Enquêtes et actualités gavé locales

Une action menée contre le gaspillage énergétique des publicités et enseignes lumineuses à Bordeaux

Trois associations dénoncent le gaspillage énergétique à Bordeaux et demandent à Pierre Hurmic l’extinction définitive des panneaux lumineux et écrans publicitaires.

Cet article est en accès libre. Pour soutenir Rue89Bordeaux, abonnez-vous.

Une action menée contre le gaspillage énergétique des publicités et enseignes lumineuses à Bordeaux

Deux semaines après son action dans les rues de Bordeaux, Extinction Rebellion vient de rejoindre Greenpeace Bordeaux et Collages Féministes Bordeaux pour une nouvelle opération. Dans la nuit de samedi à dimanche 17 février, les militantes et militants ont recouvert des publicités lumineuses et éteint des enseignes de magasins pour dénoncer le gaspillage d’énergie.

« Alors que la hausse des prix de l’énergie frappe de plein fouet l’ensemble des ménages et notamment les plus précaires, ainsi que les artisans et les collectivités locales, gâcher de l’énergie devient d’autant plus intolérable », mentionne un communiqué diffusé après l’action.

« C’est absurde » peut on lire en gros sur les affiches qui ont recouvert les sources lumineuses, en particulier dans les secteurs de Sainte-Catherine, Tourny, Ravezies, et l’avenue Thiers. « Les lumières ont été coupées lorsque c’était possible » précise le communiqué.

Des affiches ont recouvert les sources lumineuses Photo : fournie par le collectif

« Bordeaux se doit d’être exemplaire »

Par cette action, le collectif appelle les pouvoirs publics à une extinction immédiate et générale des publicités lumineuses (écrans numériques et panneaux rétro-éclairés) et enseignes de magasins (en dehors des heures d’ouverture). Celle-ci fait écho à une pétition lancée en novembre 2022 par Greenpeace Bordeaux à l’attention de Pierre Hurmic et qui a récolté plus de 750 signatures à ce jour. Au maire de Bordeaux, l’ONG demande « pour le climat et pour nos factures d’électricité, Bordeaux se doit d’être exemplaire ».

« Notre ville doit prendre les mesures suivantes de manière urgente, et sans attendre le pic de l’hiver où les tensions énergétiques se feront ressentir. Nous demandons :
– L’extinction des panneaux lumineux et écrans publicitaires en continu, et pas uniquement de 23h à 7h du matin comme actuellement à Bordeaux
– L’extinction des vitrines et enseignes lumineuses dès la fermeture du magasin, et pas uniquement de 1h à 6h du matin
– L’arrêt de l’installation de nouveaux panneaux publicitaires lumineux ou rétro-éclairés
– L’extinction des lumières des bureaux dès leur fermeture »

Au-delà de la période de tension hivernale, les trois mouvements ajoute à la crise énergétique, l’urgence climatique et demandent une sobriété énergétique « en lien avec la justice sociale ».

« Elle doit s’accompagner de mesures contraignantes ciblant en priorité les consommations excessives et de mesures d’accompagnement des plus précaires, par exemple un investissement massif dans la rénovation performante des passoires thermiques » écrivent-ils.


#Collectif Collage féminicides Bordeaux

Activez les notifications pour être alerté des nouveaux articles publiés en lien avec ce sujet.

Voir tous les articles
Plus d'options