Victimes de la Dépakine et de son labo « pour qui seul le fric compte »
Kiosque abonné  Série  Société 

Victimes de la Dépakine et de son labo « pour qui seul le fric compte »

Commercialisés par le laboratoire Sanofi, la Dépakine et ses dérivés ont provoqué depuis 1967 des malformations chez 2 150 à 4 100 enfants et des troubles neuro-développementaux chez 16 600 à 30 400 enfants selon une évaluation publiée en juin 2018. Sandrine Maneiro, dont l'épilepsie a été traité par ce médicament, a une fille de 14 ans diagnostiquée autiste Asperger. Son témoignage est le premier d'une série : "Scandales sanitaires".

Ce contenu est réservé aux abonnés

L'AUTEUR
Damien Renoulet
Damien Renoulet
J'aime le terrain. Les belles histoires. Les longues enquêtes. Les gens.

En BREF

Coronavirus : inquiétude et dépistage aux Chartrons et au Grand Parc à Bordeaux

par Walid Salem. 34 596 visites. Aucun commentaire pour l'instant.

Les élus évoquent des « craintes » pour Getrag Ford Transmissions à Blanquefort

par Walid Salem. 787 visites. Aucun commentaire pour l'instant.

Des affiches anti-Ceta sur les bureaux des députés Marcheurs à Bordeaux

par Théo Uhart. 678 visites. 2 commentaires.