Enquêtes et actualités gavé locales

Pour les 10 ans de votre média : objectif 2000 abonné⋅es

30/04/2024 date de fin
691 abonné⋅es sur 2 000
Pour ses 10 ans, Rue89 Bordeaux propose un abonnement à 10€/an et vise les 2000 abonné.es

Bordeaux augmente les impôts sur les résidences secondaires

Mardi 13 juillet, lors du conseil municipal, les élus ont voté en faveur d’une augmentation de la majoration de la taxe d’habitation sur les résidences secondaires à 60%, soit le plafond autorisé par la loi. L’objectif : remettre sur le marché locatif des logements dans les zones tendues.

Cet article est en accès libre. Pour soutenir Rue89Bordeaux, abonnez-vous.

Bordeaux augmente les impôts sur les résidences secondaires

Un cap de plus franchi. Déjà augmentée de 20 à 50% sous la précédente mandature, la Ville de Bordeaux augmente de 10 points la majoration de la taxe d’habitation sur les résidences secondaires. Une majoration de 60% qui représente le plafond fixé par la loi fiances de 2017. Cette dernière autorise une surtaxe de la taxe d’habitation des résidences secondaires dans les communes de plus de 50 000 habitants, dans le but de remettre sur le marché locatif des logements lorsqu’une inéquité entre l’offre et la demande est constatée.

Conseil municipal du 13 juillet Photo : VB/Rue89 Bordeaux

5% des logements bordelais concernés

Claudine Bichet, adjointe au maire chargée des finances, a explicité la nécessité de ce levier fiscal :

 » Notre métropole compte environ 12 000 résidences secondaires et logements dits occasionnels, soit 3% des logements de la métropole. Un nombre multiplié par deux en 10 ans. Deux tiers de ces logements sont sur Bordeaux, et représentent 5% des logements bordelais. Il s’agit avant tout d’inciter les propriétaires à mettre sur le marché locatifs ces logements. »

En février 2018, dans la métropole bordelaise, cette surtaxe était déjà passée de 20 à 50%. D’autres villes, à l’instar de Lyon, devraient, elles aussi, suivre la même dynamique en impliquant la surtaxe maximale de 60%.

Quel impact ?

La Ville estime le gain de cette majoration à 500 000 euros par an, même si l’objectif est plutôt la remise sur le marché des logements, et de freiner les locations de type Airbnb. Le groupe Bordeaux Ensemble a voté contre cette majoration, « marginale », selon Fabien Robert :

« C’est un dispositif que avions activé lors de la mandature précédente. Nous n’avons donc pas d’opposition sur le principe. Pour autant, nous voterons contre, car nous pensons car il y a une confusion entre la vacance et la résidence secondaire. Une résidence comme celle-ci, vous pouvez en avoir un usage et ne pas la remettre, de fait, sur le marché. Vous aurez plus de produits fiscaux, mais nous ne pensons pas que cette majoration remettra un nombre significatif de logements sur le marché. »

A noter, tout de même, que la loi prévoit un dégrèvement de cette majoration, dans le cas de personnes pouvant justifier d’une activité professionnelle sur le lieu de la résidence secondaire.

Si le groupe Renouveau Bordeaux a voté pour, il a aussi questionné le réel impact que pouvait avoir une majoration de 10% sur cette taxe d’habitation. Par ailleurs, l’A’Urba, l’agence d’urbanisme de la Métropole, a entrepris une étude sur les causes des vacances des logements à Bordeaux.


#fiscalité

Activez les notifications pour être alerté des nouveaux articles publiés en lien avec ce sujet.

Voir tous les articles
Partager
Plus d'options