Enquêtes et actualités gavé locales

Fêtons ensemble nos 10 ans, abonnement 10€/an : objectif 2000 abonné⋅es

30/04/2024 date de fin
663 abonné⋅es sur 2 000
Pour ses 10 ans, Rue89 Bordeaux propose un abonnement à 10€/an et vise les 2000 abonné.es

Fanny de Chaillé, metteuse en scène et chorégraphe, prend la direction du Théâtre national de Bordeaux Aquitaine

La chorégraphe, metteuse en scène et performeuse prendra ses fonctions au 1er janvier 2024, succédant ainsi à Catherine Marnas.

Cet article est en accès libre. Pour soutenir Rue89Bordeaux, abonnez-vous.

Fanny de Chaillé, metteuse en scène et chorégraphe, prend la direction du Théâtre national de Bordeaux Aquitaine

L’annonce a été faite par la ministre de la Culture, Rima Abdul Malak, ce lundi 3 juillet. Fanny de Chaillé, 49 ans, va prendre la tête du Théâtre national de Bordeaux en Aquitaine (TnBA). La nomination de la metteuse en scène, chorégraphe et performeuse a été faite en accord avec Alain Rousset, président de la Région et Pierre Hurmic, maire de Bordeaux, collectivités tutelles de la scène nationale.

Dans la dernière ligne droite, Fanny de Chaillé faisait partie d’une sélection serrée avec Carole Thibaut, metteuse en scène, comédienne et actuelle directrice du centre dramatique national de Montluçon ; Dorcy Rugamba, metteur en scène, acteur et dramaturge rwandais ; et Sébastien Bournac, homme de théâtre originaire du Lot-et-Garonne. Les quatre candidats devaient présenter un projet pour prendre la succession de Catherine Marnas qui dirige le TnBA depuis janvier 2014. Cette dernière, qui a bouclé la programmation de la saison 2023-2024 avant de céder sa place le 1er janvier prochain, va poursuivre sa carrière en compagnie dans la région marseillaise.

Parité et diversité

La future directrice entend « faire du Théâtre national de Bordeaux en Aquitaine, un lieu de transmission et de partage, “un théâtre vivant, engagé et joyeux”, qui accompagne l’émergence de formes et d’écritures nouvelles, pleinement ouvert à la jeunesse et au monde qui l’entoure », indique le ministère de la Culture dans son communiqué :

« Accompagnée d’une communauté d’artistes (la compagnie ToroToro, Tamara Al Saadi, Baptiste Amman, le collectif Rivage, Rebecca Chaillon, Lionel Dray & Clémence Jeanguillaume, Mohamed el Khatib, Gwenaël Morin, Hatice Ôzer), dont une partie sont des équipes implantées en Nouvelle-Aquitaine, elle s’attachera à rapprocher le théâtre de celles et ceux qui hésitent à y entrer, produire des spectacles et des histoires où chacun peut trouver sa place et fabriquer un récit commun. »

Le ministère de la Culture promet une « programmation paritaire, ouverte à la scène théâtrale française dans toute sa diversité, à la danse, au cirque contemporain et aux projets pouvant investir l’espace public ». Fanny de Chaillé entend également accorder une place importante à l’enfance et à l’adolescence avec le « projet Kids » sur le temps scolaire.

En prenant également également les rênes de l’Ecole supérieure de théâtre Bordeaux-Aquitaine (Estba), Fanny de Chaillé compte créer un collège pédagogique dans le but de « faire participer activement les étudiants aux processus de création, les aider à s’autonomiser, à affirmer leur singularité et faciliter leur insertion professionnelle ».

Corps et voix

Dans ses recherches et créations, Fanny de Chaillé travaille les échanges entre corps et voix. Ses pièces, projets et installations explorent divers champs disciplinaires pour les superposer sur les plateaux ou en dehors (galeries, salles de concert, bibliothèque, amphithéâtre universitaire).

Ses dernières créations reflètent cet intérêt pour les dispositifs et modes d’adresse et d’écoute, qu’il s’agisse de redonner voix et corps au discours inaugural de Michel Foucault au collège de France (Désordre du discours, 2019), de faire collectif autour de dix jeunes comédiens de l’ADAMI (Le Chœur, 2020), de croiser les générations (Les Grands, 2019), ou de revisiter l’album Transformer de Lou Reed (Transformé, 2021).

Formée à l’Esthétique à Paris Sorbonne au début des années 90, Fanny de Chaillé créé ses propres installations et performances à partir de 1995, et des spectacles pour la scène dès 2003, en s’appuyant sur des textes littéraires – Georges Pérec dans Le voyage d’hiver, Thomas Bernhard dans Je suis un metteur en scène japonais… –, et en puisant dans une culture musicale rock et populaire – Karaokurt (1996), Gonzo conférence (2007), Mmeellooddyy Nneellssoonn (2012)…

Fanny de Chaillé a été artiste associée de la scène nationale Chambéry Savoie (2014-2022), du CND Lyon (2017-2020), au Théâtre Public de Montreuil – CDN, à Chaillot, Théâtre national de la danse depuis 2022, au Théâtre de Nîmes depuis 2023, et a été également invitée par la Maison des Métallos (CoOP-2020).

Photo de une Marc Domage


#TnBA

Activez les notifications pour être alerté des nouveaux articles publiés en lien avec ce sujet.

Voir tous les articles
Partager
Plus d'options