Enquêtes et actualités gavé locales


« En milieu rural, “tout le monde se connaît”, cela donne aux auteurs de violences un sentiment d’impunité »

Dans un rapport publié en 2022 pour l’Observatoire régional des violences, la sociologue bordelaise Johanna Dagorn analyse les spécificités des violences conjugales en zone rurale. Isolement, contrôle social et stéréotypes de sexe y contribuent à la banalisation de ce phénomène.

,
Édition abonnés
« En milieu rural, “tout le monde se connaît”, cela donne aux auteurs de violences un sentiment d’impunité »

Rue89 Bordeaux : Pouvez-vous nous expliquer quelles sont les spécificités des violences conjugales en zone rurale ?
Johanna Dagorn : Ce qui m’a le plus étonnée dans le cadre de cette enquête, c’est que les femmes en milieu rural n’ont quasiment pas répondu. Encore moins les femmes en situation de handicap, qui font face à un état de santé extrêmement dégradé… Cela ne veut pas du tout dire qu’il n’y en a pas, mais qu’elles sont invisibilisées…
Ce qui m’a également surprise, c’est que la solidarité que l’on retrouve beaucoup dans les campagnes se retourne contre les femmes violentées. Elles sont complètement isolées, et finalement pas entourées d’une grande sororité…
Il y a plusieurs typologies de femmes en milieu rural : celles qui sont originaires de la campagne, avec ce qu’on appelle un « habitus » rural et qui ont peur de dénoncer car elles connaissent la famille (souvent présente à proximité) et qui se disent qu’elles ne peuvent pas dénoncer leur bourreau car elles risqueraient de détruire la famille de leur conjoint violent, d’autant plus si la famille en question est amie avec la sienne. Cette peur, je l’ai entendue tout le temps chez les femmes que j’ai interrogé. 
Deuxième type de femmes rencontrées : les cadres originaires de la ville et qui viennent vivre dans le village de leur mari. Elles arrivent ici déracinées. Ça fait d’ailleurs partie des stratégies des agresseurs, de les isoler. Elles se sentent maladroites, ont souvent peur de passer pour des femmes méprisantes. Et bien souvent, la fameuse solidarité se retourne contre elles. 

Lisez la suite pour 1€

En profitant de notre offre d’essai, résiliable en ligne à tout moment.

Pour accéder à cet article, il faut être abonné. Pourquoi ?

Les informations exclusives, les enquêtes et certains reportages constituent l’édition abonnés de Rue89 Bordeaux. En tant que média indépendant, nos ressources proviennent de nos lectrices et lecteurs abonnés, aucun milliardaire ni groupe bancaire ne nous finance.

Nous demandons à nos lecteurs une faible contribution pour disposer à Bordeaux d’un média critique des pouvoirs, capable d’enquêter et de traiter les enjeux locaux en profondeur et dans la durée.

Chaque abonnement compte. Toutes nos recettes sont investies dans un journalisme local indépendant, dont la force et la réactivité dépend directement du nombre d’abonnés actifs.

Je m’abonne 

Abonnez-vous maintenant pour suivre l’actualité locale.

Déjà abonné ?

Connectez-vous

L’investigation locale à portée de main.

Abonnez-vous et profitez d’un accès illimité à Rue89Bordeaux. Annulez quand vous voulez.

Déjà abonné ? Connectez-vous

Choisissez votre formule :

#violences conjugales

Activez les notifications pour être alerté des nouveaux articles publiés en lien avec ce sujet.

Voir tous les articles

À lire ensuite


Une femme handicapée sur deux est « victime de violences toute sa vie » en Nouvelle-Aquitaine
Partager
Plus d'options