Enquêtes et informations de proximité
Enquêtes et informations de proximité
Climax, Planète, Oh my coop… une rentrée de festivals engagés en Gironde
Culture 

Climax, Planète, Oh my coop… une rentrée de festivals engagés en Gironde

par Jordan Dutrueux.
Publié le 26 août 2021.
Imprimé le 25 octobre 2021 à 12:55
1 192 visites. 1 commentaire.

Plusieurs festivals mêlant conférences, débats, tables rondes à des concerts et autres performances artistiques vont rythmer la métropole bordelaise et ses alentours. Climax, Planète Cenon, Oh my coop, Papa n’Afriken et Ragnagnas Party… autant d’évènements qui aborderont des questions variées : écologie, agriculture, féminisme, libertés, et solidarités. D’autres ont préféré jeter l’éponge par refus du passe sanitaire.

Du 27 au 29 août : Climax et l’Afrique se mettent au diapason

Annulé l’an dernier, le festival Climax revient pour sa septième édition autour du thème « L’Afrique, berceau du futur ». Alors que les incendies, inondations ont frappé le monde entier cet été, le dérèglement climatique sera une nouvelle fois au cœur de nombreuses conférences de Climax. L’ougandaise de 24 ans, Hilda Flavia Nakabuye, fondatrice du mouvement Uganda Fridays for Future portera la voix d’une jeunesse africaine mobilisée pour le climat et fera écho au constat d’Hervé Le Treut, climatologue bordelais.

Parmi les autres invités : Denis Mukwege, le docteur qui « répare les femmes », et qui interviendra à distance, ou encore Assossa Soumouna Ngoto, chaman qui lutte au quotidien pour préserver son village pygmée des dérives de l’activité humaine.

L’édition 2021 sera aussi celle d’un partenariat inédit avec We Love Green. Le festival parisien, annulé pour la seconde année consécutive, a élaboré une partie de la programmation musicale de Climax. Avec en tête d’affiche, le Nyege Nyege, collectif ougandais dont le festival éponyme est un « phare de la scène électronique underground mondiale », selon les programmateurs. Le rappeur français Oboy, le musicien camerounais Blick Bassy et un DJ set de Demon complètent ce « We love Climax ».

• 27, 28 et 29 août à Darwin. Soirée « We love Climax » samedi 28 août entrée à 18 euros. Plus d’informations sur le site officiel

28 août : Planète Cenon au Rocher de Palmer

Organisée par le collectif pour l’égalité des droits et la radio associative bordelaise la Clé des ondes, la 20e édition du festival Planète élit domicile au Rocher de Palmer à Cenon. Autour du village associatif et des animations, deux débats sont au programme : « que sont devenues nos libertés fondamentales ? » et « quelles réponses au ronron médiatique ? », quarante ans après la naissance des radios libres.

Plusieurs concerts d’artistes de la scène locale ponctueront la journée de samedi tel que Mostafa el Harfi accompagné de son oud, instrument à cordes très répandu dans les pays arabes. Le répertoire de Colette Magny sera, lui, revisité par Faïza Kaddour. Enfin, l’artiste franco-béninoise Perrine Fifadji et l’Afro Social Club, qui déversera ses boucles d’afrobeat pour les festivaliers, clôtureront la soirée.

• 28 août, de 14 heures à minuit au Rocher de Palmer à Cenon. Entrée libre.

10 septembre : « Oh my coop » à la Ferme des filles

Co-actions, coopérative d’activité et d’emploi souffle sa dixième bougie en organisant le festival « Oh my coop » à la Ferme des filles de Captieux. Des temps d’échanges et des tables rondes sur l’agriculture et l’alimentation, sur la responsabilité sociétale des entreprises (RSE) ou encore l’entrepreneuriat féminin sont notamment prévus. L’airial accueillera aussi des performances artistiques et en soirée un concert avec le groupe bazadais Les Aganits Gascoun.

La Ferme des Filles, lieu-dit Marahans, à Captieux. Réservation d’un pass gratuit sur le site. Informations à venir sur la page Facebook de Co-actions.

Du 13 au 19 septembre : Haïti invité d’honneur du Papa’n Afriken

Le pays d’Amérique Latine est l’invité du premier festival du patrimoine panafricain organisé par l’association Mémoires et Partages à l’occasion des journées européennes du patrimoine la semaine du 13 au 19 septembre. Figure de proue de la révolution haïtienne, Toussaint Louverture sera le sujet d’un atelier théâtre-lecture par l’écrivain Sadrac Charles ainsi que d’une conférence.

Les rencontres aborderont le passé et surtout l’avenir de l’île, ou « comment sortir de la dérive ? », selon l’intitulé de l’une d’elles. La culture haïtienne résonnera aussi à Nansouty. Sandra Dessalines artiste plasticienne présentera le vernissage de son exposition « Corps d’Haïti, patrimoine du monde » (visible du 17 au 30 septembre) tandis que le chanteur et guitariste Yves Jazon donnera un concert.

• Place Nansouty et théâtre Inox à Bordeaux. Inscription nécessaire pour certains évènements. Programme complet

15 octobre : Ragnagnas Party

Aborder « de manière décomplexée les sexualités, la santé gynécologiques et les menstruations ». L’association Nouveaux Cycles organise son premier festival au Rocher de Palmer le 15 octobre. Au programme : tables rondes, ateliers pratiques, concerts et spectacle de stand-up composé d’un plateau 100% féminin.

• Ouverture de la billetterie en septembre. Informations à venir sur la page Facebook de l’évènement.

Des festivals annulés pour éviter le pass sanitaire

Face à l’exigence du passe sanitaire pour les festivaliers, certains évènements girondins sont annulés. Souhaitant « offrir notre programmation à tous » et refusant d’ « exercer toute forme de contrôle de nos concitoyens », les organisateurs de l’Uppercut festival ont choisi d’annuler l’édition 2021, qui devait se tenir à la Fabrique Pola à Bordeaux.

La quatrième édition du festival Induction, initialement prévue du 3 au 5 septembre à Samonac est quant à elle reporté sine die. Valentine Cohen de Mata-Malam, la compagnie organisatrice, a par ailleurs signé le manifeste « Il devient urgent d’être libres » avec plus de 220 autres acteurs du monde culturel. Rappelant la crise dans laquelle a été plongée le monde de la culture, les signataires soutiennent :

« L’acte de créer échappe à tout contrôle. L’espace de jeu est un espace de remise en question qui doit rester sain, prometteur, rempli d’espoir. Le passe sanitaire est une horreur parce qu’il nous éloigne les uns des autres sous couvert de nous protéger d’un virus. »

L'AUTEUR
Jordan Dutrueux
Journaliste, passé par les bancs de l'IJBA. Fan des salles obscures et des idées claires.

En BREF

L’exercice d’évacuation près de la centrale nucléaire du Blayais, « une mauvaise plaisanterie »

par La Rédaction. 455 visites. 2 commentaires.

Inauguration de la place Gambetta : nouvelle polémique entre la mairie et l’opposition

par La Rédaction. 3 120 visites. 2 commentaires.

Rado, le nouveau tiers-lieu Wanted en projet aux Bassins à Flot

par Victoria Berthet. 3 033 visites. 1 commentaire.
×