Enquêtes et informations de proximité
Enquêtes et informations de proximité
Des idées de sorties pour les vacances de la  Toussaint à Bordeaux
Culture 

Des idées de sorties pour les vacances de la Toussaint à Bordeaux

par La Rédaction.
Publié le 28 octobre 2022.
Imprimé le 28 novembre 2022 à 15:49
1 311 visites. Aucun commentaire pour l'instant.

De « Destination Cosmos » aux Bassins des lumières à Chais Alriq en passant par une expo sur le racisme au Muséum ou Hissez+O pour danser, voici 7 propositions pour vos sorties à Bordeaux.

1- Bassins des Lumières : planante « Destination Cosmos »

« Qui n’a jamais rêvé d’être astronaute ? » Jeudi 20 octobre dans la matinée, Humbert Vuatrin, le directeur du bassin des lumières, dévoilait la nouvelle exposition « Destination Cosmos, l’ultime défi ». Une production sur le système solaire diffusée à partir de 17 heures 15, en parallèle de la projection « Venise, de Canaletto à Monet », en journée.

L’exposition de 40 minutes a été conçue par Culturespaces en collaboration avec le Centre national d’études spatiales (CNES). Premier opérateur privé dans la gestion de monuments, musées et centre d’art, Culturespaces a été créé en 1990 par Bruno Monnier. Depuis 2012, l’entreprise s’est lancée dans la création de centres d’art numérique immersifs partout dans le monde. Parmi les huit créés, Bordeaux est le plus grand. Sur les 11 alvéoles de la base sous-marine, 4 sont utilisées en délégation de service public.

Voyage dans l’Espace

« Destination Cosmos, l’ultime défi » révèle 800 images tirées d’archives CNES, de l’Agence spatiale européenne et de la NASA.

Sur du Mozart, du David Bowie, ou encore du Woodkid, photos et vidéos de satellites, de planètes et de systèmes solaires se succèdent en cadence. Dans la pénombre de la base sous-marine, le spectacle démarre avec l’apparition de constellations. Portées par la bande originale, elles glissent sur les murs et se reflètent dans l’eau.

Puis les débuts de la conquête spatiale défilent devant nos yeux. En direct, nous assistons au premier pas sur la Lune de Neil Armstrong, puis au départ de Thomas Pesquet vers l’ISS. Le tempo varie et nous décollons, direction l’Espace. La tête dans les étoiles, nous contemplons Mars, Jupiter, Saturne, Uranus et Neptune. Progressivement, nous prenons de la hauteur. Encore et encore. La Voie lactée est visible dans son intégralité, puis ne devient qu’un point, mêlée aux galaxies alentour.

Pour le directeur, « ce voyage dans l’Espace ne vient pas remplacer, mais compléter les programmations habituellement proposées ». En ce sens, il souhaite donner « plus de choix aux visiteurs et se renouveler. »

Thomas Pesquet

Le but est « de susciter des émotions au public, tout en gardant une authenticité scientifique ». Ainsi, nous assistons, comme pour de vrai, aux premiers succès spatiaux. Des « période de l’histoire qui attirent de plus en plus », selon le responsable:

« Depuis Thomas Pesquet, il y a un engouement et un intérêt grandissant chez les Français. Ils veulent en connaître plus et il y a des attentes à ce niveau-là. Les enfants sont assez friands de ces sujets aussi. Et puis, d’un point de vue artistique, les images sont fabuleuses. »

Diffusée jusqu’au 19 novembre 2022, Humbert Vuatrin espère faire entre « 1 500 et 2 000 entrées par soir ».

La course à la Lune tapisse les murs de la base sous-marine (AG/Rue89 Bordeaux)

Travail collectif

Élaborer un spectacle tel que « Cosmos » est un travail « collectif » qui prend du temps. « Un à deux ans », selon le directeur.

« En général, un comité de programmation se réunit chez Culture espace pour réfléchir à de nouvelles expositions et penser à l’histoire qui sera racontée derrière les images. À ce moment-là, on prend contact avec les ayants droits et les fondations pour obtenir l’autorisation d’utiliser les images. On essaie de proposer des choses nouvelles et de ne pas être sur la même thématique que les musées et galeries alentour. »

Pour des lieux comme la base sous-marine de Bordeaux, il est nécessaire « d’adapter les projections diffusées ». Ainsi, « le travail de l’image évolue, la scénarisation et les choix artistiques évoluent ». Ce fut le cas pour l’exposition « Cosmos » :

« L’exposition a d’abord été présentée à l’Atelier des Lumières de Paris l’année dernière et a ensuite été retravaillée pour la ville de Bordeaux. Par exemple, des images ont été ajoutées, comme certaines prises de jours et de nuit par Thomas Pesquet. »

2 – Hissez+O fait chavirer la Base sous-marine

Démarré ce jeudi 27 octobre, ce festival se tient jusqu’à samedi dans la partie de la Base sous-marine dédiée aux expositions. Au menu de cet événement piloté par le collectif CMD+O : une bataille navale géante, tous les jours de 14h à 18h, dans un dispositif mi physique / mi mapping, des numéros des circassiens de l’École de Cirque de Bordeaux voisine, ou encore les excellentes chorégraphies hip-hop de la compagnie de danse Global Movement.

Le soir de 18h à minuit (2h samedi soir), place aux DJ et groupes « du grand cru local ou de renom plus lointain » (AMORCE, LSLBOYSBAND, Floyd Lavine, Soum-Soum…).

Prix libre les jeudi et vendredi, 7€ le samedi soir (en prévente sur Helloasso) 9€ sur place, 5€ tarif réduit (moins de 18 ans, étudiant·e, demandeur·se d’emploi, handicapé·e avec accompagnateur, bénéficiaire des minima sociaux). 

3- La Faïencerie : la chapelle Sixtine s’invite à Bordeaux

Loin des murs du Vatican et de la chapelle Sixtine, la plateforme internationale Fever et le producteur d’expositions américain SEE Global Entertainment, ont tenté d’apporter un « nouveau regard » sur les fresques de Michel-Ange. Après Lyon, Bordeaux est la deuxième ville française à accueillir cette exposition, lancée et créée il y a une dizaine d’années aux États-Unis.

34 photographies en haute définition, imprimées sur des toiles, sont accrochées aux murs et au plafond de la de la Faïencerie. Du sacrifice de Noé, en passant par David Goliath jusqu’au célèbre Jugement dernier, les visiteurs peuvent contempler de près les peintures bibliques de l’artiste italien.

Au premier plan : « Le Sacrifice de Noé », reproduit quasiment à l’échelle (VB/Rue89 Bordeaux)

Visite par QR code

Lors de la visite, il est nécessaire d’apporter ses propres écouteurs ou son casque, puisque non fournis. Une application est téléchargeable à l’entrée. Elle permet, devant chaque fresque, de scanner un QR code et d’écouter son histoire et sa description. L’enjeu avancé par Fever, connu à Bordeaux pour ses concerts à la bougie Candlelight : « Démocratiser l’accès à la culture »… Comptez tout de même 14,20 euros pour un billet adulte plein tarif.

Plein tarif : 14,20 euros
Tarif réduit : 11,90 euros
24 rue de la Faïencerie, billetterie en ligne ici

4 – « Nous et les autres, des préjugés au racisme » décryptés au Museum

Cette très instructive exposition mérite en soi une visite au Muséum de Bordeaux, ou un petit prolongement à la visite de la collection permanente. Adaptée d’une expo initialement conçue par le Muséum d’histoire naturelle de Paris, son parcours immersif remonte aux origines : les préjugés issus des études « scientifiques » sur les différences entre les soi-disant races humaines, qui ont surtout légitimé aux yeux des occidentaux l’esclavage, la colonisation, les discriminations, notamment des Noirs aux Etats-Unis jusque dans les années 1960, ou l’Holocauste des Juifs.

L’expo démontre différents supports à l’appui – jeux, vidéos, jeux… – que les recherches biologiques ont, ces dernières décennies, complètement infirmé ces thèses, révélant que tous les homo sapiens partagent 99,9% de leur patrimoine génétique, les différences de couleur de peau étant notamment liées à… l’alimentation.

Pourtant, l’essentialisation – la tendance à ramener l’autre aux caractéristiques supposées de ses origines géographique ou de sa religion – perdure, comme le rappellent plusieurs chercheurs en sciences humaines. Ils montrent comment les médias, par exemple, contribuent à véhiculer des clichés (sur les musulmans, les Roms, les habitants des quartiers populaires…), nourrissant le terreau de la haine.

Jusqu’au 19 février 2023 au Muséum de Bordeaux, 5 place Bardineau (entrée dans le Jardin public), de 10h30 à 17h30. Tarifs : de 2 à 8 euros.

5 – Le Festival Cube donne de la voix aux jeunes talents

Ce festival de musique classique été créé par l’Association Musicale Intermezzo. Jeune et itinérant, il privilégie « une programmation locale qui mêle les arts, la tradition et la nouveauté ».

La programmation s’ouvre ce vendredi 28 octobre (20h à l’Espace Saint-Rémi) avec l’Ensemble Nemesi et François Pinsedé pour une fusion de musique baroque et de danse hip-hop, avec le Quatuor Slava en première partie.

La clôture, samedi soir, sera assurée par un concert mis en scène avec 12 artistes musiciens, danseurs comédiens, pour faire revivre un cabaret des années 30, suivie d’un set jazz.

Tarifs entre 12 et 22 euros. Plus d’informations sur le site du festival.

6 – Chais Alriq : La rencontre des vins au naturel

La Guinguette Chez Alriq s’associe avec L’Appétit du vin, distributeur de vin naturel depuis 8 ans en gironde, et Les Chais du Port de la Lune, chai urbain à Bordeaux depuis 2017, pour présenter une sélection de 20 vignerons « amis » les 6 et 7 novembre.

-Château Brandeau (Bordeaux) Julien Voogt
-Château Coulonge (Bordeaux) Nicolas Roux
-Domaine l’île Rouge (Bordeaux) Antonin Jamois
-Domaine la Rune (Corbières), Manu Remon
-Domaine Fond Cyprès (Corbières) Rodolphe et Laëticia
-Domaine de Brousse (Gaillac), Amandine Boissel
-Domaine Plageoles (Gaillac) Romain Plageoles
-Puzzela (Géorgie)
-Clos 19 Bis (Graves), Vincent Quirac
-Mas Coutelou (Languedoc Rousillon), Jeff Coutelou
-Domaine Capmartin (Madiran) Simon Capmartin
-Closerie des Moussis (Margaux), Laurence Alias
-Domaine Coquelicot (Périgord), Grégoire Rousseau
-Domaine Fontaines des Grives (Périgord) Benoit & Leila
-Domaine de la Piffaudière (Touraine), Olivier Bellanger
-Domaine Christian Venier (Val de Loire), Christian Venier
-Les Chais du Port de la Lune, Laurent Bordes et Jules Biessy

Il y aura du vin nature, mais aussi une fanfare et du théâtre burlesque !

Dimanche 6 et lundi 7 Novembre 2022 de 10h à 18h
Entrée 7 euros (5 euros pour les pros)

7- Hors-Jeu / En Jeu : La culture pour tous

La 17e édition d’Hors-Jeu/En Jeu, manifestation artistique et culturelle, portée par la Ligue de l’Enseignement de la Gironde se déroulera du 29 octobre au 28 novembre. A travers une vingtaine de rendez-vous, ce festival donne la parole à des personnes en situation de handicap, en état de souffrance, d’isolement qui peuvent se sentir exclues ou rejetées par la société.

« Moments uniques d’expression de ceux qui ont pu être mis “hors-jeu”, pour enfin se mettre “en jeu”, il permet également d’élargir le public des évènements culturels et propose grâce à ses manifestations presque toutes gratuites un accès à la culture pour tous », précise la présentation.

Cet événement débute ce samedi 29 octobre 2022 avec une première rencontre à la Bibliothèque de Mériadeck pour le spectacle sensoriel « La Maison en Petits Cubes », de la compagnie Les Singuliers Associés.

Le programme en format pdf

L'AUTEUR
La Rédaction
La Rédaction
Des infos d'ici de là

En BREF

Ïkos et la Fabrique Pola vont recevoir une aide de 100 000 euros de l’Etat

par Alice Gapail. 553 visites. Aucun commentaire pour l'instant.

La Nouvelle-Aquitaine « première région pour la participation électorale » selon l’INSEE

par Alice Gapail. Aucun commentaire pour l'instant.

Le député RN Grégoire de Fournas rattrapé par ses travailleurs étrangers

par Walid Salem. 1 419 visites. Aucun commentaire pour l'instant.
×