Enquêtes et informations de proximité
Enquêtes et informations de proximité
Avec la canicule, les eaux interdites de la métropole refroidissent peu les baigneurs
Société 

Avec la canicule, les eaux interdites de la métropole refroidissent peu les baigneurs

par Théo Uhart.
Publié le 29 juillet 2020.
Imprimé le 27 octobre 2021 à 16:08
3 277 visites. 2 commentaires.

34 °C à l’ombre ce lundi et jusqu’à 40 °C attendus jeudi : les fortes chaleurs s’installent sur la métropole bordelaise cette semaine et avec elles, les envies de se mettre à l’eau. Malheureusement, tous les plans d’eau ne sont pas ouverts à la baignade. Ce qui n’empêche pas certains imprudents de venir y faire un plouf. Reportage à Ambarès, Ambès et Lormont.

« Avec le coronavirus, la piscine, c’est seulement trente minutes. Ici, on peut rester le temps qu’on veut. » Nicolas, lycéen, est venu se baigner au lac de Cantefrène, à Ambès, avec quatre de ses amis. Ils sont d’Ambès ou Carbon-Blanc, sont venus à vélo ou en trottinette, et assurent « ne pas venir souvent ». Les cinq amis savent bien que la baignade est interdite mais « il fait trop chaud ».

Même son de cloche du côté de Lormont au parc de l’Ermitage. Léo, Hanna, Félix, Damien et Manon, la vingtaine, sont venus « se rafraîchir » dans l’eau du lac. Trois d’entre eux sont parisiens, venus en vacances à Bordeaux pour voir leurs amis, qui n’habitent « pas très loin ». Ils concèdent :

« On ne sait pas ce qu’il y a dedans mais on est déjà venus une fois, et on n’a rien eu. Et puis les enfant se baignent sans souci, donc c’est que ça doit aller. »

Devant le lac de l’Ermitage à Lormont, avant de se jeter à l’eau (TU/Rue89 Bordeaux)

Richard et Carine sont venus en vacances dans la région depuis le Finistère avec leur trois ados. Comment ont-ils fini dans l’eau du lac ?

« On a fait le parcours Geocatch de Lormont, et il finit dans ce parc. On a vu des gens se baigner, l’eau était belle donc on y est allé. C’est un espace Natura 2000 donc l’eau doit être de qualité. »

« L’eau n’est pas adaptée à la baignade. »

Le maire de Lormont, Jean Touzeau, reste ferme : « Ce n’est pas un lac de baignade, l’eau n’est pas adaptée. » Il explique que le parc de l’Ermitage se trouve sur une ancienne friche industrielle. « Ce lac est un trou qui a été remis en eau » détaille l’édile socialiste. La mairie l’avait alors pensé comme un espace de protection de la biodiversité, d’où son aménagement en 2005 et son classement Natura 2000.

« On a fait le choix d’une dimension environnementale et écologique. Il est classé en zone humide avec des espèces, oiseaux et batraciens, qui sont eux aussi classés. »

Face aux fortes chaleurs, le maire est-il prêt à autoriser la baignade sur le site ?

« J’ai un positionnement clair et pour longtemps, assume-t-il. Ce n’est pas parce qu’il fait chaud qu’on doit ouvrir dans nos communes des espaces non adaptés. Tant que je serai maire, ce lac aura une vocation écologique. »

Appelant chacun à la responsabilité pour « ne pas pulvériser le site naturel », le maire a rappelé les noyades dans les eaux de l’Ermitage. En effet, en 2014, la mort d’un jeune adolescent de 17 ans originaire d’Ambès avait marqué les esprits.

Piquer une tête à Ambarès ?

À la mairie d’Ambès, on joue la même partition concernant le lac de Cantefrène.

« La baignade a toujours été interdite et ça le restera, nous assure-t-on. C’est totalement dangereux, ce sont d’anciennes carrières et le lac est ouvert sur la Garonne. »

Dans la commune voisine d’Ambarès-et-Lagrave en revanche, on réfléchit à autoriser la baignade au lac de la Blanche. Cette possible ouverture devrait ravir Maxime, Léo, Sarah et Axel venus se baigner avec leur chien depuis Lugon.

« C’est un bon spot, calme, et comme il y a peu de monde, on peut faire du kayak sans déranger personne, expliquent-ils. On sait qu’il y a un risque, donc on fait attention. »

Au lac de la Blanche, kayak et baignade (TU/Rue89 Bordeaux)

Ce lac est déjà ouvert aux activités de type paddle ou kayak, mais il est pour l’heure interdit de s’y baigner. Le maire d’Ambarès, Nordine Guendez (PS) a « le projet de pouvoir rendre accessible à la baignade » le lac de la Blanche. Seulement, « c’est très compliqué, il y a beaucoup de critères ».

Si la baignade est à l’heure actuelle interdite, c’est parce que le lac ne satisfait pas les critères en termes de « qualité de l’eau » et de « renouvellement de l’eau, car c’est un lac statique » explique l’élu socialiste.Il sait que ce sera « un aménagement de long cours ». En attendant, « dès l’été prochain », le maire envisage de faire de la Blanche un lieu de vie « familial et culturel », avec un « programme culturel » et « une guinguette ».

L'AUTEUR
Théo Uhart
Pousse de journaliste venu faire quelques racines à Rue89 Bordeaux pour grandir. Etudiant à Sciences Po Lyon et au CFJ.

En BREF

L’exercice d’évacuation près de la centrale nucléaire du Blayais, « une mauvaise plaisanterie »

par La Rédaction. 543 visites. 2 commentaires.

Inauguration de la place Gambetta : nouvelle polémique entre la mairie et l’opposition

par La Rédaction. 3 192 visites. 2 commentaires.

Rado, le nouveau tiers-lieu Wanted en projet aux Bassins à Flot

par Victoria Berthet. 3 316 visites. 1 commentaire.
×