Rentrée scolaire : mettez les fournitures à la page écolo
Vie pratique 

Rentrée scolaire : mettez les fournitures à la page écolo

Solvants toxiques, conservateurs allergisants, perturbateurs endocriniens…des produits nocifs et polluants peuvent être retrouvés dans le cartable de nos enfants. Alors que la rentrée approche, voici un petit guide pour limiter l’impact du matériel scolaire sur la santé et l’environnement, en optant pour des produits écoresponsables, recyclés ou d’occasion.

La rentrée scolaire représente un budget non négligeable. En 2020, selon la Confédération syndicale des familles (CSF), il faut compter en moyenne 109,09€ de fournitures scolaires pour un élève en CP (contre 89,85€ en 2019), 235,70€ pour un collégien en 6e (contre 186,63 l’an passé) et 218,53€ pour un lycéen en 2e générale (contre 177,77).

Si on ajoute le coût des livres, des équipements sportifs ou des frais annexes, la facture globale a grimpé de 6,20% cette année. Motif : « la place de plus en plus importante du numérique dans la scolarité des enfants », nécessitant dès la sixième de les pourvoir pour certains d’ordinateurs, d’une imprimante ou d’une connexion internet. Un besoin devenu critique pendant le confinement.

Du côté des des fournitures scolaires classiques, le contenu du cartable n’est guère écolo : elles sont la plupart du temps neuves (et bien emballées !), souvent en plastique et jetables voire, pour certaines, chimiques : colle contenant des solvants, feutres odorants, effaceurs à base de phtalates, perturbateurs endocriniens, de solvants toxiques pour le système nerveux, de conservateurs très allergisants …Bref, pas toujours « safe » pour nos enfants (lire l’encadré ci-contre).

Ces produits à prohiber

Les fournitures scolaires de vos enfants ne sont pas exempts de produits nocifs pour la santé.

Les colles – que certains enfants touchent avec les doigts voire… mangent ! –, par exemple, peuvent contenir des composants volatiles (les formaldéhydes dans les solvants…) qui peuvent être inhalés, irriter les yeux ou la peau, ou être allergisants.

Les enfants sont parfois friands de crayons et stylos, qui peuvent contenir des métaux lourds (baryum…), de feutres et marqueurs pouvant renfermer du toluène et du xylène, autres toxiques pouvant, pour le premier, être mortel en cas d’ingestion et provoquer une irritation cutanée, et, pour le second, avoir des effets neurologiques et causer une irritation respiratoire, oculaire ou cutanée…

Les produits les plus à risques seraient les feutres, crayons parfumés et cartouches d’encre, qui contiennent notamment des teneurs élevées en méthylisothiazolinone, un conservateur particulièrement allergisant.

Même les crayons de papier et de couleur peuvent contenir des phtalates, perturbateurs endocriniens qui peuvent perturber le système endocrinien (qui orchestre la production d’hormones).

Pour autant, aucun fabricant de fournitures scolaires n’est en infraction : tous bénéficient de l’absence d’une règlementation spécifique pour les fournitures scolaires, à l’inverse d’autres produits pour enfants comme les jouets ou les tétines.

L’association Santé Environnement France recommande de vérifier lors des achats l’absence de solvant, parfum, vernis, colorant. Pour gagner du temps, privilégiez les labels sûrs : Ecolabel européen, NF Environnement… Ouvrez l’œil!

En savoir plus, découvrez le guide « Mon cartable Sain » édité par le Département de la Gironde.

Et si on profitait de cette rentrée un peu spéciale, sous le signe du Covid, pour changer nos pratiques ? Certes, toutes les familles ne sont pas prêtes à modifier leur mode de consommation. Selon un sondage Ipsos révélé en 2018, mené par l’Observatoire E. Leclerc des nouvelles consommations, seulement 9 % d’entre elles se préoccupent de ces changements. Il est vrai que le prix peut être dissuasif car on note une différence d’environ 20 % supérieure entre les produits écoresponsables et les articles similaires qui ne le sont pas.

Une rentrée en troc

En effet, selon un article paru l’an dernier dans Le Monde, la colle écologique (à base d’eau et d’amidon), coûte 10 % plus cher. La marque Tann’s, connue pour ses cartables très résistants, les fabrique depuis une dizaine d’années en bouteilles en plastiques recyclées à la place du polyester issu du pétrole. Si cet éco-polyester requiert 52 % d’énergie en moins et rejette 54 % de CO2 (dioxyde de carbone) en moins, il est trois fois plus cher à fabriquer, ce qui se répercute sur le prix du cartable. Et peut dissuader.

Toutefois, selon la même enquête Ipsos, deux tiers des parents recyclent les vieilles trousses et protège-cahiers et composent le cartable de leurs enfants avec des fournitures qu’ils ont déjà à la maison. Des sites internet comme Pratique.fr proposent également d’avoir recours au troc entre particuliers : une calculatrice contre un lot de cahiers et stylos, un dictionnaire contre une tenue de sport…

La grande distribution essaie aussi de se montrer plus vertueuse : Carrefour, Auchan, Leclerc et autres hypers proposent de reprendre les cartables usagés contre… un bon d’achat sur les fournitures.

L’enseigne girondine Cultura, spécialisée dans les produits culturels et de loisirs récupère les stylos vides et autres outils d’écriture (feutres, surligneurs, marqueurs, effaceurs, porte-mine, correcteurs, mais pas les crayons à papier et craies) dans des bornes à l’entrée de ses magasins. Ces déchets sont ensuite collectés par TerraCycle puis transformés en plastique recyclé qui servira à fabriquer divers mobiliers d’extérieur (gamme « Ubicuity »).

D’autre part, certains établissement scolaires incitent dans leur liste à réutiliser le matériel de l’année précédente, précisant selon la CSF qu’il n’est « absolument pas nécessaire que votre enfant possède du matériel neuf ».

Voici les gestes et bonnes adresses à adopter pour un cartable 100 % green.

Règles, compas, stylos fonctionnel...Rien ne vaut le ré-emploi pour une rentrée durable! DRFlorenceHeimburger/Rue89Bordeaux
Règle, compas, trousses, feutres fonctionnels… Rien ne vaut le ré-emploi pour une rentrée écologique et… économique ! (FH/Rue89 Bordeaux)

1 – Faites le tri et réutilisez

La rentrée scolaire la plus durable est celle où les produits sont réutilisés d’une année sur l’autre !

L’Agence de l’environnement et de maîtrise de l’énergie (Ademe) recommande d’ailleurs, avant tout achat, de commencer par faire le compte du matériel qu’il vous reste dans les trousses et les placards et que vos bambins peuvent réutiliser : ciseaux, compas, règle et taille-crayons en bon état, feutres rescapés, paquet de feuilles entamés, pages vierges des cahiers… Et d’éviter par exemple de racheter un cartable ou une trousse tous les ans même si votre(s) bambin(s) vous le réclame(nt) ardemment !

2 – Optez pour l’occasion ou le don

Plutôt qu’acheter du neuf, on peut aussi se procurer des produits de seconde main à moindre coût sur des sites comme le Boncoin.fr ou Vinted.fr. Ou encore gratuitement via la plateforme Donnons.org, la page Facebook des Ecologirls de Bordeaux (y poster une annonce), des amis dont les enfants sont grands ou des enseignants qui se débarrassent de leurs stocks…

Emmaüs organise également des ventes de fournitures scolaires. Sac à dos et trousses de seconde main, calculatrices reconditionnées… On trouve de tout !

3 – Achetez écoresponsable…

Colle végétale, feutres non parfumés, marqueurs non toxiques, gommes sans coque en plastique, cahiers labellisés… Les fournitures scolaires écologiques trouvent peu à peu leur place dans les rayons des supermarchés et se démocratisent : l’an dernier (et pourquoi pas cette année à nouveau ?), Monoprix organisait une « rentrée responsable » en proposant des agendas fabriqués en France avec des matériaux écologiques et biodégradables ; Cultura propose, elle, une liste de fournitures écoresponsables disponibles à l’achat dans ses magasins et sur son site web.

Et pour bien choisir ses fournitures, l’Agence de l’environnement et de la maîtrise de l’énergie (Ademe) a publié un guide à destination des consommateurs. Elle conseille d’acheter les produits les plus simples et les moins odorants comme des gommes sans phtalate ni latex ni parfum fraise, chocolat, caramel (des gommes en caoutchouc naturel ou synthétique, sans PVC), des colles sans solvant (à base d’amidon par exemple) ou des crayons en bois naturel (certifié FSC ou PEFC) et non vernis. De même, le consommateur devrait opter pour des fournitures solides et sans plastique à l’instar de pochettes cartonnées, règles en métal et colles en bâton.

Les marqueurs chimiques et plastiques pour tableaux et ardoises peuvent être remplacés par des crayons gras comme les Stabilo Woody ou les Lyra Groove Triple One. Pour accompagner cette transition, il est possible de troquer son ardoise en plastique pour une ardoise naturelle avec cadre en bois. Certes légèrement plus lourde, elle est réutilisable année après année.

4- … Sans oublier le rechargeable

Optez aussi pour de la papeterie et du matériel d’écriture an matière recyclée ou repérables grâce à des logos environnementaux d’origine publique (l’Ecolabel européen atteste, notamment, d’un faible impact environnemental) ou d’initiative privée (NF Environnement, PEFC, FSC, L’Ange Bleu, Öko-Test, l’écolabel nordique Nordic Swan, etc.). Mais gare au marketing vert ! Pour les cahiers, privilégiez les modèles brochés ou à spirales, conçus sans colle.

N’oubliez pas non plus de vérifier la provenance du produit : on privilégie les fournitures fabriquées en France pour ne pas faire exploser son bilan carbone.

Enfin, misez sur les produits rechargeables : en plus d’être plus écologiques, ils sont plus économiques que ceux à usage unique. Optez pour les fameux stylos effaçables et rechargeables dont les enfants raffolent, les marqueurs en carton recyclé et rechargeables (par capillarité sur une recharge d’encre par exemple)…

Mutane : une gamme de cartables, trousses et protège-cahiers made in Aquitaine en cuir "upcyclé".
Mutane : une gamme de cartables, trousses et protège-cahiers made in Aquitaine en cuir « upcyclé ». (DR)

5 – Visez le pérenne et l’indémodable

Choisissez un modèle de cartable ou de trousse résistant et confortable. Le cartable doit être réglable en fonction de la taille de l’utilisateur : pensez à la croissance de votre enfant au fil des années. Evitez les modèles « fantaisie », vite démodés. Exit le sac à dos Reine des neiges ou Pat’ Patrouille qui ne plairont plus dès le CE2 !

Remettez au goût du jour le matériel du grand pour le benjamin, personnalisez-le, réparez-le pour lui faire peau neuve et le rendre méconnaissable…

6 – Bannissez le film plastique

A l’instar du film cellophane de nos cuisines progressivement remplacé par celui à base de cire d’abeille (du moins dans les ménages soucieux de l’environnement), on peut substituer le rouleau de plastique pour protéger les livres scolaires par du papier kraft ou des feuilles de journal. Comme autrefois !

7 – Apprenez à vos enfants à faire durer le matériel

Ras-le-bol d’acheter des stylos et feutres tous les mois ? Apprenons à nos chérubins à prendre soin de leur matériel. À reboucher les feutres, fermer les pots, ne pas oublier leurs affaires à l’école, en centre de loisirs, au sport ou à la musique (même si le malheur des uns fait le bonheur des autres)… pour en faire des éco-citoyens en herbe.

L’astuce en plus : vous pouvez recourir aux étiquettes autocollantes personnalisables (au nom de l’enfant) pour éviter les pertes. Celles de C-MonEtiquette et d’A-Qui-S, sociétés implantées respectivement à Bordeaux et à Bizanos (Pyrénées-Atlantiques), sont fabriquées en France et imprimées avec des encres sans solvant.

Notre sélection d’adresses

  • Les boutiques Cultura (Bègles, Mérignac…) offrent une large palette de matériel scolaire éco-responsable (Crayons Woody 3in1 de Stabilo fabriqués à 100 % en bois certifié PEFC et multisurfaces, gommes sans PVC ni phtalates , chemises en carton recyclé…). L’enseigne vend aussi cette année une gamme de sacs à dos, cartables et trousses recyclés, fabriqués à partir de PET (polyéthylène téréphtalate), le plastique des bouteilles.
  • Bonne-rentree.fr  propose des fournitures responsables en circuit court, donc surtout de marques françaises pour limiter l’empreinte carbone liée au transport. Elle reverse un euro par commande à l’association Enfants du Mékong qui aide les enfants à accéder à l’éducation.
  • Unbureausurlaterre.com : cette société implantée en Haute-Garonne présente sur son site des produits certifiés par des écolabels pour un bureau durable (à l’école, au travail ou à la maison) : trousse en pneu recyclé, classeurs écologiques, agrafeuse sans agrafe…
  • Ecoburo.fr : basée en Bretagne, cette entreprise affiche pas moins de 7000 fournitures écologiques de bureau rechargeables, recyclées, recyclables, issues de matières premières renouvelables…
  • La marque Mutane (notre coup de cœur) : jeune marque lancée par Lise Harribey, maroquinière, elle propose des cartables, trousses et protège-cahiers fabriqués en Nouvelle-Aquitaine à partir de cuir véritable « upcyclé ». Celui-ci provient du centre de recyclage Le Relais Gironde, de vielles maroquineries et vêtements en cuir, de canapés et autres mobiliers en cuir des déchetteries. Les boucles, fermoirs et fermetures éclair sont aussi intégralement recyclés. Par ailleurs, les produits sont pensés pour ne générer aucun déchet en fin de vie : les bretelles deviennent bandoulière pour transformer le cartable en sac à main, aucun rivet ni bouton pression, non recyclables, n’est utilisé… Incubé depuis mai par les Premières Nouvelle-Aquitaine (incubateur d’entreprises accompagnant les femmes et équipes mixtes), ce projet devrait se concrétiser dans les semaines à venir avec l’installation de l’atelier de Lise à La Possiblerie, Terres des Possibles, espace paysan collaboratif, respectueux, solidaire en faveur du changement. Pour en savoir plus sur Mutane : contact@mutane-maroquinerie.fr et 06 80 14 73 97.
  • Le Géant des Beaux Arts Bordeaux (boutique située rue du Parlement Sainte-Catherine à Bordeaux) : idéal pour les artistes en herbe, ce spécialiste de la vente en ligne de matériel artistique offre plus de 65 000 références dont certaines éco-responsables. Exemples : gommes sans PVC ni phtalates, papier écologique, crayon graphite en bois issu de forêts gérées durablement, taille-crayons en métal, rolleur de colle sans solvant et économique, gouaches composées de 80 % de matières naturelles, riches en pigments (on en utilise moins) et contenues dans un flacon fabriqué avec 30 % de plastique en moins…
L'AUTEUR
Florence Heimburger
Florence Heimburger
Journaliste indépendante

En BREF

L’édition 2020 du Fifib, chamboulée par la crise, se tient du 14 au 19 octobre

par La Rédaction. 298 visites. Aucun commentaire pour l'instant.

Le conseil d’État n’interdit pas certaines chasses traditionnelles

par Céline Belliard. 3 608 visites. Aucun commentaire pour l'instant.

Khuzama, Syrienne d’Alep, en cuisine au Garage Moderne

par Walid Salem. 798 visites. Aucun commentaire pour l'instant.