Enquêtes et actualités gavé locales

Plaque commémorative et légion d’Honneur pour le journaliste Frédéric Leclerc-Imhoff mort en Ukraine

Décédé le 30 mai dernier en exerçant son métier de journaliste, Frédéric Leclerc-Imhoff va recevoir la légion d’honneur à titre posthume. Une plaque commémorative sera posée à l’Institut de journalisme Bordeaux Aquitaine, où il a été formé, et une conférence lui sera dédiée ce vendredi 3 mars.

Cet article est en accès libre. Pour soutenir Rue89Bordeaux, abonnez-vous.

Plaque commémorative et légion d’Honneur pour le journaliste Frédéric Leclerc-Imhoff mort en Ukraine

Lors de son déplacement à Kiev ce jeudi 23 février, Rima Abdul Malak a annoncé que Frédéric Leclerc-Imhoff, journaliste formé à l’Institut de journalisme Bordeaux Aquitaine (IJBA), allait être décoré de la légion d’Honneur à titre posthume. La ministre française de la Culture a également fait savoir qu’une salle de la médiathèque de l’Institut français de la capitale ukrainienne sera renommée en son nom.

Le 30 mai 2022, le jeune journaliste diplômé en 2014 a été tué par un éclat d’obus alors qu’il suivait une opération humanitaire à bord d’un véhicule blindé. Il tournait ce reportage, dans la région de Severodonetsk, pour la chaîne d’information BFMTV avec son binôme français, le journaliste Maxime Brandstaetter, et sa fixeuse ukrainienne. Il avait 32 ans.

Portrait de Frédéric Leclerc-Imhoff par son ancien compagnon, Sam Cottet.

Une plaque commémorative et une conférence à l’IJBA

L’IJBA et les diplômés de sa promotion ont également tenu à rendre hommage à Frédéric Leclerc-Imhoff. Une plaque commémorative va être inaugurée à l’école le vendredi 3 mars à 17h30, en présence notamment de Lionel Larré, président de l’Université Bordeaux Montaigne. La cérémonie sera suivie d’une conférence à 18h30 dans l’auditorium de l’école autour de l’un de ses thèmes de prédilection : « Donner la parole à ceux qui ne l’ont pas ».

« Donner la parole aux plus humbles, aux invisibles, à ceux qui ne sont rien. Leur rendre justice en les mettant dans la lumière », c’est ainsi que sa mère, Sylviane Imhoff, avait décrit l’engagement de son fils dans son métier lors de l’hommage qui lui avait été rendu place de la République à Paris, quelques jours après son décès.

Au total, depuis le début de la guerre en Ukraine le 24 février 2022, huit journalistes ont été tués et 19 autres blessés, d’après le décompte de Reporters sans frontières (RSF).

Inscription obligatoire auprès de l’IJBA (cliquer ici)


#hommage

Activez les notifications pour être alerté des nouveaux articles publiés en lien avec ce sujet.

Voir tous les articles
Plus d'options