Enquêtes et actualités gavé locales

Pour les 10 ans de votre média : objectif 2000 abonné⋅es

30/04/2024 date de fin
729 abonné⋅es sur 2 000
Pour ses 10 ans, Rue89 Bordeaux propose un abonnement à 10€/an et vise les 2000 abonné.es

La maison d’arrêt de Gradignan ne capte toujours pas l’intérêt d’un accès internet en prison

La prohibition d’Internet en prison est de plus en plus contestée. Si le ministère de la Justice et l’Administration Pénitentiaire mènent des expérimentations pour corriger cet anachronisme, leur rythme et leurs ambitions déçoivent déjà certains observateurs. La prison de Bordeaux-Gradignan, pourtant en cours de rénovation, demeure éloignée de toute éventuelle innovation.

,
Édition abonnés
La maison d’arrêt de Gradignan ne capte toujours pas l’intérêt d’un accès internet en prison
La prison de Gradignan

Le wifi n’est pas prêt de passer à travers les barreaux du centre pénitentiaire de Bordeaux Gradignan. L’idée n’est pourtant pas sotte. Nombre de leviers essentiels à la réinsertion s’avèrent pénibles à activer sans connexion internet.
Le 20 juin 2011, le Contrôleur général des lieux de privation de liberté (CGLPL) appelait à la mise a disposition « à bref délai » de matériel informatique aux prisonniers pour leur permettre d’accéder à internet sous certaines conditions.
Patrick, ancien détenu cité par le Collectif pour l’accès à internet en prison, propose un aperçu du problème :

« En prison, avoir accès aux employeurs, répondre à une offre d’emploi, chercher un logement, garder des liens avec la famille, échanger avec son avocat, avoir accès aux films, à la culture, faire des recherches, etc., tout cela est impossible sans accès à Internet. Ou bien cela prend un temps qui n’est plus le nôtre aujourd’hui… »

« Cette interdiction d’accéder à Internet en prison, on a commencé à en parler à d’autres types d’intervenants en prison, soit des professionnels, des bénévoles, d’autres organisations, des syndicats. Et en fait, on constate tous des conséquences dramatiques au quotidien », explique Prune Missoffe, responsable plaidoyer à l’OIP (observatoire international des prisons).

Problèmes de connexion

L’administration pénitentiaire, et plus particulièrement les Services d’Insertion et de Probation (SPIP), ont pour mission de prévenir la récidive et contribuer à l’insertion ou à la réinsertion des personnes que leur confie la Justice.

Cet article fait partie de l’édition abonnés. | Déjà abonné ? Connectez-vous

Abonnez-vous maintenant pour poursuivre votre lecture

Abonnez-vous
Abonnez-vous maintenant pour suivre l’actualité locale.

Déjà abonné ?

Connectez-vous

L’investigation locale à portée de main.

Abonnez-vous et profitez d’un accès illimité à Rue89Bordeaux. Annulez quand vous voulez.

Déjà abonné ? Connectez-vous

Choisissez votre formule :

#Justice

Activez les notifications pour être alerté des nouveaux articles publiés en lien avec ce sujet.

Voir tous les articles
Partager
Plus d'options