Enquêtes et actualités gavé locales


Le député Loïc Prud’homme contrôlé après une mobilisation pour le climat

Le député insoumis de Gironde a été brièvement empêché de rejoindre l’Assemblée nationale. Il venait d’apporter son soutien à une mobilisation contre le projet de loi Climat et Résilience, discuté par les parlementaires ce mercredi après-midi.

Cet article est en accès libre. Pour soutenir Rue89Bordeaux, abonnez-vous.

Le député Loïc Prud’homme contrôlé après une mobilisation pour le climat

« Scandale » écrit Loïc Prud’homme sur les réseaux sociaux alors qu’il est empêché de rejoindre l’Assemblée nationale le temps d’un contrôle d’identité. Vidéo à l’appui, le député insoumis de Gironde s’insurge pour le non-respect de l’article 26 de la Constitution : « Aucun membre du Parlement ne peut être poursuivi, recherché, arrêté, détenu ou jugé à l’occasion des opinions ou votes émis par lui dans l’exercice de ses fonctions. »

« Les policiers m’empêchent d’entrer dans l’Assemblée Nationale ! écrit le député. Ma seule faute : avoir soutenu des jeunes qui se mobilisent pour le climat, à deux pas de l’Assemblée […]. C’est une HONTE, Monsieur le préfet Lallement ! »

https://twitter.com/PrudhommeLoic/status/1379792848955056128

L’élu girondin a reçu le soutien d’un autre député, l’écologiste (ex LREM) Matthieu Orphelin, ainsi que celui de David Cormand, député européen et ancien patron d’EELV. Ce dernier rappelle que « la libre circulation des parlementaires – qui plus est dans l’exercice manifeste de leur mandat – n’est pas un privilège », mais « un des fondamentaux de notre Démocratie ».

« Le zèle de ces policiers n’est pas un abus contre un Député, c’est une agression contre notre Constitution » a-t-il commenté.

« Répression pesante »

Loïc Prud’homme avait rejoint un peu plus tôt un groupe de jeunes place Herriot à Paris, avant de se rendre à l’Assemblée nationale où est débattu le projet de loi Climat et Résilience.

« Il y a un nombre de jeunes assez important qui est venu débattre avec les parlementaires sur ce projet de loi » écrit dans un autre post le député de Gironde, s’insurgeant au passage contre la présence des forces de l’ordre :

« C’est une manifestation déclarée depuis 10 jours, ils sont là non-stop depuis plus d’une semaine et le préfet Lallement envoie les forces de l’ordre pour disperser au prétexte de “motifs sanitaires” […]. Je soutiens non seulement l’initiative des jeunes sur cette question du climat mais surtout face à la répression qui commence à être un peu pesante pour tout le monde ! »

Après avoir présenté sa carte de parlementaire, le député a pu regagner l’Assemblée nationale.


#Assemblée nationale

Activez les notifications pour être alerté des nouveaux articles publiés en lien avec ce sujet.

Voir tous les articles
Plus d'options