Infos et enquêtes à Bordeaux et sa métropole
Infos et enquêtes à Bordeaux et sa métropole
Le lézard menacé d’extinction dans les Landes
Ecologie 

Le lézard menacé d’extinction dans les Landes

par Simon Barthélémy.
Publié le 2 février 2021.
Imprimé le 17 mai 2021 à 23:59
1 124 visites. 2 commentaires.

Des chercheurs du CNRS associés aux équipes de Cistude Nature alertent sur « un risque imminent d’extinction locale » du lézard vivipare dans le massif landais. En cause : la réduction drastique des zones humides, liée aux activités humaines et à l’urbanisation.

Il n’est plus temps de lézarder dans les Landes. C’est la conclusion d’une étude génétique menée sur plusieurs populations de ce département, du sud Gironde, dans les « petites étendues d’eau douce formées il y a plus de 10 000 ans – landes humides, tourbières et lagunes au nord -, ainsi que dans les prairies d’altitude et tourbières des Pyrénées ».

« Les résultats sont édifiants, estime Andréaz Dupoué du CNRS de Moulis à l’initiative de ces travaux. Non seulement les lézards vivipares sont bien moins abondants dans le massif landais mais ils ont un patrimoine génétique nettement différent des autres populations, un plus fort taux de consanguinité visiblement concomitant à une interruption du flux de gènes entre les populations. L’interprétation est simple : il y a un risque imminent d’extinction locale. »

Pour Maud Berroneau, spécialiste de ces populations de reptiles à Cistude Nature, les causes de cet appauvrissement génétique et de ce risque de disparition sont claires :

« Entre les plantations massives de pins maritimes ces derniers siècles ou, plus récemment, l’extension de la maïsiculture et l’urbanisation galopante, l’humain a réduit drastiquement ces milieux. Aujourd’hui les zones humides du massif landais sont déconnectées les unes des autres et les individus de Lézard vivipare, fatalement moins nombreux, ne peuvent plus se mélanger. »

Le lézard vivipare risque de disparaître du massif landais (Matthieu Berroneau/DR)

Espèce parapluie

Cistude Nature mène depuis quatre ans un programme au long cours, « Les sentinelles du climat », sur les effets du réchauffement planétaire sur la faune et la flore de Nouvelle-Aquitaine. Pour l’association, cet appauvrissement génétique expose davantage les reptiles landais :

« Les lézards vivipares du massif landais apparaissent notamment plus affectés par le réchauffement climatique en cours que leurs cousins des Pyrénées ou plus au nord vers le Limousin ». Les observations réalisées dans le cadre du programme « Les sentinelles du climat » révèlent d’ailleurs que les lézards vivipares y sont « bien moins actifs lors des années chaudes et sèches comme 2017, laissant penser qu’ils se mettent alors à l’abri ».

L’association pointe l’urgence de mettre en oeuvre des « mesures fortes de conservation » – limiter le drainage, maintenir la proximité de bordures forestières (bourdaines, saules, trembles…)… – pour protéger le lézard, « une espèce parapluie » :

« Protéger son habitat c’est aussi conserver bien d’autres espèces inféodées à ces milieux frais et humides telles que la rainette ibérique – une grenouille, les leucorrhines – des libellules, ou encore les droseras, les bruyères et la gentiane pneumonanthe pour la flore. »

L'AUTEUR
Simon Barthélémy
Simon Barthélémy
Journaliste, rédacteur en chef de Rue89 Bordeaux

En BREF

Marcher et danser encore pour une vraie loi Climat ce dimanche à Bordeaux

par Kenza Soares El Sayed. 1 525 visites. Aucun commentaire pour l'instant.

Condamnée à 250000 euros d’amende, Pena Métaux va faire appel

par Simon Barthélémy. 419 visites. 1 commentaire.

Des associations dénoncent des conditions « insalubres » dans un foyer du 115

par Victoria Berthet. 1 069 visites. Aucun commentaire pour l'instant.
×