Enquêtes et informations de proximité
Enquêtes et informations de proximité
Féminicide de Mérignac : des sanctions légères proposées contre les policiers
Brèves 

Féminicide de Mérignac : des sanctions légères proposées contre les policiers

par Victoria Berthet.
Publié le 4 janvier 2022.
Imprimé le 03 octobre 2022 à 02:52
828 visites. Aucun commentaire pour l'instant.

Ce mardi 4 janvier, cinq policiers ont été convoqués devant des conseils de discipline, à Paris et à Bordeaux. Ces derniers ont dû s’expliquer sur une succession de défaillances dans l’affaire du féminicide de Mérignac. Les instances disciplinaires ont proposé des sanctions allant de l’avertissement à l’exclusion temporaire.

Huit mois après l’assassinat de Chahinez Daoud, 31 ans, à Mérignac, par son ex-compagnon, cinq policiers comparaissaient ce mardi 4 janvier devant des conseils disciplinaires : quatre commissaires et officiers à Paris, et un brigadier à Bordeaux. Un autre brigadier, lui aussi convoqué à Bordeaux, a obtenu un report de sa convocation pour raison de santé.

En septembre dernier, un rapport de l’Inspection Générale de la Police Nationale (IGPN) confirmait des erreurs d’appréciation dans le suivi du dossier de Chahinez Daoud.

Le rapport de l’IGPN, dévoilé ce mardi par Le Parisien, pointait du doigt un enchaînement de défaillances policières. Déjà condamné pour violences conjugales, le dossier de Mounir Boutaa, l’ex-conjoint de Chahinez Daoud, n’a jamais été transmis à une unité spécialisée dans les violences intrafamiliales. En mars 2021, lorsque la jeune femme se présente au commissariat pour déposer plainte, cette dernière n’est pas transmise au parquet.

Avertissement et exclusion temporaire

A l’arrivée, les sanctions apparaissent symboliques : Martin Levrel, actuel Directeur départemental de la sécurité publique (DDSP) de la Gironde, pourrait écoper d’un avertissement. Une proposition adoptée à l’unanimité par le conseil de discipline, d’après France Info.

Anthony Touzet, chef de la division Ouest de la DDSP de Gironde, pourrait lui écoper d’une exclusion temporaire de fonctions avec sursis pendant trois jours a été proposée par le conseil de discipline. Il s’agit là de propositions de sanctions, qui doivent encore être approuvées par le Directeur général de la police nationale (DGPN), Frédéric Veaux. C’est ce dernier qui avait décidé de la convocation en conseil de discipline des six policiers.

Un brigadier, qui a lui comparu à Bordeaux, s’est vu proposer une sanction du premier groupe, qui peut être un avertissement ou un blâme.

Pour rappel, suite aux révélations du Canard Enchaîné l’été dernier, un policier a été radié. Ce dernier, qui a pris la plainte de Chahinez Daoud en mars 2021, avait lui-même fait l’objet d’une condamnation pour violences conjugales. Ces sanctions envers des policiers pour manquements interviennent alors que trois féminicides ont déjà été commis en 2022.

Aucun des syndicats de policiers joints par Rue89 Bordeaux n’a donné suite.

Abonnez-vous ou offrez un abonnement pour permettre à Rue89 Bordeaux d’étoffer sa rédaction

L'AUTEUR
Victoria Berthet
Journaliste, diplômée de l'IJBA. Du terrain, des faits et de la nuance.

En BREF

« Bordeaux fête le vin » tous les ans, et la fête du fleuve en stand by ?

par La Rédaction. 418 visites. Aucun commentaire pour l'instant.

L’opposition Renouveau Bordeaux demande à la Ville de « reprendre la main sur la propreté »

par Victoria Berthet. 594 visites. Aucun commentaire pour l'instant.

Le squat de la rue Gravelotte expulsé en moins de 24 heures par les forces de l’ordre

par Victoria Berthet. 566 visites. Aucun commentaire pour l'instant.
×