Alexandre Ribeiro, handicapé physique, brigue le fauteuil de maire à Cenon
Politique 

Alexandre Ribeiro, handicapé physique, brigue le fauteuil de maire à Cenon

A partir de ce lundi et jusqu’au 27 février, commence le dépôt officiel des candidatures pour le premier tour des municipales. Un candidat « ovni » s’apprête à le faire : Alexandre Ribeiro. Il a créé sa page en mars 2018 et s’est adressé aux Cenonnais sans se dévoiler. En janvier, il révèle son identité pour un appel à le soutenir dans sa course aux municipales de Cenon. Il est en situation d’handicap depuis sa naissance. Rencontre.

« Je m’appelle Alexandre Ribeiro, j’ai 27 ans, je suis français, né de parents portugais. Je suis diplômé d’un BTS de comptabilité, et je suis jeune papa d’un petit garçon de trois ans. Je suis en situation de handicap depuis ma naissance, j’ai des difficultés à m’exprimer à l’oral et à marcher. J’habite à Cenon depuis 5 ans. »

Sa situation ne décourage pas ce jeune militant passé par la France insoumise lors des élections présidentielles, avant de tourner le dos à ce mouvement « entré dans le jeu et le système politique ».

Après son engagement dans plusieurs combats, notamment contre la loi Elan et l’abaissement du seuil de logements accessibles aux handicapés dans le neuf, Alexandre Ribeiro se jette dans la politique par la grande porte. il est candidat à la mairie de Cenon pour 2020 avec la liste Cenon en commun.

« Voilà bientôt trois ans que je suis de toutes les manifestations : contre la loi travail, les grandes marches pour le climat, la lutte contre la fermeture de l’usine Ford Blanquefort, le mouvement Gilets jaunes et actuellement, les manifestations contre la privatisation des retraites. Je constate que cela ne fait pas avancer les choses… Bien au contraire cela divise. Je pense que le seul moyen de changer les choses et de prendre le pouvoir pour appliquer nos revendications. »

Alexandre Ribeiro, tête de liste de Cenon en commun (DR)

Le handicap exclut

« Vivre dans une société plus juste et attentive est l’objectif que je veux défendre », explique le jeune candidat sur sa page facebook. Il ajoute :

« La liste Cenon en commun se revendique autonome et sans soutien d’appareils politique. […] Elle n’est soutenue par aucun appareil politique. C’est une liste plurielle, clairement de gauche. Elle reflète très bien mon petit parcours de militant car elle est constituée des militants du groupe local de la France insoumise, des Gilets Jaunes, des syndiqués et des citoyens non encartés et tout simplement en colère. Nous avons même un communiste alors que son parti se représente avec le PS. »

Avec certains de ses colistiers déjà dévoilés – Agnès Durou, Jorge de Quieroz, Katia Raimbault. Jurgen Genuit – il promet « de parfaire, un meilleur vivre ensemble » dans une « société où l’individualisme et le néo-libéralisme croissent de manière aveugle au détriment du bien commun, de la solidarité et du lien humain ».

Alexandre Ribeiro s’appuie sur sa propre expérience où il dit ne pas avoir eu « un seul entretien d’embauche du fait de [son] handicap » :

« Il ne faut pas se voiler la face, le handicap exclut. »

« Pas de diplôme de maire »

Le jeune candidat est conscient des obstacles « vu [sa] situation physique » :

« Ma candidature est accueillie comme un ovni. C’était un peu l’objectif en étant tête de liste… Je pense que beaucoup de personnes n’y croient pas encore. Je dérange beaucoup. Ce qui explique que certains médias écartent totalement ma candidature. Elle est un acte politique en elle même et casse les codes et normes imposés par la société, ça tombe bien car cela reflète très bien notre programme en quête de justice fiscale, sociale, environnementale et de démocratie horizontale. »

La protection de l’environnement, la totale transparence des élus, et l’assurance à « chaque terrien d’avoir une place digne dans cette société », Alexandre Rieiro en a fait les trois fondements de sa campagne. Confiant et armé d’espoir, il souligne qu’ « il n’y a pas de diplôme d’élus ou de maire » et compte sur « l’enthousiasme et le bon sens ».

Quand on lui demande comment il compte mener sa campagne, il concède qu’ « avec [son] handicap, les réseaux sociaux lui permettront d’aborder les gens plus facilement ». Mais il ajoute que lui et son équipe restent « attachés au réel » à travers « des assemblées citoyennes organisées tous les jeudis soirs » détaillées sur page facebook et des tractages permettant aux membres de son collectif de rencontrer les habitants de Cenon.

« Cenon en commun » s’attaque à un bastion socialiste : le maire sortant, Jean-François Egron, candidat à sa réélection, a succédé à Alain David depuis l’élection de ce dernier à l’Assemblée nationale. Une autre liste en piste est conduite par Fabrice Moretti, un ancien de la majorité municipale, qui se présente comme candidat sans étiquette, mais soutenue notamment par le Modem. Christine Héraud, conseillère municipale du NPA, devrait aussi se représenter avec une liste anticapitaliste. 

L'AUTEUR
Walid Salem
Walid Salem
Une idée lui traverse l'esprit en 2013 et voilà que vous y êtes. Il espère faire de vous un fidèle abonné (le lien est dessous).

En BREF

« Le poison de votre mandat » : les candidats girondins interpellés sur les pesticides

par Walid Salem. 499 visites. Aucun commentaire pour l'instant.

La justice ne stoppe pas la déviation du Taillan

par Simon Barthélémy. 1 901 visites. Aucun commentaire pour l'instant.

Bordeaux Métropole valide un ambitieux plan pour le logement étudiant

par Simon Barthélémy. 1 458 visites. Aucun commentaire pour l'instant.