Culture 

Biennale Organo : l’art flirte avec le cybersexe

Quimera Rosa (DR)

Quimera Rosa (DR)

La troisième édition de la biennale Organo a lieu ce week end, 30 et 31 mai, aux ateliers de l’Art Cru dans le quartier des Chartrons. Attention les yeux, des artistes et des performeurs y présentent leurs travaux sur le corps et le cybersexe.

« Il semble bien passé le temps du 3615 Ulla et du minitel rose. L’avenir du sexe se nomme le cybersexe, une fusion du corps et de la technologie. »

Le décor est planté : Organo a l’intention de vous projeter dans le futur pour vous rincer l’œil en étant connecté. Bien qu’on fricote déjà avec le cybersexe pour ceux qui aiment sans compter le porno gratos sur internet, cette biennale veut aussi vous faire goûter aux plaisirs de « l’amplification des interactions sensuelles et sexuelles par l’intermédiaire d’outils mécaniques, électroniques, électro stimulants, et maintenant par des simulations virtuelles des réseaux numériques ».

Ne vous y méprenez pas, la position cybersexe qu’Organo propose est artistique. La biennale veut répondre à une question précise :

« Comment les artistes s’emparent-ils de ces nouvelles perspectives sexuelles et quelles réflexions esthétiques et plastiques nous donnent-ils à voir et à imaginer ? »

Nathalie Canals est l’initiatrice de cet événement avec son association Totoche Prod, en partenariat avec l’association Quai du Maroc. Cette ancienne chargée de communication a succombé à l’appel du corps quand elle a découvert l’œuvre d’Orlan et de Matthew Barney au Capc :

« C’est un univers qui m’intéresse. Son orientation érotique et hybride donne à l’art contemporain les possibilités d’inventer de nouvelles sexualités. Cette biennale permet de réfléchir sur les questions de l’identité et du corps, avec des chercheurs et des artistes. »

Le clou de la biennale : samedi soir

Pour la troisième édition d’Organo sur le sexe du futur, plus d’une vingtaine d’artistes participent avec des créations originales spécialement conçues pour l’événement. Pourtant Nathalie Canals se débrouille avec trois bouts de ficelles et un budget qui dépasse à peine les 2000 euros :

« Les artistes sont séduits par ce projet et la plupart y participent sans contrepartie. Tous nos partenaires nous aident essentiellement dans la logistique. »

Après une conférence le samedi 30 mai à 18h sur la « Chair virtuelle dans le cyberérotisme » de Johann Château-Canguilhem, docteur en esthétique de l’art, l’inauguration de l’exposition aura lieu à 19h où des œuvres inédites donnent à voir la vision singulière des plasticiens sur les sexualités du futur. Elle sera suivie de la performance « Sexus 3 – Part 1 : Zhora » de Quimera Rosa, dans laquelle ce collectif barcelonais utilise leur corps « comme instrument sonore post-gender ».

Pour apprécier pleinement cette débauche artistique, il est préférable de laisser les moins de 12 ans à la maison. L’entrée est de 5 euros.

L'AUTEUR
Walid Salem
Walid Salem
Co-fondateur de Rue89 Bordeaux et directeur de la publication
En BREF

Déchets : le principe pollueur-payeur va s’appliquer à Bordeaux Métropole

par Simon Barthélémy. 2 900 visites. Aucun commentaire pour l'instant.

La Dune du Pilat a grandi d’1,3 mètre et culmine à 110,5 m

par Walid Salem. 401 visites. Aucun commentaire pour l'instant.

Le Défenseur des droits saisi de cas de violences policières sur des journalistes

par Simon Barthélémy. 325 visites. Aucun commentaire pour l'instant.