Infos et enquêtes à Bordeaux et sa métropole
Infos et enquêtes à Bordeaux et sa métropole
La mort inexpliquée d’un détenu au centre de rétention administrative de Bordeaux
Brèves  Société 

La mort inexpliquée d’un détenu au centre de rétention administrative de Bordeaux

par Kenza Soares El Sayed.
Publié le 28 avril 2021.
Imprimé le 12 mai 2021 à 09:45
1 288 visites. Aucun commentaire pour l'instant.

Il y a un mois, un détenu est mort au centre de rétention administrative dans des circonstances encore inconnues. Bien que sa famille ait refusé de diffuser l’information, un rassemblement est prévu ce mercredi 28 avril devant l’Hôtel de Police de Mériadeck en son hommage. Les manifestants apporteront également leur soutien aux détenus ayant entamé une grève de la faim la semaine dernière pour protester contre l’allongement de leur incarcération.

Le 25 mars 2021, un homme est mort au centre de rétention administratif (CRA) de Bordeaux. Si la nouvelle circule depuis quelques jours, l’information a été confirmée ce jour par la préfecture de la Gironde sans plus de détails.

C’est à l’occasion d’une grève de la faim d’autres détenus que l’information a été divulguée. un prisonnier est retrouvé mort dans sa chambre il y a environ un mois. L’un d’entre eux a déclaré à une association toulousaine militante pour les droits des migrants :

« Il ne voulait pas aller au Maroc et les gens de l’État voulaient l’envoyer là-bas. Il a pris beaucoup de cachets, il s’est suicidé je pense. Il a fait une overdose. »

Ni suicide, ni agression

Une enquête sous l’autorité du Parquet de Bordeaux est en cours pour déterminer les circonstances de la mort. Mais, selon La Cimade, les pistes d’un suicide ou d’une agression sont à écarter. L’association de défense des droits des immigrés explique que l’administration du CRA serait en contact avec la famille, qui ne souhaite pas pour l’instant communiquer sur l’identité du défunt.

La plupart des grévistes de la faim auraient été, toujours selon La Cimade, soit expulsés, soit libérés. Certains auraient obtenu les informations qu’ils demandaient sur la manière dont ils pourraient quitter le territoire, pour ceux souhaitant rentrer dans leur pays d’origine dans les plus brefs délais.

Malgré tout, l’un des prévenus contacté par Rue89 Bordeaux a affirmé au téléphone que plusieurs d’entre eux maintenaient leur jeûne :

« Il y en a même un qui a dû être hospitalisé et entubé car cela faisait des jours qu’il n’avait pas mangé et il était faible. Il a passé un jour à l’hôpital et ils l’ont ramené. »

Il insiste également sur leur traitement difficile :

« Il y a quelques jours, un détenu s’est disputé avec la police car il n’a plus accès à son traitement psychiatrique. Il a été blessé et pour protester il s’est lui-même cousu la bouche en faisant plusieurs points de suture. On voit de tout ici, je ne sais pas pourquoi on nous enferme aussi longtemps, c’est inhumain. »

Rassemblement

Un rassemblement organisé par plusieurs organisations de jeunesse, antiracistes et féministes, est prévu mercredi à 14h30 devant l’Hôtel de police de Mériadeck en soutien aux détenus du CRA de Bordeaux en grève de la faim. En situation d’obligation de quitter le territoire (OQTF), ils protestent contre les conditions de leur incarcération.

Au cours de leur grève, les détenus ont mis en cause l’allongement de la durée de leur emprisonnement, en raison de la fermeture des frontières françaises aux pays non-européens. Une situation sanitaire qui ajoute une difficulté supplémentaire aux conditions d’insalubrité dans lesquelles évolueraient les détenus et au manque d’accès aux soins.

Les organisateurs de ce rassemblement déclarent :

« Nous protestons également contre la répression policière et juridique dont sont systématiquement victimes les personnes frappées par des OQTF, les discriminations qu’elles subissent au quotidien notamment dans l’accès au droit au logement et au travail et défendons leur liberté de circulation », peut-on lire dans un communiqué.

Parmi les revendications, la fermeture des CRA et la libération de tous les détenus et leur régularisation.

L'AUTEUR
Kenza Soares El Sayed
Kenza Soares El Sayed
Etudiante en journalisme à Sciences Po Bordeaux. Mordue d'enquêtes politiques, sociales ou économiques, j'aime les grandes histoires et les petites.

En BREF

Marcher et danser encore pour une vraie loi Climat ce dimanche à Bordeaux

par Kenza Soares El Sayed. 1 440 visites. Aucun commentaire pour l'instant.

Condamnée à 250000 euros d’amende, Pena Métaux va faire appel

par Simon Barthélémy. 340 visites. 1 commentaire.

Bordeaux, Bègles et Floirac solidaires de SOS Méditerranée

par Kenza Soares El Sayed. 592 visites. Aucun commentaire pour l'instant.
×