Des drones pour contrôler les entorses au confinement en Gironde
Brèves 

Des drones pour contrôler les entorses au confinement en Gironde

En ce début de week-end pascal, afin de veiller au respect des mesures de confinement contre l’épidémie de coronavirus, la préfecture de la Gironde a annoncé ce vendredi le renforcement des contrôles de police et de gendarmerie, qui s’appuieront notamment sur l’utilisation de drones.

Alors que des températures estivales sont attendues dans la région, 4 drones en zone gendarmerie, et 3 en zone police (Bordeaux Métropole et Arcachon) survoleront ainsi prioritairement les lieux de promenade et de rassemblement potentiel : les plages, les bois, les abords de lacs et plans d’eau.  

« Les drones nous permettront de contrôler certaines berges, notamment sur la rive droite à Bordeaux, ou des parcs soit disant fermés mais dont certains ne s’interdisent pas de franchir les barrières », indique Patrick Mairesse, directeur départemental de la sécurité publique.

Les engins sont « équipés de caméra mais aussi de micro permettant de diffuser des messages préenregistrés ou d’interpeller directement les personnes », précise le DDSP. Des équipes à proximité pourront se déplacer pour verbaliser si nécessaire, ajoute-t-il.

Avec la mise à disposition depuis lundi dernier d’une attestation de déplacement numérique, en attendant StopCovid, une appli destinée à tracer les malades après le déconfinement, les moyens de contrôle high tech continuent donc à se déployer.

Des corbeaux aussi

Si la préfecture cesse de communiquer sur le nombre de verbalisations, elle indique néanmoins que celui-ci reste stable, et que la population respecte globalement le confinement.

« Il n’y a pas de confinement à deux vitesses », balaye Olivia Poupot, commandante du groupement de la gendarmerie de la Gironde, interrogée par une journaliste sur le sentiment qu’aurait une partie des gens « qui respectent le confinement alors que d’autres font des rodéos, des barbecues ou des matchs de foot » – dixit la consoeur. 

« Les incivilités d’avant le confinement, on les retrouve aujourd’hui, mais elles agacent davantage les gens qui s’astreignent à rester chez eux et voient d’autres personnes qui n’en ont cure, poursuit la colonelle Poupot. Nous recevons certes énormément d’appels, autant qu’en période estivale, dont beaucoup d’ordre pratico-pratique, mais pas forcément pour signaler que des voisins ne respectent pas le confinement. Et quand on se déplace suite à des plaintes, il arrive que la perception des gens ne soit pas conformes à ce qui nous a été dit ».

Les pires excuses

Parallèlement, le confinement a entraîné une forte baisse de la délinquance constatée lors de la deuxième quinzaine de mars, de l’ordre de 30% en zone gendarmerie, et de 27% en zone police. En revanche, les violences conjugales ont bondi, avec des hausses de 21% à 30% des interventions des forces de l’ordre, confirmant la tendance observée la semaine précédente.  

« La multiplication des contrôles et le quadrillage de la zone a gêné les mouvements de délinquants », souligne le colonel Olivia Poupot, de la gendarmerie de la Gironde. Si les cambriolages à domicile ont dégringolé, poursuit-elle, ceux visant les commerces sont en revanche stables. 

Dans la série des pires excuses rapportées par la police lors de ses contrôles : un automobiliste flashé à 129 km/h au lieu de 70 a expliqué se dépêcher car il n’avait qu’une heure pour faire ses courses. Et une personne interpellée avec une savonnette de haschisch a indiqué qu’elle faisait ses provisions pour la semaine afin de limiter des déplacements.

L'AUTEUR
Simon Barthélémy
Simon Barthélémy
Journaliste, rédacteur en chef de Rue89 Bordeaux

En BREF

Rassemblement en mémoire de l’enseignant assassiné ce dimanche à Bordeaux

par La Rédaction. 1 445 visites. Aucun commentaire pour l'instant.

L’appli « Tous anti-Covid » pour tous les étudiants en santé de Bordeaux ?

par Simon Barthélémy. 519 visites. Aucun commentaire pour l'instant.

Philippe Poutou, héros d’un clip rock de The Hyènes

par La Rédaction. 1 611 visites. Aucun commentaire pour l'instant.