Gilets jaunes : la préfecture de la Gironde condamnée pour avoir interdit des manifestations
Brèves 

Gilets jaunes : la préfecture de la Gironde condamnée pour avoir interdit des manifestations

Redoutant l’arrivée massive de Black Blocs dans les manifestations des Gilets jaunes – ce qui avait aussi poussé Nicolas Florian à décréter Bordeaux « ville morte » -, la préfecture avait pris des arrêtés interdisant les manifestations du 30 mars 2019, dont une déclarée par Sud PTT. Le tribunal administratif de Bordeaux vient de juger que ce n’était pas une mesure « adaptée, nécessaire et proportionnée aux risques de troubles à l’ordre public ».

Le tribunal administratif de Bordeaux vient de juger illégaux deux arrêtés pris les 27 et 28 mars 2019 par la préfète de la Gironde en vue d’interdire tout défilé et cortège le samedi 30 mars, y compris une manifestation déclarée par Sud PTT. Plus d’un an après, la justice donne raison au syndicat, qui contestait ces « interdictions abusives » portant « atteinte aux libertés fondamentales ».

Dans son jugement rendu le 27 mai dernier, le tribunal administratif annule ces deux arrêtés et condamne l’État à verser 1 500 euros à SUD PTT Gironde.

Bordeaux « ville morte »

En plein mouvement des Gilets jaunes, qui manifestaient alors tous les samedis, la préfecture redoutait l’intervention de Black Blocs le 30 mars, poussant le maire Nicolas Florian à décréter Bordeaux ville morte, après quelques manifestations violentes les samedi précédents.

Mais avec ces deux arrêtés, Valérie Hatsch, préfète déléguée pour la défense et la sécurité (qui avant l’arrivée de Fabienne Buccio assurait l’intérim de Didier Lallement, parti à Paris) n’a pour le tribunal « pas pris une mesure adaptée, nécessaire et proportionnée aux risques de troubles à l’ordre public qu’elle entendait prévenir ».

D’abord, considère-t-il, « les attroupements qui ont régulièrement dégénéré le samedi à compter du mois de décembre 2018 ne sont pas survenus à l’occasion de manifestations déclarées, mais d’appels à manifester diffusés sur les réseaux sociaux ».

Manque d’arguments

Ensuite, la préfecture « ne démontre pas la réalité des risques auxquels auraient été exposés les commerçants ou les usagers du centre-ville de Bordeaux, piétons et cyclistes le jour concerné ». La menace d’intervention de casseurs anarchistes aurait seulement été lue dans la presse, et non dans des rapports sérieux de la police.

« Enfin, la préfète de la Gironde n’établit, ni même n’allègue avoir été dans l’impossibilité de prendre une mesure moins attentatoire à la liberté fondamentale de manifester afin de prévenir les troubles à l’ordre public allégués », juge le tribunal administratif de Bordeaux.

Sud PTT s’est félicité dans un communiqué de ce jugement. Il « démontre que notre organisation syndicale était pleinement légitime à appeler à manifester précisément pour préserver ce droit [de manifester], sérieusement mis à mal par des décisions autoritaire et, nous pouvons maintenant le dire : illégales ».

Tags
L'AUTEUR
Simon Barthélémy
Simon Barthélémy
Journaliste, rédacteur en chef de Rue89 Bordeaux

En BREF

Expulsion des occupants du squat de la rue Gravelotte à Bordeaux

par Walid Salem. 7 536 visites. Aucun commentaire pour l'instant.

Le gaz hilarant bientôt interdit aux mineurs à Bordeaux ?

par La Rédaction. 1 097 visites. Aucun commentaire pour l'instant.

L’édition 2020 du Fifib, chamboulée par la crise, se tient du 14 au 19 octobre

par La Rédaction. 324 visites. 1 commentaire.