Enquêtes et actualités gavé locales

Elan de solidarité pour l’atelier Remuménage

Le 19 mai dernier, l’atelier Remuménage s’est fait cambrioler son espace cyclo-logistique basé dans le quartier Saint-Michel. Vélos, batteries, ou encore ordinateurs envolés, c’est les outils de travail qui ont disparu. Sa situation a ému les Bordelais qui se mobilisent pour venir en aide.

Cet article est en accès libre. Pour soutenir Rue89Bordeaux, abonnez-vous.

Livreur de l'Atelier Remue-Ménage

Wiame Benyachou, directrice de l’association Remuménage, est encore sous le coup de l’émotion :

« Se faire voler son outil de travail, ça met vraiment en colère, on ne peut pas comprendre ça. Nos activités sont à l’arrêt et des emplois sont menacés. » 

Association et entreprise d’insertion, Remuménage est mise en difficulté pour la continuité de ses activités solidaires et écologiques. Avec ce cambriolage ce sont pas moins de 9 vélos électriques qui ont disparu.

Corporation solidaire

La directrice de l’association estime le montant des pertes entre 58000 et 70000 euros :

« Il ne nous reste que trois vélos pour travailler sur les 17 que l’on avait. »

Rapidement, les propositions ont afflué – un plombier de leur prêter un vélo-cargo, un particulier de leur offrir son vélo électrique…

« On n’arrête pas de recevoir des messages de soutien et des propositions d’aide par les réseaux sociaux, poursuit Wiame Benyachou. On se dit qu’on est chanceux d’être entourés de gens aussi solidaires. »

Les entreprises partenaires avec lesquelles Remuménage a l’habitude de travailler ne les laissent pas non plus tomber. Ainsi la société d’achats responsables Euclyde et Culture Vélo à Mérignac leur ont proposé un coup de main. La scop Toutenvélo, à Rennes, lui a livré un vélo en 24h.

Une cagnotte pour leur flotte

Devant l’importance des propositions de dons, l’association a décidé de créer une cagnotte par le biais de HelloAsso :

https://twitter.com/remumenage/status/1263111449955745792?s=20

L’argent récolté servira au rachat de vélos électriques et des équipements, ainsi qu’à la sécurisation de l’espace cyclo-logistique. Wiame Benyachou explique : 

« Un vélo électrique cela représente une somme d’environ 5000 euros et une batterie externe 645 euros ! Si on multiplie par neuf cela donne idée des coups. »

La directrice de l’atelier Remuménage s’inquiète du climat d’insécurité grandissant dans le quartier où se trouve son local, dont le dispositif de sécurité est jugé insuffisant. L’investissement pour sa sécurisation est estimé à 2500 euros. La cagnotte pourrait remettre sur les roues l’activité de l’atelier.


#solidarité

Activez les notifications pour être alerté des nouveaux articles publiés en lien avec ce sujet.

Voir tous les articles
Plus d'options