Enquêtes et actualités gavé locales

Le Fort du Hâ, haut lieu de la répression durant l’Occupation à Bordeaux

L’École nationale de la magistrature et le Tribunal judiciaire ont été érigés dans les vestiges du Fort du Hâ. Construite au milieu du XVe siècle, la forteresse a traversé les époques, jusqu’à être un des principaux lieux de détention, d’interrogatoire et de torture de la police allemande à Bordeaux entre 1940 et 1945.

,
Édition abonnés
Le Fort du Hâ, haut lieu de la répression durant l’Occupation à Bordeaux
Une partie du fort du Hâ, visible depuis le parvis des droits de l’homme à Bordeaux. (07/05/2024)

Connus de tous les Bordelais et Bordelaises, les abords de la cathédrale Saint-André recèlent nombre de secrets d’Histoire. Certains semblent presque s’effacer au fil des aménagements de l’espace public. Entre la rue des Frères-Bonie et celle du Maréchal-Joffre, on peut toutefois apercevoir une plaque mémorielle discrète, presque invisible dans le renfoncement d’un vieux mur en pierre pâle.

« Au-delà de ce mur, vestige du Fort du Hâ, forteresse médiévale devenue lieu d’internement, un mémorial en granit érigé en 1985 à la mémoire des déportés, internés et aux résistants de la Gironde abrite des cendres recueillies dans les camps de concentration », peut-on y lire.

Lors de l’offensive éclair menée sur la France par l’Allemagne nazie au printemps 1940, Bordeaux fait de nouveau office de « ville refuge » pour le pouvoir politique en déroute. C’est ici que le 16 juin, l’Assemblée nationale vote les pleins pouvoirs à Philippe Pétain. Puis, à partir du 28 juin 1940, et de la capitulation, la cité vit à l’heure allemande.
Comme partout ailleurs en « zone occupée », l’appareil répressif nazi prend ses quartiers. La Sipo-SD installe ses services au Bouscat, dans le Château des Tours. Sa section IV, tristement connue sous le nom de « Gestapo », y est dirigée par le SS Friedrich Dohse, à partir de janvier 1942. Elle est responsable de l’arrestation, de l’assassinat et de la déportation de centaines de détenus politiques et de victimes du régime nazi, dont une grande partie fut internée au Fort du Hâ.

Lisez la suite pour 1€

En profitant de notre offre d’essai, résiliable en ligne à tout moment.

Pour accéder à cet article, il faut être abonné. Pourquoi ?

Les informations exclusives, les enquêtes et certains reportages constituent l’édition abonnés de Rue89 Bordeaux. En tant que média indépendant, nos ressources proviennent de nos lectrices et lecteurs abonnés, aucun milliardaire ni groupe bancaire ne nous finance.

Nous demandons à nos lecteurs une faible contribution pour disposer à Bordeaux d’un média critique des pouvoirs, capable d’enquêter et de traiter les enjeux locaux en profondeur et dans la durée.

Chaque abonnement compte. Toutes nos recettes sont investies dans un journalisme local indépendant, dont la force et la réactivité dépend directement du nombre d’abonnés actifs.

Je m’abonne 

Abonnez-vous maintenant pour suivre l’actualité locale.

Déjà abonné ?

Connectez-vous

L’investigation locale à portée de main.

Abonnez-vous et profitez d’un accès illimité à Rue89Bordeaux. Annulez quand vous voulez.

Déjà abonné ? Connectez-vous

Choisissez votre formule :

#seconde guerre mondiale

Activez les notifications pour être alerté des nouveaux articles publiés en lien avec ce sujet.

Voir tous les articles
Partager
Plus d'options