Enquêtes et actualités gavé locales


Des militants d’extrême droite perturbent l’intervention de députés LFI à l’Université Bordeaux-Montaigne

Une vingtaine de personnes cagoulées ont essayé de pénétrer dans l’amphithéâtre où les députés LFI Louis Boyard et Carlos Martens Bilongo rencontraient des étudiants. À la demande de la direction de l’Université Bordeaux-Montaigne, la police est intervenue.

Cet article est en accès libre. Pour soutenir Rue89Bordeaux, abonnez-vous.

Des militants d’extrême droite perturbent l’intervention de députés LFI à l’Université Bordeaux-Montaigne

Ils ont fait partie de l’actualité de ces dernières semaines… bien malgré eux. Louis Boyard, a été violemment invectivé par Cyril Hanouna dans son émission TPMP, et Carlos Martens Bilongo, a été pris à partie par le député médocain RN Grégoire de Fournas, lors de son intervention à l’Assemblée nationale sur le sauvetage des migrants par l’Ocean Viking.

Les deux députés de la France Insoumise étaient ce mercredi 7 décembre à Pessac, à 18h30, pour rencontrer des étudiants de l’Université Bordeaux-Montaigne dans le cadre d’une opération « La LFI-Nupes débarque dans ta fac ». Une conférence devait ensuite aboutir à des échanges sur les conditions de vie étudiante et sur l’université en général.

Une vingtaine de minutes après le début de la rencontre, une vingtaine d’individus cagoulés, armés de barres de fer et de matraques téléscopiques ont tenté de s’introduire dans l’amphithéâtre où se déroulait la rencontre en proférant des slogans racistes. Repoussés par le service d’ordre de la LFI, la police est intervenue à 19h30 pour les disperser à la demande de la direction de l’Université. La conférence, et un spectacle de théâtre qui se tenait parallèlement, ont pu se tenir comme prévu.

« Banalisation de l’extrême droite »

« Ces actes de violences qui s’apparentent à une expédition punitive s’inscrivent dans un contexte de banalisation de l’extrême droite » commentent les deux députés dans un communiqué de presse. Louis Boyard et Carlos Martens Bilongo ont demandé au ministre de l’Intérieur Gérald Darmanin « une réaction à la hauteur de la violence de cette attaque contre les groupuscules d’extrême droite ».

De son côté, le ministre a réagi par un tweet :

Dans un communiqué de presse, l’Université Bordeaux Montaigne a condamné « ces violences et tentatives d’intimidation à l’encontre d’élus de la République, de l’université, de la liberté de débattre en toute sécurité, et de la culture » : 

« Nous regrettons profondément une évolution qui semble nous mener vers une société dans laquelle l’université ne pourrait être le lieu d’un débat apaisé sur les enjeux sociétaux, y compris ceux auxquels font face les étudiantes, les étudiants et l’université dans son ensemble. L’université doit rester un lieu de liberté de débat et de production de connaissances ouvert sur la société, afin de comprendre les problèmes auxquels cette dernière fait face et de construire avec elle les solutions qui la feront progresser. »

L’Université de Bordeaux-Montaigne a porté plainte.


#extrême droite

Activez les notifications pour être alerté des nouveaux articles publiés en lien avec ce sujet.

Voir tous les articles
Plus d'options