Ecologie  Société 

Light off, les anti-pubs éteignent les lumières à Bordeaux

actualisé le 06/02/2017 à 19h29

Dans la nuit de mardi à mercredi, des Jeunes écologistes Bordeaux-Aquitaine et des militants de Résistance à l’agression publicitaire, se sont armés d’affiches, de tracts et de perches à crochets pour éteindre les enseignes de nuit dans un souci d’économie d’énergie.

A l’occasion du premier Light off de l’année, les militants se retrouvent chez Florence qui vit en colocation à La verte. Cet appartement spacieux rue Cheverus, qui fait office de QG pour les Jeunes écologistes de Bordeaux Aquitaine (JEBA), s’est transformé le temps d’un instant en atelier de peinture géant. « Attention, nuit gravement à la lucidité » ou encore « Faîtes l’amour, pas les magasins », les slogans fleurissent sur les affiches que les jeunes gens vont placardés lors d’une virée nocturne.

Leur objectif  : éteindre les enseignes lumineuses de nuit dans un souci de préservation énergétique, une action « symbolique », comme l’exprime Anouk, une des organisatrices:

« Nous savons pertinemment que nous ne révolutionnerons rien. Mais cela nous permets de sensibiliser les gens que l’on rencontre aux thématiques énergétiques. C’est souvent un premier pas vers l’engagement et la mobilisation »

Jean-François, membre du RAP, rappelle que la pollution lumineuse est « un gâchis énergétique monumental » : un panneau énergétique consommerait 4500 kWh par an, l’équivalent d’une famille de 4 personnes. Une pétition nationale d’interdiction des publicités énergivores a d’ailleurs été lancée, recueillant aujourd’hui plus de 32 000 signatures.

Le groupe se lance dans les rues, à visage découvert, armés de perches à crochets en bois de bambous. Si quelques personnes les dévisagent dans la rue, beaucoup sont amusées par cette initiative originale. Le principe est simple: il existe parfois un interrupteur extérieur situé en hauteur sur les façades des magasins – d’où l’utilité des perches – qui une fois relevé, éteint les lumières des enseignes. Si certains commerçants responsables coupent le courant en fermant, c’est loin d’être le cas de tout le monde.

Jour…

… nuit. (DR)

Des règles vont entrer en vigueur

Le règlement local de publicité intercommunal (RLPi) actuellement en projet, qui découle d’une concertation citoyenne menée entre 2013 et 2016, doit imposer une extinction des feux de 1h à 6h. Il a été partiellement adopté en septembre dernier au conseil de la métropole. Il prévoit notamment une harmonisation de la politique d’implantation publicitaire au niveau de la métropole. Le vice-président bèglais en charge de la nature, Clément Rossignol-Puech, souhaite aller encore plus loin en abaissant la réglementation à 23h qui permettrait d’économiser 12 gigawattheures. Le projet doit être soumis à une enquête publique avant d’être voté puis définitivement adopté dans le courant de l’année.

Le groupe se sépare pour couvrir le plus de rues possibles, de Gambetta à Sainte-Catherine, en passant par les différents cours du centre-ville. Ce sont principalement les grands axes routiers et piétons qui regorgent d’enseignes lumineuses. Des volontaires rejoignent la troupe en cours de route, armés de leurs propres ballets et de leur détermination. Un sans-abri rencontré sur le chemin leur fait part de ses migraines ophtalmiques accentuées par la pollution lumineuse exacerbée de la ville, et les félicite pour leur action salvatrice.

Malheureusement, il existe encore de nombreux magasins d’envergure laissant toutes les lumières et les écrans allumés à l’intérieur, bien après leur fermeture. C’est notamment le cas d’une boutique de téléphonie rue Sainte-Catherine, de celle d’une marque d’habillement rue Saint-Rémi (voir les photos) ou encore du PMU City de Gambetta. Dans ces cas-là, aucune action légale n’est possible.

L’ambiance particulièrement bon enfant de l’action permet à plusieurs curieux de s’intéresser au problème. Timothée, Julian et Baptiste, qui ont répondu présents suite à l’appel lancé sur facebook, s’engagent ainsi pour la première fois dans une telle action, mobilisés principalement contre ce gaspillage énergétique qui « ne sert strictement à rien ».

Une action anti-pubs

Plusieurs affiches et tracts sont aussi collés en ville pour dénoncer les méfaits de la publicité, qui motive particulièrement le collectif national de résistance à l’agression publicitaire (RAP), principal fournisseur de perches à crochets ce soir là. Anouk déplore la violence de l’espace publicitaire:

« La pub c’est encore plus violent que les lumières la nuit. Ça nous agresse tout le temps, partout, en plus d’être très souvent sexiste. C’est très violent. »

« On est anti-pubs car c’est une agression qui nous saute à la gueule, poursuit Jean-François. On comprend que les gens aient besoin de communiquer, mais il ne faut pas non plus que ça en devienne envahissant. Nous sommes d’abord des citoyens dans la rue, même si cette propagande te rappelle tous les 4 mètres que tu es un consommateur. »

La réglementation autorise les militants à coller des affiches sur les panneaux. Cependant, il est interdit de taguer dessus, comme le font activement les déboulonneurs sur le territoire national.  L’une des militantes lilloises de ce collectif anti-pubs, crée en 2005 en région parisienne, sera d’ailleurs en procès le 21 février prochain pour dégradation légère. Si le collectif RAP lui a apporté son soutien, les Jeunes écologistes tiennent à respecter la loi, et ne souhaitent pas en arriver là.

L'AUTEUR
Romain Ethuin
Romain Ethuin
Etudiant en 3e année d'Infocom, fils d'une mère tahitienne et d'un père chti, je suis également rédacteur en chef du N'infonews, le journal qui ne pense qu'à ça...
En BREF

La taxe d’habitation va grimper à Bordeaux et « pénaliser les plus pauvres »

par Simon Barthélémy. 1 870 visites. 1 commentaire.

Pour l’arrivée de la LGV, manif des cheminots et traminots CGT

par Xavier Ridon. 473 visites. 2 commentaires.

L’exposition « Sauvages » pour libérer les animaux des spectacles

par Margaux Deuley. 207 visites. Aucun commentaire pour l'instant.