Enquêtes et informations de proximité
Enquêtes et informations de proximité
Les Vins de Bordeaux menacent d’entraver PestiRiv, l’étude sur les effets des pesticides
Vigie 

Les Vins de Bordeaux menacent d’entraver PestiRiv, l’étude sur les effets des pesticides

par Simon Barthélémy.
Publié le 20 octobre 2021.
Imprimé le 23 mai 2022 à 05:09
2 202 visites. 1 commentaire.

Le Monde a révélé ce mardi 19 octobre que Bernard Farges, président du CIVB, le conseil interprofessionnel du vin de Bordeaux, avait écrit à la préfète de la Gironde, Fabienne Buccio, pour s’émouvoir des effets de PestiRiv sur le vignoble bordelais, et l’informer que son organisation n’accompagnerait pas cette enquête.

Vaste étude sur l’exposition aux pesticides des riverains d’exploitation viticole, PestiRiv a été lancée le même jour par l’Agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation, de l’environnement et du travail (Anses) et Santé publique France (SPF). Celle-ci s’inquiète notamment de l’apparition de cas de clusters de cancers pédiatriques proches des zones viticoles.

A partir du 25 octobre, des volontaires vont être recrutés sur 162 sites répartis dans toute la France. Les traces des 50 pesticides les plus dangereux autorisés en France (folpel, glyphosate, fongicides SDHI…) seront recherchés dans les cheveux et les urines de 500 adultes et 750 enfants vivant à moins de 500 mètres des vignes et à plus de un kilomètre de toute autre culture.

L’exposition de cette population sera comparée à celle de 750 adultes et 350 enfants vivant à plus de 5 kilomètres de toute exploitation viticole et à plus de un kilomètre de toute autre culture.

Focus sur le vignoble bordelais

Les six grandes régions viticoles seront concernées, avec 500 ménages en Nouvelle-Aquitaine, 300 dans le Grand-Est, 250 en Occitanie, autant en Provence-Alpes-Côtes d’Azur, et 200 en Auvergne-Rhône-Alpes et en Bourgogne-Franche-Comté (200). Pourtant, selon le Monde, le président du CIVB dénonce « un biais » : affirmant que « plus de la moitié de l’étude se déroulerait en Gironde », il craint ainsi un « focus sur le vignoble bordelais ».

« Nous ne sommes pas convaincus que l’Anses et SPF, une fois le travail d’analyse et de diffusion réalisé, feront l’effort de pédagogie et de contradiction nécessaire pour éviter des conclusions hâtives, faisant fi de toute rigueur scientifique », écrit Bernard Farges dans un courrier du 1er octobre à la préfète.

Il l’informe que le CIVB boycottera la prochaine réunion prévue le 10 novembre et « n’accompagnera pas cette démarche, ni auprès des entreprises viticoles girondines ni auprès des maires des communes concernées ».

Pour Stéphane Mandard et Stéphane Foucart, auteurs de l’article du quotidien, c’est « une menace à peine voilée qui peut mettre en péril PestiRiv, dont la réalisation implique la coopération des viticulteurs, qui devront partager avec les agences leur calendrier d’épandages et les produits qu’ils utilisent ».

L'AUTEUR
Simon Barthélémy
Simon Barthélémy
Journaliste, cofondateur de Rue89 Bordeaux

En BREF

Les mégabassines torpillées par la cour administrative d’appel de Bordeaux

par Simon Barthélémy. 868 visites. 1 commentaire.

La baignade déconseillée sur le littoral girondin après la mort de trois baigneurs

par Noa Charbogne. 690 visites. Aucun commentaire pour l'instant.

Des lycéens de Bordeaux ont marché pour soutenir des associations humanitaires

par Noa Charbogne. 248 visites. Aucun commentaire pour l'instant.
×