Enquêtes et actualités gavé locales


Escale du livre, Déluge jazz festival, Ma rue respire… vous faites quoi ce week-end ?

Sélection culturelle et festive pour ce premier week-end d’avril à Bordeaux avec la 21e édition de l’Escale du livre qui s’installe dans le quartier Sainte-Croix. Le Déluge jazz festival, lui, revient pour la deuxième année en collaboration avec Blonde Venus. Et pour la première fois, le collectif artistique des Conversations Utopiques accompagnera le dispositif de la Ville « Ma rue respire » avec des animations gratuites dans sept quartiers.

Cet article est en accès libre. Pour soutenir Rue89Bordeaux, abonnez-vous.

Escale du livre, Déluge jazz festival, Ma rue respire… vous faites quoi ce week-end ?

C’est le printemps et les sorties culturelles ne manquent pas pour ce premier week-end d’avril. Rappelons tout d’abord la tenue du festival Imprimé qui a démarré au début de cette semaine et se poursuit jusqu’à samedi, avec une journée au château Palmer, à Cenon.

Ce même samedi 1er avril, la galerie-édition N’a Qu’1 Œil fête ses 27 ans. Pour cette occasion, Fanny Garcia & Jack Usine exposent une scénographie sur mesure. Boris Crack, Laure Limongi & Charles Pennequin imaginent ensemble une soirée de lectures-performances croisées. La date n’est pas choisie au hasard, elle tombe en plein Escale du livre.

L’Escale du livre

Rendez-vous littéraire incontournable dans la région, l’Escale du livre réinstalle ses quartiers à Sainte-Croix pour sa 21e édition. 13 librairies indépendantes et plus de 60 maisons d’édition seront présentes sous les chapiteaux au square Dom Bedos et à la halle Vitez du Conservatoire, du 31 mars au 2 avril. Plus de 18 000 visiteurs sont attendus. Au programme : rencontres et entretiens, balades, expositions, débats et spectacles.

On notera, entre-autres, un grand débat sur « L’écriture comme forme de résistance » avec les auteures iraniennes et afghanes Leili Anvar et Aliyeh Ataei :

« Du monde libre qui est le nôtre, nous les imaginons invisibles et muettes sous la burqa, condamnées à la misogynie aveugle, recluses dans le poing d’une domination archaïque. Pourtant en Afghanistan, comme ici, des femmes lisent et écrivent. Des vers. Des chants. De la poésie. Des mots qui ouvrent en elles, et autour d’elles, un espace de liberté », écrit Pierre Mazet, président du festival.

Têtes d’affiche

Plus localement, Daniel Salmon sera présent pour évoquer son ouvrage Bordeaux criminel 1787-1960, un « panorama historique, géographique et social de la criminalité dans la région bordelaise ». Journaliste indépendante et ancienne étudiante à Sciences Po Bordeaux, Laurène Daycard, elle, s’interroge sur les origines et les mécanismes des féminicides, paroxysme de la violence masculine qu’elles étudient dans son livre « Nos absentes » (Seuil). La journaliste sera au coeur d’un dialogue avec l’écrivaine Taous Merakchi au TnBa, auteure du livre Vénère, être une femme en colère dans un monde d’homme (Flammarion).

Cette année, le Prix des lecteurs sera remis à Mathieu Belezi pour son livre Attaquer la terre et le soleil, publié aux éditions Le Tripode. Déjà lauréat du prix littéraire « Le Monde » en 2022, l’ouvrage revient sur la colonisation de l’Algérie au XIXe siècle. L’effroi et l’horreur y sont narrés aux travers des voix d’une femme de colon et d’un soldat.

D’autres « têtes d’affiche » seront présentes à l’instar de Brigitte Giraud, prix Goncourt 2022, ou encore du journaliste Guillaume Meurice qui viendra présenter anti-manuel de développement personnel, « Petit éloge de la médiocrité », parut aux éditions Les Pérégrines.

  • Réservations et programme du festival à retrouver ici

Déluge Jazz Festival

Le festival de jazz au cœur de Bordeaux revient pour sa deuxième édition, cette fois-ci en collaboration avec Blonde Venus du 1er au 2 avril. Pour ouvrir les festivités, le quintette Hélicon s’en charge. Mené par Olga Amelchenko, saxophoniste russe faisant partie de la scène parisienne moderne, il offrira un « jazz d’une évidence absolue où le saxophone vient se mélanger à la voix de Charlotte Wassy », voix montante de la scène française.

La journée de samedi se poursuit avec Magic Malik Fanfare XP. Ce groupe de 12 musiciens et musiciennes volontaires et issus de tous horizons explore à la fois la composition et l’improvisation. Son initiateur, Malik Mezzadri, natif de la Côte d’ivoire, a commencé la flûte à bec et la flûte traversière à l’âge de 6 ans. Il est aujourd’hui une figure incontournable du jazz français.

Au programme de dimanche, Médéric Collignon, cornettiste, saxhorniste et multivocaliste de jazz français, a su faire naitre de son éducation classique une modernité sans cesse renouvelée par un sens très fin de l’improvisation. Le quartet Flash Pig, élu groupe de l’année par Jazz News et Jazzmag, fera la clôture de ce nouveau rendez-vous.

Fondé en 2017 à Bordeaux, le collectif Déluge est formé d’une quinzaine de musiciens et musiciennes de la région. Son but est de faire vivre le jazz de création « partout où cela est possible ». Le collectif organise des concerts en Île-de-France et en Nouvelle-Aquitaine. Déluge est également un label phonographique depuis 2019.

  • Billetterie et programmation à retrouver ici

Ma rue respire

Vous connaissez certainement le dispositif « Ma rue respire », mis en place par la mairie de Bordeaux depuis 2021, qui consiste, chaque premier dimanche du mois, à multiplier le périmètre réservé aux piétons et mobilités douces dans la ville. Pour la première fois, en avril, mai et juin, la collectivité expérimente un nouveau programme artistique et culturel gratuit conçu avec des opérateurs culturels locaux

Entre 10h et 18h, dans les 7 secteurs concernés par Ma rue respire, des formes artistiques hybrides, familiales et festives, mélangeant musique, danse, arts de la rue, théâtre d’objet, arts forains, cirque, performances feront vivre la culture. Ce dimanche 2 avril, « Ma rue respire » a été imaginée en collaboration avec l’association béglaise Les Conversations Utopiques. L’ambition : faire de Bordeaux « la capitale des Arts de la Rue et de l’Espace Public ».

45 spectacles gratuits seront accessibles dans sept quartiers de la ville : les Capucins, place Nansouty, Saint-Augustin (place Gavinies), Caudéran (avenue Carnot et Parc Bordelais), Bordeaux maritime (rue Denise), les Chartrons (place du marché) et Bordeaux Bastide (Parvis Yves Parlier et place Stalingrad). Toute la journée, 15 compagnies d’art proposeront du théâtre, des chants, de la danse, et même des massages et de l’hypnose de rue.

  • Programme artistique et culturel à retrouver ici

#Bordeaux

Activez les notifications pour être alerté des nouveaux articles publiés en lien avec ce sujet.

Voir tous les articles
Plus d'options