Une contamination au Coronavirus chinois confirmée à Bordeaux
Société 

Une contamination au Coronavirus chinois confirmée à Bordeaux

Trois premiers cas de contamination au coronavirus importé de Chine viennent d’être diagnostiqués en France, deux à Paris et un à Bordeaux. Ce sont les premiers en Europe. 

Les précautions à prendre

Pour le moment, on sait peu de choses sur la transmission du virus et aucune mesure de précaution spécifique à la prévention contre la contamination au Virus 2019-nCov en France n’a pour le moment été publiée. Les autorités soulignent cependant l’efficacité des « mesures barrières » générales, telles que l’usage de mouchoirs jetables et le lavage régulier des mains. Des recommandations à l’intention des voyageurs qui reviennent de Chine sont également disponibles. En cas de symptômes d’infection respiratoire dans les 14 jours suivant le retour, il est recommandé de porter un masque chirurgical en cas de contact avec d’autres personnes et de contacter rapidement le 15.

L’alerte a été lancée sur les réseaux sociaux voici quelques heures. Elle vient d’être confirmée par Agnès Buzyn, la ministre des Solidarités et de la Santé : le patient pris en charge par SOS médecin à Bordeaux dans la journée de jeudi est bien contaminé par le coronavirus chinois.

L’homme, âgé de 48 ans, dit avoir séjourné à Wuhan récemment, ville chinoise où le virus a été signalé pour la première fois. Originaire de Chine, il a transité par les Pays-Bas avant d’entrer en France le 22 janvier. Après son examen par SOS médecin, il « a été admis au CHU de Bordeaux dans le service du professeur Malvy, un expert mondial des maladies infectieuses à haut risque », déclare dans un communiqué de presse Nicolas Florian, le maire de Bordeaux.

L’édile, qui s’est voulu rassurant sur twitter, ajoute :

« Je suis en contact étroit avec les équipes de madame la préfète et des autorités sanitaires, à qui je fais toute confiance. Je reste prêt à prendre toutes les mesures qui s’imposeraient dans la ville, même si pour l’instant il n’y a aucune raison de s’alarmer. »

En cas de doute, composez le 15

Le coronavirus 2019-nCov se manifeste par un syndrome pseudo-grippal avec des maux de tête, des douleurs musculaires ou de la fièvre et, dans un deuxième temps, une toux, des crachats ou des difficultés respiratoires. Autant de symptômes passant facilement inaperçus en pleine période d’épidémie de grippe.

Après interrogatoire du patient, le médecin avait cependant décidé de mettre le patient en isolement absolu et de contacter les services d’urgences. 

En cas de doute, ni urgence, ni médecin traitant : une procédure spécifique est en effet mise en place au sein du Samu Centre 15 et le CHU de Bordeaux est référent en Nouvelle-Aquitaine. L’hôpital Pellegrin dispose ainsi d’une équipe d’une cinquantaine de personnes spécialement formées à la gestion de patients suspects et de six chambre d’isolement munies de sas à pression négative permettant d’accueillir des patients contagieux. 

Tous les patients suspectés d’être infectés par le coronavirus seront orientés vers l’hôpital Pellegrin (DR)

Les mode de transmission et la période d’incubation du virus demeurent en effet toujours inconnus, ce qui rend complexe la mise en place de mesures de prévention. Selon l’Inserm, il est cependant probable qu’il soit similaire à celui des autres coronavirus humains, avec une transmission par voies aériennes ou après un contact avec des surfaces fraîchement contaminées par des sécrétions. Les risques qu’un individu contaminé arrive en France sont quant à eux estimés entre 5 et 13%.

La Chine en quarantaine

A l’échelle internationale, la situation inquiète. Le 2019-nCoV appartient en effet à la famille des coronarovirus, connue du grand public par le SRAS (syndrome respiratoire aigu sévère) qui avait causé la mort de 774 personnes dans le monde à l’hiver 2002-2003.

Selon Pékin, le bilan humain s’élève ce vendredi à vingt-six morts au total dont un deuxième cas en dehors de la zone Wuhan, pour la plupart des personnes âgées à l’état de santé altéré. Signalé au mois de décembre dans la métropole de Wuhan, à 800km à l’est de Shangaï, le nouveau coronavirus aurait ainsi contaminé de plus de 800 personnes en deux mois.

Le marché de Wuhan fermé après la détection du nouveau coronavirus. (cc Wikipedia/Systema 12)

Des cas de contamination ont par ailleurs été rapportés dans 7 autres pays d’Asie : à Hong Kong, à Macao, à Taïwan, en Corée du Sud, au Japon, en Thaïlande, à Singapour et au Vietnam. Deux cas ont également été détectés aux Etats-Unis.

Les aéroports en alerte

Interrogée à la sortie du Conseil des ministres ce vendredi, la ministre de la Santé Agnès Buzyn a affirmé que « le risque d’importation depuis Wuhan est modéré ». Par mesure de précaution les liaisons de l’aéroport de Wuhan ont été temporairement fermées. Le dernier vol Air France en provenance de Wuhan a ainsi atterri hier midi, jeudi, à Roissy. Un dispositif d’information a également été mis en place dans tous les aéroports français pour les voyageurs en provenance de Chine.

L’Organisation mondiale de la santé a de son côté reconnu « l’urgence » de la situation en Chine mais a jugé qu’il était « trop tôt » pour parler « d’urgence de santé publique de portée internationale ». 

L'AUTEUR
Eloïse Bajou
Journaliste formée à l’École de journalisme de l'IUT de Tours (EPJT), passée par l'AFP et RFI, photojournaliste au sein du collectif Macadam Press et ex-professionelle de santé dans le social.

En BREF

« Le poison de votre mandat » : les candidats girondins interpellés sur les pesticides

par Walid Salem. 472 visites. Aucun commentaire pour l'instant.

La justice ne stoppe pas la déviation du Taillan

par Simon Barthélémy. 1 848 visites. Aucun commentaire pour l'instant.

Bordeaux Métropole valide un ambitieux plan pour le logement étudiant

par Simon Barthélémy. 1 432 visites. Aucun commentaire pour l'instant.