Enquêtes et informations de proximité
Enquêtes et informations de proximité
Ils offrent des nuits d’hôtel en solidarité avec une famille sans domicile
Société 

Ils offrent des nuits d’hôtel en solidarité avec une famille sans domicile

par Walid Salem et Simon Barthélémy.
Publié le 20 janvier 2022.
Imprimé le 28 mai 2022 à 12:54
948 visites. Aucun commentaire pour l'instant.

Déboutée du droit d’asile, la famille Balakhadze est logée à l’hôtel grâce au soutien financier des parents de l’école Naujac où est scolarisé un des enfants. Le collectif interpelle la mairie de Bordeaux pour que la Nuit de le solidarité, qui se déroule ce jeudi, décompte aussi « les sans-abri à l’abri » et prévienne leur expulsion du territoire français.

« Tout le monde pense que le problème est réglé, mais pas du tout ! » s’agace Margot Turcat. Parent d’élève à l’école de Naujac, elle a, avec une trentaine de familles, créé une cagnotte pour « aider la famille Balakhadze à se loger et à se nourrir ».

« Nous venons de retirer les derniers 1500€ pour les remettre à la famille. Ils ont de quoi tenir jusqu’au 3 février pour payer l’hôtel et se nourrir. Et après ? Ça fait cinq semaines que ces cinq personnes sont à nos frais, c’est normal ? Quand le maire de Bordeaux dit qu’il veut aider les gens à la rue, qu’il veut d’abord les recenser… Là, ce sont des sans-abri à l’abri et ils ne vont pas être visibles dans ce recensement. »

Pas d’asile

La famille Balakhadze est sous OQTF (obligation de quitter le terroir français) depuis le 13 décembre 2021 où elle a vu son recours rejeté pour sa demande d’asile. Les enfants sont scolarisés : Mariame, 6 ans, en CP à l’école Albert-Barraud ; Nino, 4 ans, en moyenne section à Naujac ; et Georgi, né en France il y a 2 ans, à la crèche d’Albert Barraud.

La famille Balakhadze devant l’école Naujac (SB/Rue89 Bordeaux)

La famille a été déboutée du droit d’asile une première fois en 2019 après son arrivée en France en 2018, et son expulsion du pays décidée en juin. L’hébergement dont bénéficiait la famille en attendant le jugement lui a été retiré le 13 décembre 2021 et, depuis, les solutions provisoires s’enchaînent : des nuitées à l’hôtel financées par les familles solidaires, une semaine d’hébergement par la paroisse catholique de Bruges… Le père de famille, David, envisageait même de faire dormir tout le monde dans la voiture pour alerter sur cette situation.

« Même s’ils ont reçu un refus du tribunal administratif à leur demande de titre de séjour, la préfecture doit les loger. On ne peut pas laisser trois enfants dehors par ce temps, ce n’est pas possible », estime leur avocate Delphine Gali.

Stress

David Balakhadze a une formation d’ingénieur et son épouse, Medeia, travaillait en pharmacie. Ils ont dû quitter leur pays, la Géorgie, menacés dans une affaire de corruption raconte le père.

« Je suis paralysé par le stress, poursuit-il. On veut rester à Bordeaux, les enfants ont leur copains ici, et ma femme a des problèmes de santé. Elle doit aller tous les 3 mois à l’hôpital de jour pour un rein. On n’est pas des animaux, si on dort dehors les enfants sont morts. Moi je ne suis pas un criminel, pas un trafiquant, je demande juste une carte de séjour, pour pouvoir travailler et être autonome. »

Depuis le 13 décembre, « il est terrorisé de sortir de l’hôtel, puis revenir et ne pas trouver ses enfants » rapporte Margot Turcat. Ayant épuisé tous les recours, la famille Balakhadze et ses soutiens, aidés par l’association Faire et Agir, ainsi que de Réseau éducation sans frontières (RSEF), comptent demander une nouvelle audience à la préfecture.

Abonnez-vous ou offrez un abonnement pour permettre à Rue89 Bordeaux d’étoffer sa rédaction

L'AUTEUR
Walid Salem et Simon Barthélémy

En BREF

« A Demain mon amour », projection-débat à l’Utopia avec Monique Pinçon-Charlot

par La Rédaction. 448 visites. 3 commentaires.

« Le petit peuple du potager » ou l’éloge d’une culture sans pesticides

par La Rédaction. 779 visites. Aucun commentaire pour l'instant.

Passé esclavagiste à Bordeaux : les plaques pédagogiques de la rue Colbert vandalisées

par Walid Salem. 935 visites. Aucun commentaire pour l'instant.
×