Enquêtes et informations de proximité
Enquêtes et informations de proximité
Un premier cas de variole du singe confirmé au CHU de Bordeaux
Brèves 

Un premier cas de variole du singe confirmé au CHU de Bordeaux

par Victoria Berthet.
Publié le 8 juin 2022.
Imprimé le 08 août 2022 à 03:06
727 visites. 1 commentaire.

Un premier cas de variole du singe a été confirmé ce mercredi 8 juin, au CHU de Bordeaux. Âgée d’une trentaine d’années, le patient a été placé en chambre isolée.

Dans un communiqué publié ce mercredi 8 juin, le CHU de Bordeaux a annoncé un premier cas de variole du singe.

« L’état de santé du patient, un homme d’une trentaine d’années, n’inspire pas d’inquiétude », a précisé le CHU qui n’a pas voulu communiquer plus d’informations sur cette personne.

Sous surveillance médicale, le patient reste, pour l’heure, dans une chambre isolée. Par ailleurs, ce cas a fait l’objet d’un signalement auprès de l’Agence régionale de santé (ARS), afin d’assurer le « suivi des éventuels cas contacts du patient ».

Une soixantaine de cas en France

Selon Santé Publique France, la France comptait, au mardi 7 juin, 66 cas confirmés de variole du singe : 48 en Ile-de-France, 8 en Occitanie, 5 en Auvergne-Rhône-Alpes, 2 en Normandie, 1 dans les Hauts-de-France, 1 en Centre-val de Loire et 1 en Provence-Alpes-Côte d’Azur. Auquel s’ajoute, depuis ce mercredi 8 juin, 1 cas en Nouvelle-Aquitaine.

Ce virus, également appelé monkeypox, se transmet principalement par voie cutanée. Les symptômes sont les suivants : fièvre, maux de tête, frissons, épuisement, asthénie, gonflement des ganglions lymphatiques, douleurs dorsales et douleurs musculaires. Une éruption cutanée advient généralement deux ou trois jours après les premiers symptômes.

Dans la plupart des cas, la maladie guérit toute seule en trois à quatre semaines. Les personnes infectées doivent restées isolées jusqu’à la disparition des lésions cutanées. Dans un avis rendu le 23 mai dernier, la Haute Autorité de Santé (HAS) recommande la vaccination pour les adultes contacts à risque. D’après l’OMS, le vaccin « classique » antivariolique serait efficace à 85% pour prévenir la variole du singe. Depuis les années 80, et l’éradication de la maladie, ce vaccin n’est plus accessible au grand public.

Abonnez-vous ou offrez un abonnement pour permettre à Rue89 Bordeaux d’étoffer sa rédaction

L'AUTEUR
Victoria Berthet
Journaliste, diplômée de l'IJBA. Du terrain, des faits et de la nuance.

En BREF

La DNCG met la pression sur les Girondins pour la masse salariale et le budget transfert

par La Rédaction. 289 visites. Aucun commentaire pour l'instant.

Incendie : la Gironde repasse en vigilance rouge

par La Rédaction. 262 visites. 1 commentaire.

Cas de Covid-19 au Centre de rétention administrative de Bordeaux, La Cimade se retire

par La Rédaction. 473 visites. Aucun commentaire pour l'instant.
×