Enquêtes et actualités gavé locales

Perquisitions chez Edwige Diaz, députée RN de Gironde, soupçonnée d’emploi fictif

Le domicile de la députée de Gironde et son bureau à l’Assemblée nationale ont été perquisitionnés dans le cadre d’une enquête préliminaire ouverte par le Parquet européen, suite à un signalement d’Anticor. Edwige Diaz est soupçonnée d’avoir bénéficié d’un emploi fictif entre 2018 et 2019, lorsque l’élue Rassemblement national était l’assistante parlementaire locale de l’ex-député européen Jacques Colombier. Ce dernier a été placé en garde-à-vue.

Cet article est en accès libre. Pour soutenir Rue89Bordeaux, abonnez-vous.

Perquisitions chez Edwige Diaz, députée RN de Gironde, soupçonnée d’emploi fictif

Selon Mediapart et Libération, le domicile d’Edwige Diaz à Bordeaux, ainsi que son bureau à l’Assemblée nationale, ont été perquisitionnés ce lundi 5 décembre 2022. Le domicile de Jacques Colombier, député européen de 2018 à 2019, a lui aussi été perquisitionné, et l’actuel conseiller régional Rassemblement national (RN) placé en garde-à-vue.

Enquête préliminaire

Dans un communiqué, le Parquet européen indique avoir été « saisi des faits par le Parquet de Bordeaux » en juillet 2021, suite à un signalement de l’association Anticor, effectué en juin 2021, comme le révélait alors Rue89 Bordeaux. Depuis, une enquête préliminaire est ouverte pour « détournement de fonds publics, complicité et recel » :

« Dans le cadre des investigations dirigées par les Procureurs européens délégués, des perquisitions autorisées par un juge des libertés de la détention ont été effectuées le 5 décembre 2022, dans les locaux de l’Assemblée nationale, ainsi qu’à Bordeaux et dans sa région en vue de permettre la découverte de tout élément utile à la manifestation de la vérité. »

Le Parquet européen précise que les « investigations ont été confiées au Service d’Enquête Judiciaire des Finances qui les conduit sous la direction du Parquet européen ». Cela fait suite à une enquête plus vaste sur les assistants parlementaires européens du parti de Marine Le Pen, soupçonné d’avoir profité de ce système pour rémunérer ses cadres. Elle a donné lieu à la mise en examen de 29 élus ou assistants d’extrême droite.

« Cabale »

Dans un communiqué commun publié dans lundi 5 décembre dans l’après-midi, Edwige Diaz et Jacques Colombier dénoncent des « accusations grotesques » et une « vengeance politique » de la part de David Poulain, référent local d’Anticor en Gironde et conseiller municipal à Ambarès-et-Lagrave. Ils lui reprochent d’avoir communiqué 48h avant le premier tour des élections régionales.

« Ces accusations mensongères sont le fruit d’une vengeance politique de Monsieur Poulain, qui détourne le travail d’utilité publique d’Anticor à des fins personnelles et qui a visiblement mal digéré le fait de ne pas avoir obtenu le désistement du Rassemblement National aux élections municipales 2020 à Ambarès-et-Lagrave au profit de sa candidature (…). »

Les deux responsables locaux du RN mettent aussi en cause « d’anciens élus qui ont quitté le Rassemblement national et de médiocres responsables départementaux à qui le RN a refusé d’accorder une investiture lors de cette élection, dans un dernier baroud d’honneur pour tenter d’exister médiatiquement ».

Edwige Diaz et Jacques Colombier assurent qu’ils donneront « toutes les suites judiciaires nécessaires pour que cette cabale ne reste pas impunie ».


#Justice

Activez les notifications pour être alerté des nouveaux articles publiés en lien avec ce sujet.

Voir tous les articles
Plus d'options