Enquêtes et actualités gavé locales

Pour les 10 ans de votre média : objectif 2000 abonné⋅es

30/04/2024 date de fin
687 abonné⋅es sur 2 000
Pour ses 10 ans, Rue89 Bordeaux propose un abonnement à 10€/an et vise les 2000 abonné.es

Un interne en psychiatrie à l’université de Bordeaux suspendu, un collectif féministe dénonce un viol

Dans un communiqué, l’ARS, le CHU de Bordeaux et le Centre hospitalier Charles-Perrens annoncent ce mercredi 11 octobre cette suspension suite à des « faits grave », sans en préciser la nature. Le collectif Collages féministes Bordeaux dénonce un viol.

Cet article est en accès libre. Pour soutenir Rue89Bordeaux, abonnez-vous.

Un interne en psychiatrie à l’université de Bordeaux suspendu, un collectif féministe dénonce un viol

Les faits ont d’abord été évoqués sur les murs du campus Carreire à Bordeaux, de l’Agence régionale de santé (ARS) Nouvelle-Aquitaine et du centre hospitalier Charles-Perrens par une action du collectif Collages féministes Bordeaux. Les messages « Violeur parmi les internes de psychiatrie » ou encore « Un violeur bientôt médecin » ont été collés dans la nuit de dimanche à lundi.

Procédure pénale en cours

Mardi 10 octobre, un interne en psychiatrie a été convoqué à un conseil de discipline, qui s’est tenu à l’ARS Nouvelle-Aquitaine. Dans un communiqué commun, le CHU de Bordeaux, le centre hospitalier Charles Perrens et l’ARS Nouvelle-Aquitaine évoquent des « faits graves », s’étant déroulés « hors de la Gironde », sans en préciser la nature et la date :

« À titre conservatoire et dès la révélation des faits, l’étudiant mis en cause, a été suspendu de toutes ses fonctions et a donc cessé toutes ses activités dans un établissement de santé. Pour information, cet étudiant n’a jamais effectué de stage d’interne au Centre Hospitalier Charles Perrens, ni au CHU de Bordeaux. »

Selon nos informations, les faits se sont produits au centre hospitalier départemental de La Candélie, près d’Agen, il y a quatre mois. La patiente serait mineure. Questionnée, l’ARS Nouvelle-Aquitaine dit ne pouvoir « apporter d’autres éléments » autres que ceux publiés dans le communiqué, une procédure pénale « étant en cours ».


#violences sexuelles

Activez les notifications pour être alerté des nouveaux articles publiés en lien avec ce sujet.

Voir tous les articles
Partager
Plus d'options