Enquêtes et actualités gavé locales

Victimes de la Dépakine et de son labo « pour qui seul le fric compte »

Commercialisés par le laboratoire Sanofi, la Dépakine et ses dérivés ont provoqué depuis 1967 des malformations chez 2 150 à 4 100 enfants et des troubles neuro-développementaux chez 16 600 à 30 400 enfants selon une évaluation publiée en juin 2018. Sandrine Maneiro, dont l’épilepsie a été traité par ce médicament, a une fille de 14 ans diagnostiquée autiste Asperger. Son témoignage est le premier d’une série : « Scandales sanitaires ».

,
Édition abonnés
Victimes de la Dépakine et de son labo « pour qui seul le fric compte »

>

Abonnez-vous

Cet article fait partie de l’édition abonnés. Pour lire la suite, profitez d’une offre découverte à 1€.

Contribuez à consolider un média indépendant à Bordeaux, en capacité d’enquêter sur les enjeux locaux.

  • Paiement sécurisé
  • Sans engagement
Abonnez-vous maintenant pour suivre l’actualité locale.

Déjà abonné ?

Connectez-vous

L’investigation locale à portée de main.

Abonnez-vous et profitez d’un accès illimité à Rue89Bordeaux. Annulez quand vous voulez.

Déjà abonné ? Connectez-vous

Choisissez votre formule :

#Santé

Activez les notifications pour être alerté des nouveaux articles publiés en lien avec ce sujet.

Voir tous les articles
Partager
Plus d'options