Brèves 

Pas de plan grand froid pour héberger les sans abri

Alors que l’association AC ! Gironde s’inquiète pour les sans abri, le plan grand froid n’est pas encore activé en Gironde. La raison ? Les températures ressenties ne sont pas « inférieures à 0 la journée et à -5 la nuit ».

« Pourquoi à Bordeaux le plan grand froid n’a pas été mis en place alors que les températures sont en dessous de zéro la nuit », s’interroge AC ! Gironde (Agir contre le chômage) dans une lettre envoyée au Préfet de la région Nouvelle Aquitaine, Pierre Dartout.

L’association s’indigne après avoir reçu ce mercredi peu avant  minuit dans son local la visite d’un « SDF transi de froid » venu « demander de l’aide ».

« Nous avons tenté de joindre le 115 de 11h45 à minuit trente sans succès, raconte AC ! dans ce courrier transmis à la presse. Nous avions le message suivant : toutes les lignes sont occupées. Nous avons également appelé la police (…). Celle-ci s’est alors contentée de nous informer que le plan grand froid n’avait pas été activé à Bordeaux et de nous donner le numéro de téléphone de la Halte 33. »

AC ! entend donc « rappeler Monsieur le Préfet à [ses] devoirs » :  « le 115 doit être accessible à tout moment et doit répondre aux besoins » ; « lorsque nous sommes proches de 0 degrés, tous les êtres humains doivent être mis à l’abri ».

Pas de plan grand froid…

Contactée par Rue89 Bordeaux, la préfecture va répondre formellement par courrier à l’association. Elle lui indiquera notamment que « le plan grand froid est déclenché en fonction des températures et des cartes de vigilance qui sont envoyées 2 fois par jour à la préfecture ». Or contrairement à d’autres départements du Nord-Est de la France, la Gironde n’est pas placée en vigilance grand froid.

« Pour déclencher le plan grand froid, il faut que les températures ressenties soient inférieures à 0 la journée et à -5 la nuit, ce qui n’est pas le cas », précise le service communication des services de l’Etat.

Et cela ne devrait pas non plus l’être dans les prochains jours puisque si la nuit de vendredi à samedi s’annonce glaciale, les températures devraient se radoucir ce week-end.

… mais un plan hiver

Le plan grand froid déclencherait la réquisition de bâtiments comme les gymnases pour héberger un maximum de sans domicile. Mais la préfecture souligne qu’elle n’a pas attendu cette procédure pour renforcer son dispositif :

« Le plan hiver est activé depuis début novembre. En plus des 835 places d’accueil ouvertes toute l’année en Gironde, 175 places supplémentaires avaient été ouvertes. Depuis on est passé à 206 places en plus, dont 20 ouvertes en début de semaine à Pessac, et 20 supplémentaires ouvertes ce vendredi au gymnase de Cenon, en plus des 60 existantes au gymnase Palmer, pour faire face à une demande croissante ces dernières nuits. »

Car si la préfecture affirme que le 115 n’a refusé personne (sans avancer toutefois d’explication sur le fait que le service n’a pu être joint par AC !), elle reconnaît toutefois que le dispositif d’hébergement d’urgence est « proche de la saturation ».

Affirmant que le nombre de SDF a augmenté de 50 % en 10 ans, « soit environ 5000 personnes à Bordeaux », AC ! Gironde écrit dans sa lettre redouter la mort d’un sans-abri dans la rue si les services de l’Etat et ceux de la Mairie « ne réagissent pas rapidement ». L’association prévient qu’ « en cas d’incident grave ou de plainte nous nous réservons le droit de nous constituer partie civile ».

L'AUTEUR
Simon Barthélémy
Simon Barthélémy
Journaliste, rédacteur en chef de Rue89 Bordeaux
En BREF

A Bordeaux, le premier match européen de rugby arbitré par une femme

par La Rédaction. 343 visites. Aucun commentaire pour l'instant.

Toujours plus de personnes à la rue à Bordeaux

par Simon Barthélémy. 1 204 visites. 1 commentaire.

La direction de Ford Blanquefort condamnée pour ne pas avoir tenu ses engagements

par Xavier Ridon. 486 visites. 1 commentaire.