Enquêtes et actualités gavé locales


Quatre victimes de racisme sur cinq ne se sentent pas écoutées selon deux sociologues bordelais

Johanna Dagorn et Arnaud Alessandrin, chercheurs à l’université de Bordeaux, viennent de publier « Discriminations dans la ville : sexismes, racismes et LGBTphobies dans l’espace public » (Double Ponctuation éditions). Dans une synthèse, ils mentionnent un éloignement des personnes victimes de discrimination des institutions censées les prendre en compte.

Cet article est en accès libre. Pour soutenir Rue89Bordeaux, abonnez-vous.

Quatre victimes de racisme sur cinq ne se sentent pas écoutées selon deux sociologues bordelais

Sur la base d’enquêtes dans différentes villes de France, dont la métropole bordelaise, Johanna Dagorn et Arnaud Alessandrin ont cumulé des données à partir d’un questionnaire diffusé entre 2015 et 2020, et portant sur le vécu des discriminations dans la ville.

« Si le sexisme ou les LGBTphobies ressortent dans toutes nos enquêtes territoriales, la question du racisme est celle qui augmente le plus régulièrement dans nos mesures », écrivent-ils dans une publication sur le site en ligne The Conversation.

« Les services publics s’en foutent de nous »

Pour les trois quarts des personnes victimes de racisme, les institutions affichent un « mépris » à leurs cas. En conséquence, les sociologues rapportent que les répondants ne manifestent pas de réactions « car ils ne croient pas ou peu au changement “parce que les services publics s’en foutent de nous !“, répondent-ils pour partie ».

Plus généralement, les victimes de racisme ont exprimé des ressentis à l’instant des discriminations vécues. La colère arrive largement en haut du tableau avec 68% des réponses, devant la tristesse (12%), la honte (10%), et la peur (8%). Et pour en parler, un quart des personnes discriminées (24%) préfèrent aborder le sujet avec des proches, d’autres (17%) évoquent l’agression sur les réseaux sociaux, loin devant les associations (3%) ou la police (1%).

Les sociologues bordelais se sont penchés sur les liens des victimes avec les espaces d’écoute et d’entraide. Ils écrivent :

« En moyenne, 65 % des personnes déclarent ne pas s’être senties écoutées par les institutions censées les prendre en compte… Mais lorsque nous faisons une extraction statistique sur les victimes de racisme, ce chiffre monte à 83 % ! »


#racisme

Activez les notifications pour être alerté des nouveaux articles publiés en lien avec ce sujet.

Voir tous les articles
Plus d'options