Enquêtes et actualités gavé locales

Fêtons ensemble nos 10 ans, abonnement 10€/an : objectif 2000 abonné⋅es

30/04/2024 date de fin
662 abonné⋅es sur 2 000
Pour ses 10 ans, Rue89 Bordeaux propose un abonnement à 10€/an et vise les 2000 abonné.es

Deux militants d’Extinction Rebellion blanchis après avoir « repeint » les vitrines de la Société Générale

Ce mercredi 27 avril, le Tribunal judiciaire a prononcé la relaxe pour les deux militants interpellés à Bordeaux en train de repeindre, au blanc de Meudon, quatre vitrines d’agences de la Société Générale. Lors de l’audience du 2 mars, le Parquet avait requis 300 euros d’amende avec sursis.

Cet article est en accès libre. Pour soutenir Rue89Bordeaux, abonnez-vous.

Deux militants d’Extinction Rebellion blanchis après avoir « repeint » les vitrines de la Société Générale

A 13h30, sur le parvis du tribunal judiciaire de Bordeaux, quelques cris de joie et des applaudissements ont retenti à l’annonce de la relaxe. Deux militants d’Extinction Rebellion attendaient le verdict, après l’audience du 2 mars dernier. Ils comparaissaient pour « dégradation ou détérioration légère d’un bien par inscription, signe ou dessin, commise en réunion ». La Société Générale n’étant pas partie civile, le Parquet a dix jours pour faire appel.

Le 9 février 2020, quatre vitrines d’agences de la Société Générale ont été repeintes dans le centre-ville de Bordeaux au blanc de Meudon (peinture lavable à l’eau). Deux militants avaient alors été interpellés par les forces de l’ordre. Une action non-violente, menée dans plusieurs villes françaises, en soutien à des militants niçois, arrêtés en octobre 2020 et placés 48 heures en garde à vue pour une action similaire.

Une victoire pour la non-violence

Tanguy, jeune ingénieur bordelais est l’un des deux prévenus :

« C’est un grand soulagement. La relaxe prouve qu’il n’y a rien de dégradant ou de violent dans le fait de repeindre une vitrine avec du blanc de Meudon. »

Maître Sylvain Galinat, l’avocat des des deux prévenus a plaidé en faveur d’un état de nécessité face à l’urgence climatique et une non-caractérisation des dégradations. Lors de l’audience du 2 mars dernier, une reconstitution a eu lieu. Tanguy et Isabelle, les deux prévenus, avaient alors étalé du blanc de Meudon sur une plaque de verre, démontrant l’aspect nettoyant du produit.

Lors de l’action de février 2020, 36 vitrines de la Société Générale ont été « blanchies » par des militants écologistes dans toute la France. Une cible prisée des actions non-violentes, qui n’a pas été choisie au hasard par les militants. Ces derniers dénoncent l’évasion fiscale, mais aussi les investissements massifs de la banque dans les énergies fossiles, notamment le gaz de schiste.


#tribunal judiciaire de Bordeaux

Activez les notifications pour être alerté des nouveaux articles publiés en lien avec ce sujet.

Voir tous les articles
Partager
Plus d'options