

Initié par des militants du syndicat FO transport et des gilets jaunes, c’est le neuvième blocage économique girondin depuis le début de la mobilisation. Alors que certaines actions avaient à peine mobilisé quelques dizaines de volontaires, celle-ci, avec près de 200, a un petit goût de victoire.

Visiblement, le discours la veille du Premier ministre, Édouard Philippe, et l’annonce du « retrait provisoire » du dispositif d’âge pivot n’a pas convaincu. Autour du feu, Davidov, un cheminot non syndiqué d’une quarantaine d’année n’est pas étonné du regain de mobilisation :

« Ce n’est pas l’âge pivot qui compte, c’est le reste. Les annonces, les négociations, c’est juste une façade. C’est le projet entier qu’il faut retirer. On est deux à trois fois plus nombreux que la semaine dernière, c’est dire ! » 

Comme lui, des cheminots de Sud Rail et de l’Unsa Ferroviaire, mais aussi quelques étudiants et ex-salariés de chez Ford se sont joints à l’initiative. Et leurs avis sur les annonces récentes du premier ministre sont unanimes.

L’arbre qui cache la forêt

Une analyse dans le sens de laquelle abonde le député de la France insoumise Loic Prud’homme, venu soutenir les manifestants.

« C’est un enfumage de plus d’Édouard Philippe pour nous faire croire qu’il négocie. Mais c’est l’arbre de l’âge pivot qui cache la forêt de la baisse des pensions. C’est l’objectif écrit en toutes lettres. C’est de plus une mini clause du grand père qui concerne les gens qui vont partir entre 2022 et 2027. Ça ne change rien pour les autres. »

Contrairement aux blocages ayant eu lieu à Bassens, ce soir, la plupart des camions ont été déroutés par les forces de l’ordre en amont du barrage des manifestants (EB /Rue89 Bordeaux)

« La suspension de l’âge pivot c’est un non événement, surenchérit Philippe Poutou. Il ne faut pas qu’on passe trop de temps à commenter le pouvoir mais qu’on trouve les moyens de se renforcer et faire la bascule. » 

En effet, beaucoup d’interrogations sur les moyens pour maintenir la mobilisation. L’ancien ouvrier de Ford Blanquefort et porte-parole du NPA ajoute :

« On est toujours partagé entre un mouvement qui nous surprend, qui est diversifié, qui fait réfléchir et nous interpelle et de se questionner pour savoir si malheureusement il va s’éteindre comme les autres… C’est la masse qui nous manque. »

A 2h du matin, et dès les premières sommations de la gendarmerie, le blocage est levé.

L'AUTEUR
Eloïse Bajou
Journaliste formée à l’École de journalisme de l'IUT de Tours (EPJT), passée par l'AFP et RFI, photojournaliste au sein du collectif Macadam Press et ex-professionelle de santé dans le social.

En BREF

Un refuge pour les sans domicile et leurs chiens à Darwin

par La Rédaction. 1 933 visites. Aucun commentaire pour l'instant.

Alerte sur des troubles cardiaques liés à la chloroquine en Nouvelle-Aquitaine

par La Rédaction. 2 168 visites. 7 commentaires.

Confinement : ça sent le fumier à Bordeaux et ce serait vachement bien

par Walid Salem. 53 032 visites. 6 commentaires.