Enquêtes et actualités gavé locales

Pour les 10 ans de votre média : objectif 2000 abonné⋅es

30/04/2024 date de fin
730 abonné⋅es sur 2 000
Pour ses 10 ans, Rue89 Bordeaux propose un abonnement à 10€/an et vise les 2000 abonné.es

Le député Modem Frédéric Zgainski relève une « situation préoccupante » à la prison de Gradignan

Le député de la 7e circonscription de Gironde s’est rendu au centre pénitentiaire de Gradignan ce mercredi 30 août suite aux nombreuses livraisons de drogues à des détenus et à des agressions de surveillants. Il appelle le gouvernement à « des mesures d’urgence ».

Cet article est en accès libre. Pour soutenir Rue89Bordeaux, abonnez-vous.

Le député Modem Frédéric Zgainski relève une « situation préoccupante » à la prison de Gradignan

Dans la nuit du 18 au 19 août, un demi-kilo de drogues a été livré par drone à un prisonnier du centre pénitentiaire de Bordeaux-Gradignan. Devant cette troisième « livraison » depuis le début de l’année, le député (Modem) Frédéric Zgainski s’inquiète d’une situation « qui se répète et s’amplifie » et qui « pourrait s’aggraver si des mesures ne sont pas prises rapidement » :

« Nous ne pouvons attendre que ces délinquants ne livrent ces détenus en armes ou tout autre dispositif dangereux. Les conséquences pourraient être tragiques pour les services du centre pénitentiaire et les riverains », déclare l’élu Modem dans un communiqué de presse. 

Au centre pénitentiaire de Bordeaux-Gradignan, Frédéric Zgainski a rencontré la direction ainsi que le personnel pénitentiaire ce mercredi 30 août pour « faire le point sur la situation et d’échanger sur les mesures pouvant être mises en œuvre afin de sécuriser la prison ». 

« Conditions de vie indigne »

Le député de la 7e circonscription de Gironde indique avoir adressé un courrier au garde des Sceaux pour « appuyer » la demander de financement supplémentaire faite par l’établissement pour remplacer les 80 caillebotis des fenêtres des cellules. Ce grillage métallique aurait été endommagé par les prisonniers afin de rendre possible les livraisons par drone. 

Frédéric Zgainski a constaté par ailleurs la surpopulation carcérale « qui entraîne des conditions de vie indignes pour les prisonniers d’une part et des conditions de travail dégradées pour les surveillants pénitentiaires d’autre part ».

Confronté à un taux d’occupation de 230% dans le bâtiment A, réservé aux hommes, soit 539 détenus pour 233 places, le centre pénitentiaire avait décidé en mai dernier de suspendre les nouvelles admissions, aiguillant les détenus vers d’autres prisons de la région. Ce « stop écrou », partiellement levé quelques temps après, n’a pas empêché les tensions de s’accumuler, notamment lors de la canicule, et de dégénérer en agressions sur des surveillants.

Redescendre sous les 190%

Le député de la Gironde demande donc l’application de la convention signée le 28 novembre 2022 entre les tribunaux judiciaires de Bordeaux et de Libourne et le centre pénitentiaire de Bordeaux-Gradignan qui vise à diminuer le taux d’encombrement du centre pénitentiaire en-deçà de 190% (contre 220% aujourd’hui).

Il espère enfin que les mesures de la loi de programmation 2023-2027 du Ministère de la Justice (changement statutaire des surveillants et revalorisation des salaires, recrutement de surveillants adjoints et des agents contractuels, généralisation du port des caméras individuelles…) puissent renforcer l’attractivité du métier et anticiper le fort besoin de recrutement auquel va faire face l’administration pénitentiaire dans le cadre de la création de 18 000 places de prisons supplémentaires.


#Justice

Activez les notifications pour être alerté des nouveaux articles publiés en lien avec ce sujet.

Voir tous les articles
Plus d'options