Média militant pour une info de proximité
Média militant pour une info de proximité
Une manif sur fond d’alerte pour l’emploi à Bordeaux
Société 

Une manif sur fond d’alerte pour l’emploi à Bordeaux

par Simon Barthélémy.
Publié le 17 septembre 2020.
Imprimé le 27 septembre 2021 à 03:19
1 298 visites. Aucun commentaire pour l'instant.

850 personnes selon la police, plus de 1500 selon la CGT, ont manifesté ce jeudi à Bordeaux pour l’emploi et les salaires, alors que des plans sociaux (CNB, Boiron…) et des départs d’entreprises (Ford de Getrag) menacent des centaines d’emplois dans l’agglo bordelaise.

L’inquiétude n’est plus seulement sanitaire pour les salariés, dans l’agglomération bordelaise comme ailleurs. Avec le masque de rigueur, 850 à 2000 personnes ont défilé ce jeudi à Bordeaux, à l’appel de la CGT, de Solidaires et de la FSU, et avec le soutien de plusieurs mouvements de gauche. Objectifs : défendre les salaires, la réduction du temps de travail, et l’emploi.

« Beaucoup d’entreprises utilisent le Covid-19 comme prétexte et se saisissent de l’arsenal que les gouvernements successifs leur ont mis dans les mains soit pour licencier, soit pour contraindre les salariés à baisser leur salaire ou revoir à la baisse leurs conditions de travail », estime Stéphane Obé, secrétaire départemental de la CGT.

Selon le syndicat, c’est le cas en Gironde pour les salariés du secteur des commerces et services, de la filière aéronautique (sous-traitants d’Airbus, Air France), de la construction automobile et navale (GETRAG, CNB), « alors même que ces entreprises disposent de fonds propres très confortables et ont bénéficié d’aides publiques conséquentes ». `

« La Covid a bon dos »

Des centaines sont ainsi supprimés ou en sursis chez les sous-traitants de l’aéronautique implantés à Mérignac. Et 74 emplois sont directement visés par un plan social chez CNB (construction navale de Bordeaux), la plus grosse usine de la ville avec 1000 personnes. « La Covid a bon dos », estime Michel Petel, délégué syndical CGT de CNB.

« Certes le groupe Béneteau (dont CNB est une filiale, NDLR) a pris un sacré coup dans l’aile avec la crise – ils annoncent 120 millions d’euros de pertes nettes -, et le carnet de commandes de CNB a été divisé par deux, mais le marché du nautisme continue à avoir le vent en poupe, et on voit déjà un regain d’intérêt pour certains modèles. »

Béneteau « profite de la crise sanitaire pour licencier, afin d’accroitre la rentabilité du site », abonde Pascal Boiveau, de la CFDT, selon laquelle « CNB n’est plus » depuis les départs du fondateur, Dieter Gust, et du directeur Yann Masselot.

Les salariés de Getrag inquiets pour leur avenir (DR)

Vitesse supérieure

Des changements de gouvernance interne inquiètent aussi les 800 salariés d’une autre usine de la métropole (à Blanquefort), le fabricant de boites de vitesses Getrag, dont certains d’entre eux ont manifesté ce jeudi.

« En vendant ses parts à Magna, coactionnaire du site, Ford quitte la région part la petite porte, explique Thomas Faure, élu CGT au CSE. Or le constructeur se désengage mais sans donner aucune garantie sur le plan de charge au delà de 2024, alors qu’il reste le seul client de l’entreprise, et qu’elle doit négocier maintenant le virage de la voiture propre pour préserver le site. »

Après une journée de grève, les syndicats de Getrag « commencent à se mobiliser pour éviter la casse ». D’autres secteurs annoncent déjà leur mobilisation dans la rue pour les prochaines semaines, à commencer par celui de la santé pour une journée nationale, le 15 octobre.

« Les miettes pour les salaires, les moins de 4 emplois par établissement et les 4000 lits promis (lors du Ségur de la santé) ne pourront compenser les 4700 supprimés depuis le début du quinquennat d’Emmanuel Macron », prévient la CGT.

L'AUTEUR
Simon Barthélémy
Simon Barthélémy
Journaliste, cofondateur de Rue89 Bordeaux

En BREF

Covid-19 : la décrue de l’épidémie s’accélère en Gironde

par Victoria Berthet. 1 301 visites. Aucun commentaire pour l'instant.

La statue de l’esclave Modeste Testas ciblée par un acte de vandalisme raciste ?

par Simon Barthélémy. 1 296 visites. Aucun commentaire pour l'instant.

Autoroute Bordeaux-Arcachon : vers un débat public sur la mise à 2X3 voies

par Victoria Berthet. 1 136 visites. 3 commentaires.
×