Enquêtes et informations de proximité
Enquêtes et informations de proximité
« Push4Peace » : de Biarritz à Bordeaux en skate pour aider des pays en difficulté
Société 

« Push4Peace » : de Biarritz à Bordeaux en skate pour aider des pays en difficulté

par Charlène Dosio.
Publié le 9 mai 2022.
Imprimé le 28 mai 2022 à 12:46
328 visites. Aucun commentaire pour l'instant.

Initié par le skateur biarrot Omar Alabbar, « Push4Peace » est un projet solidaire qui a pour ambition de récolter des fonds à destination des communautés de skate du Liban, du Pakistan et de Palestine. À partir de ce lundi 9 mai et durant deux semaines, il tentera de relier Biarritz à Bordeaux à la seule force de ses jambes et de sa planche.

Rouler plus de 200 kilomètres en skate ? Un défi sportif et ambitieux, qui n’effraie pourtant pas Omar Alabbar. Ce lundi 9 mai, le biarrot d’adoption de 26 ans s’élancera sur les routes basques et landaises, avec sa planche, direction Bordeaux. Ce projet caritatif nommé « Push4Peace » a pour objectif de « collecter des fonds à destination de l’Afghanistan, du Liban et de la Palestine », indique le skateur engagé.

Il espère parcourir environ quinze kilomètres par jour pour rejoindre sa destination finale en deux semaines. Un projet inédit pour Omar, qui comptabilise déjà quinze années de pratique à son actif.

« J’ai reçu ma première board à l’âge de 6 ans, se souvient-il. Mais j’ai vraiment commencé à m’y mettre plus tard, vers 10 ans. »

Originaire de Dubaï, où il a grandi et débuté le skate, Omar déménage dans le sud-ouest en 2018.

« J’étais déjà venu ici en vacances avec ma famille. Je suis finalement revenu m’y installer il y a quatre ans, pour le surf et mes amis. »

Projet de vie

Passionné de glisse, Omar est également très sensibilisé aux causes caritatives. En 2016, il voyage jusqu’aux Maldives pour aider bénévolement Wonders Around the World. Une ONG internationale, qui soutient les communautés de skates sous-représentées et les accompagne dans la construction de skateparks.

« Là-bas, j’ai offert des planches aux enfants d’un orphelinat. Ils étaient comme des dingues ! se rappelle-t-il le sourire aux lèvres. Le skate leur permet de sortir de leur situation, de se faire des amis et d’appartenir à une même communauté. »

En septembre 2021, le Biarrot découvre l’ambitieux projet du skateur britannique Barney Page : celui de parcourir l’Angleterre du Nord au Sud, pour sensibiliser aux maladies mentales et récolter des fonds au profit de la fondation Ben Rameurs, skateur britannique tragiquement décédé en 2019.

À son tour, Omar veut entreprendre un « projet de vie qui a du sens et un lien avec le skate ». Désemparé face aux crises socio-politiques actuelles, notamment en Afghanistan, Omar s’approprie l’idée et initie le même projet localement.

Le skateur biarrot d’adoption Omar Alabbar (CD/Rue89 Bordeaux)

De Biarritz à Bordeaux

Le top départ du projet a été donné ce 9 mai, à Biarritz. Sur sa route, Omar souhaite organiser des événements dans les différents skateparks par lesquels il passera. Le premier stop est prévu à Bayonne, puis Tarnos, Capbreton, Vieux Boucau, Mimizan, avec un arrêt final dans la capitale girondine.

« Il y a une communauté de skate importante à Bordeaux avec qui je peux me connecter facilement. »

Il empruntera une piste cyclable empruntée, mais sera suivi non loin de là par un ami proche, qui transportera en van ses affaires et les différents objets vendus lors des différents arrêts. Parmi eux : produits dérivés et vêtements avec le logo de l’association conçus spécialement à l’occasion.

Pour clôturer son voyage, Omar prévoit d’organiser un dernier événement important à Bordeaux.

« Il y aura des sessions de skate, de la musique live, du merchandising et une nouvelle récolte de dons. »

Outil politique et social

En se lançant dans ce périple, Omar souhaite récolter des fonds à destination d’associations engagées auprès des communautés de skateurs : Skateistan, au Pakistan, Just Childhood au Liban, et Skatepal en Palestine des pays qui « traversent des moments difficiles et où les skateurs ont besoin d’aide ».

Au-delà de la dimension sportive du projet, le skate est pour Omar un « un réel outil politique et social », capable de « rassembler les gens et de les sensibiliser « . À terme, le Biarrot souhaite continuer à développer « Push4Peace » en solide organisation caritative. Un quart de l’argent récolté servira ainsi à financer les futurs projets de l’association.

« Le skatepark m’a donné une famille et des amis pour la vie. C’est une petite communauté, mais avec beaucoup d’impact et je veux continuer à organiser d’autres projets similaires », confie le skateur, qui n’est pas prêt de ranger sa planche au placard.

L'AUTEUR
Charlène Dosio
Charlène Dosio
Journaliste passionnée de glisse, sujets de société et culture

En BREF

« A Demain mon amour », projection-débat à l’Utopia avec Monique Pinçon-Charlot

par La Rédaction. 448 visites. 3 commentaires.

« Le petit peuple du potager » ou l’éloge d’une culture sans pesticides

par La Rédaction. 779 visites. Aucun commentaire pour l'instant.

Passé esclavagiste à Bordeaux : les plaques pédagogiques de la rue Colbert vandalisées

par Walid Salem. 935 visites. Aucun commentaire pour l'instant.
×