Culture  Société 

En grève, France Bleu Gironde ne veut pas décrocher

Les salariés des 44 antennes de France Bleu sont en grève ce jeudi 18 mai. Ils contestent une réorganisation de la grille qui prévoit notamment la suppression de tranches locales, dont le 8h45-9h30 qui doit être animé depuis Paris par Jean-Luc Reichmann.

L’audience de France Bleu s’érode. Pour la deuxième année consécutive, le réseau des locales de Radio France a perdu des auditeurs (189000, selon Médiamétrie). Et s’il fédère chaque jour 3,7 millions de personnes, cela ne représente plus que 6,8% de parts d’audience.

« Alors que notre étiage était plutôt entre 7,5 et 8%, indique Gabriel Valdisserri, directeur de France Bleu Gironde. Ce n’est pas dramatique, mais il vaut mieux anticiper. »

Aussi, le responsable de l’antenne de France Bleu justifie le choix d’Eric Revel, le directeur du réseau : retirer aux stations locales la tranche 8h45-9h30, pour la confier à l’animateur de TF1, Jean-Luc Reichmann (Les douze coups de midi…).

« Réseau désincarné »

Le hic, c’est que ce créneau est « l’un des plus écoutés de chaque locale », selon la CGT de Radio France. Comme l’ensemble des syndicats, elle appelle à la grève ce jeudi 18 mai, veille d’un CCE (comité central d’entreprise) au cours duquel cette décision doit être présentée. Le mot d’ordre : « Un réseau local désincarné, on n’en veut pas ! »

« On a appris l’arrivée de Jean-Luc Reichmann par la presse, souligne Julien Collin, technicien à France Bleu Gironde et secrétaire Sud du comité d’entreprise Radio France Sud Ouest. C’est une prise de risque délirante et dangereuse. Nous n’avons pas de souci avec Jean-Luc Reichmann, qui a une image populaire, certes pas très service public. Mais ce n’est pas un mauvais casting. En revanche, se faire confisquer par l’antenne nationale  un créneau aussi important, le prime time pour la radio, c’est sans précédent. On risque de perdre l’audience pour le reste de la matinée, et je ne comprends pas le message envoyé, alors que ce créneau a toujours été assuré localement, et que c’est un moment d’infos service pour les auditeurs. »

Correction de Gabriel Valdisserri :

« En vérité nous aurons pendant ces 45 minutes un décrochage local toutes les 7 minutes pour de la publicité, la météo, les infos trafic… Je sais que l’idée d’aller chercher une star de la télé énerve. Mais l’érosion de notre matinale en terme de réseau est réelle, il faut bien l’arrêter. Et si on fait venir une prise de guerre, c’est bien pour la programmer aux horaires où elle a une chance de faire de l’audience, et d’être en concurrence frontale avec les autres radios. »

Mauvaises ondes

Mais pour les syndicats, le projet de grille est révélateur d’un mouvement vers la suppression d’horaires et la diminution des moyens des locales. Ils en veulent pour preuve le transfert au national d’un autre créneau, le 14h-16h (déjà rendu par France Bleu Gironde à la Maison Ronde l’an dernier).

« Une fois de plus, on perd une partie de la production faite localement, déplore Ezequiel Fernandez, journaliste et délégué du personnel Sud Radio France. C’est scier la branche sur laquelle on est assis. On pourra de moins en moins justifier d’avoir tant de personnels pour faire tourner la radio. »

La suppression des journaux nationaux de 7 heures, 7h30 et 8 heures pour en confier la réalisation à chacune des 44 rédactions locales, ne trouve pas non plus grâce à leurs yeux (et leurs oreilles) :

« Le traitement d’infos nationales, sur lequel les locales n’apporteront pas de valeur ajoutée, pose de vrais problèmes, estime Julien Collin. Notamment sur l’organisation des rédactions, alors que les matinaliers sont déjà très occupés. »

Ce jeudi, les syndicats espèrent pour cette grève ponctuelle une mobilisation forte avant le CCE :

« Nous voulons montrer qu’on ne laissera pas passer, reprend Julien Collon. La direction n’a pas pris en compte la colère qui monte dans le réseau. Après le CCE, nous verrons s’il faut passer à un mouvement reconductible. »

France 3 centralise aussi, à Bordeaux

Pour la première fois lors des élections législatives, les 11 et 18 juin prochains, il n’y aura pas de plateau local de France 3 à Limoges. L’intersyndicale SNJ, CFDT et SNJ-CGT de la chaîne, qui avait appelé la semaine dernière à la grève, dénonce la concentration des moyens à Bordeaux.

C’est depuis la capitale de la région Nouvelle-Aquitaine que seront en effet évoqués en 45 minutes le sort des 49 circonscriptions de la région. Les syndicats réclament notamment que la deuxième tranche de la soirée électorale (21h15-22h) qui en compte trois entre 21 heures et 23 heures, ait lieu dans chacune de leurs antennes : à Bordeaux, Poitiers et Limoges.

Ce mercredi, les élu-e-s écologistes régionaux se sont dit « solidaires des journalistes de France3 Limousin » :

« Nous déplorons le fait que cette décision accentue la dégradation du service public et remette en cause le principe même d’équité et de proximité de l’information. Cette volonté centralisatrice, acte qui constitue une première dans l’histoire de la chaîne, nuit par ailleurs à l’analyse des résultats pour les 6 circonscriptions limousines, noyées avec les 43 autres circonscriptions de la Nouvelle-Aquitaine. »

 

L'AUTEUR
Simon Barthélémy
Simon Barthélémy
Journaliste, rédacteur en chef de Rue89 Bordeaux
En BREF

Nouvel aménagement pour le port de plaisance des Bassins à flot en 2018

par Walid Salem. 293 visites. Aucun commentaire pour l'instant.

Les noms de Simone Noailles et de plusieurs femmes donnés à des lieux bordelais

par La Rédaction. 620 visites. Aucun commentaire pour l'instant.

Les anti Loi Travail lèvent le blocage du dépôt pétrolier près de Bordeaux

par Xavier Ridon. 534 visites. 1 commentaire.