Kit de survie pour nouvel étudiant à Bordeaux
Vie pratique 

Kit de survie pour nouvel étudiant à Bordeaux

actualisé le 23/09/2014 à 19h35

Journée d'intégration des étudiants en médecine (Photo SB/Rue89 Bordeaux)

Journée d’intégration des étudiants en médecine (Photo SB/Rue89 Bordeaux)

Un nouvel établissement, une nouvelle ville. Pour les étudiants fraichement arrivés, difficile de s’y retrouver. Pas d’inquiétude, Rue89 Bordeaux est là pour vous guider dans vos premiers pas. Tour d’horizon des bons plans pour bien commencer l’année.

Le tramway du matin est à nouveau bondé. La chaleur de l’été laisse place à la fraîcheur des amphis. Pas moyen d’y couper. C’est la rentrée. À l’Université de Bordeaux, les choses sérieuses ont commencé dès le lundi 15 septembre. Le début des cours c’est le retour du dilemme de l’étudiant. Ou comment étudier et s’amuser tout en préservant son porte-monnaie. Mission impossible ? Pas avec les bonnes adresses.

Pour les bases, le guide de l’étudiant, édité par la Ville, contient un grand nombre d’adresses et de numéros de téléphone utiles pour les études comme dans la vie quotidienne. Les étudiants étrangers qui doivent faire leur carte de séjour peuvent se tourner vers le site de l’Université de Bordeaux.

Les syndicats étudiants Unef, Uni-Mèt et Solidaires proposent aussi une aide à ceux perdus dans le dédale des démarches ou qui rencontrent des ennuis dans le versement de leurs bourses.

1- Bouquinistes, bibliothèques, photocopies… Comment bûcher pas cher

2- Transports : bouger à moindres frais

3- Sortir, se cultiver : les bons plans de la rentrée

4- Se restaurer sans se ruiner

5- Etudiants, sportez vous bien

6- Rester connecté et informé

1- Bouquinistes, bibliothèques, photocopies… Comment bûcher pas cher

Une fois bien installé, les festivités peuvent débuter. La première semaine à peine entamée et déjà les bibliographies pleuvent. Pas de panique. L’achat des livres est un gros investissement mais il peut être réduit. Les listes ne changent pas tellement d’une année sur l’autre et rares sont les étudiants à entretenir une bibliothèque universitaire dans leur appartement. Un seul mot d’ordre pour acheter ses bouquins : l’occasion. Sinon, le prêt en bibliothèque, ou le don.

  • Livres d’occasions

– Les bourses aux livres. L’unef organise chaque année des bourses aux livres. Pour l’heure, le syndicat étudiant rassemble des ouvrages. La vente devrait avoir lieu dans les prochaines semaines. L’occasion de remplir sa bibliothèque pour presque rien et, pour les étudiants en droit, d’acquérir à prix réduits les onéreux codes civils.

À Pessac, dates et horaires à venir sur la page facebook de l’Unef.

– Les bouquinistes. À Bordeaux il existe deux marchés aux livres. Les étals sont variés mais, en fouinant un peu, vous pourriez bien dénicher un ou deux manuels revendus par vos prédécesseurs.

Chaque mercredi sur la Place des Grands Hommes de 7h à 19h et le troisième samedi du mois sous la halle des Chartrons de 10h à 18h.

– Le quai des livres. Une librairie de 300m² et 80 000 bouquins, neufs ou d’occasions. On ne sait jamais vraiment sur quoi on va tomber mais on y trouve de la lecture pour une poignée d’euros. Avec des arrivages réguliers de livres à un euro.

Le quai des livres, 102 cours Victor Hugo, du lundi au dimanche de 10h30 à 20h. 

– La Bouquinerie Alain Guillaume. En piles, en tas, debout, couchés : des livres jusqu’au plafond. Un joyeux bazar organisé avec de nombreux ouvrages d’occasion à petit prix.

La Bouquinerie Alain Guillaume, 246 rue Saint-Catherine, du lundi au samedi de 10h30 à 19h.

– Les boîtes à lire. Le principe est simple : chacun est libre de venir déposer un livre ou un magazine et de se servir dans les boîtes selon le concept du book crossing. On ne va pas se mentir, il y a peu de chances d’y dégoter un manuel coûteux. Mais vous pourrez au moins assouvir votre soif de lecture gratuitement.

  • Les bibliothèques

La plupart des ouvrages nécessaires aux études sont aussi disponibles dans les 62 bibliothèques universitaires. Sur présentation de la carte Aquipass, les étudiants en licence peuvent emprunter jusqu’à cinq documents pour dix jours, ceux de master un jusqu’à sept documents pour 15 jours et ceux de master deux jusqu’à dix documents pour 21 jours.

La BU de Bordeaux 2 Victoire (Photo Flickr/Licence CC)

La BU de Bordeaux 2 Victoire (Photo Flickr/Licence CC)

En plein centre-ville, la bibliothèque pluridisciplinaire du cours Alsace-Lorraine pourrait même devenir une seconde maison en période de révision. Le choix y est plus réduit mais elle offre un espace de travail ouvert jusqu’à 22h du mardi au vendredi ainsi que le samedi de 8h30 à 17h.

Les livres ne sont pas les seuls instruments de l’étudiant. Les scientifiques doivent aussi se procurer blouses et trousses de dissection. Les plus démunis peuvent recevoir une aide de l’Unef et de l’association Solidarité étudiante pour les acquérir.

Contacter l’Unef pour en bénéficier.

  • Photocopies

Vous avez fait une entorse à votre emploi du temps et il vous manque des cours ? Si vous disposez d’un camarade suffisamment dévoué pour vous prêter ses notes, le sésame Aquipass permet d’utiliser les photocopieurs de l’université. Le service est payant et son prix peut varier selon les bibliothèques. Dans celle de Lettres, à Bordeaux 3, il vous en coutera six centimes par photocopie noir et blanc pour rattraper votre retard. Même tarif pour les impressions.

Pour les gros consommateurs de papier, plusieurs adresses permettent de faire la même chose qu’à la fac pour un prix plus intéressant :

– Copifac. Le prix unitaire de la photocopie est de cinq centimes mais les tarifs sont dégressifs. L’établissement propose une carte d’abonnement à recharger avec au minimum 30 euros. Le prix de la photocopie passe alors à trois centimes. Des ordinateurs sont à disposition pour imprimer depuis une clé USB pour 20 centimes par page. Là encore, le tarif est dégressif. Pour l’impression d’un mémoire de 200 pages, il tombe à huit centimes par page.

Copifac, 44 rue Sauteyron, du lundi au vendredi de 9h à 19h.

– Corep. Tout fonctionne avec un système de carte servant aussi bien à l’impression qu’aux photocopies. La moins chère est à un euro. Elle permet 15 copies ou 15 impressions. Mais l’enseigne devient plus intéressante pour les grosses impressions. Il vous en coutera huit euros pour imprimer votre pavé de 200 pages. Soit quatre centimes par page.

Corep, quatre adresses à Bordeaux à proximité des campus, du lundi au vendredi, de 9h à 19h.

2 – Transports : comment bouger à moindres frais

Que ce soit pour se rendre à la fac ou pour faire la fête, Bordeaux a l’avantage de proposer un grand nombre de solutions pour se déplacer à moindre coût. Les principaux sites universitaires sont tous desservis par le tramway et plusieurs lignes de bus.

– Le réseau TBC. Les étudiants de moins de 28 ans peuvent souscrire au pass jeune pour 17,50 euros par mois pendant un an. En rajoutant 25 euros pour l’année, ils peuvent également souscrire au service de vélo en libre service VCub.

Parce qu’il n’y a pas que les cours dans la vie, la ligne de bus 58 permet de relier le campus de Pessac aux principaux lieux festifs : la place de la Victoire et le quai de Paludate. Elle fonctionne les jeudis, vendredis et samedis entre 1h30 et 5h30. Un pass soirée en vente aux guichets des stations de tram permet de profiter de l’intégralité du réseau entre 19h et 5h pour deux euros.

– La carte Aquitaine étudiant. Pour rentrer chez papa et maman sans se ruiner, la carte Aquitaine étudiant offre 50% de réduction sur les trajets ferroviaires et routiers entre le domicile et le lieu d’étude aux étudiants originaires de la région. Elle permet aussi de bénéficier de 25 à 50% de réduction sur les autres trajets sans réservation obligatoire.

Carte Aquitaine étudiant, 25 euros, bulletin d’inscription disponible sur le site du CIJA.

La maison du vélo (Ludovic Lamarque/Rue89 Bordeaux)

La maison du vélo (Ludovic Lamarque/Rue89 Bordeaux)

– Le vélo. Il reste la solution la plus économique si le manque d’aménagements et la taille du campus ne vous effraie pas. Le site universitaire de Pessac-Talence est en effet l’un des plus étendu d’Europe desservis par une voie cyclable unique depuis Bordeaux.

Pour s’équiper, plusieurs solutions. L’abonnement au VCub seul est facturé 35 euros pour l’année. Vous pouvez aussi opter pour l’occasion. Un vélo de ville revient alors à environ 100 euros chez Esprit Cycle, au 27 rue Nancel Pénard. Voire fabriquer vous-même votre monture à base de matériaux de récup’ avec Récup’R.

Mais la meilleure solution reste celle proposée par la Maison du Vélo. Les personnes résidant à Bordeaux peuvent y emprunter un vélo siglé Ville de Bordeaux ou un Pibal. Les emprunts, pour une durée d’une semaine à six mois renouvelables, sont totalement gratuits. Le service est actuellement en rupture de deux roues mais d’autres devraient être disponibles sous peu. La Maison du vélo offre en prime le plan des pistes cyclables de l’agglomération.

La Maison du Vélo, 69 Cours Pasteur, du lundi au vendredi, de 9h à 12h30 et de 13h30 à 17h30.

3 – Sortir, se cultiver : les bons plans de la rentrée

– Bordeaux accueille ses étudiants. Pour découvrir la ville, la municipalité propose aux étudiants trois circuits de visite gratuits le 4 octobre. Les nouveaux seront guidés par des étudiants tuteurs formés par l’office de tourisme. La journée sera ponctuée d’un déjeuner au restaurant universitaire et se conclura par une réception à l’hôtel de ville.

Inscription avant le 28 septembre.

– La carte jeune. Délivrée gratuitement par la mairie aux moins de 26 ans résidant à Bordeaux, elle ouvre l’accès à des tarifs réduits pour des manifestations sportives, culturelles et une offre de loisirs. Les titulaires bénéficient notamment de prix réduits sur les matches de foot, de basket, de rugby et de hockey sur glace des équipes bordelaises.

Remplir le formulaire disponible ici pour en bénéficier.

– Le Pass’sport culture. Ce carnet de 22 coupons est disponible auprès de la mairie de Pessac pour cinq euros. Il comprend notamment deux entrées pour le cinéma Jean-Eustache, des places pour des manifestations sportives et des réductions pour les licences ou les adhésions à des associations sportives ou culturelles de la ville.

Renseignements à la Direction de la Jeunesse, 05 57 93 65 15 et sur le site de la ville.

– L’Opéra national de Bordeaux. L’institution s’ouvre aux étudiants désargentés mais mélomanes. Avec la carte Aquipass, ces derniers peuvent bénéficier de 50% de réduction sur tous les spectacles de l’auditorium et du Grand-Théâtre. Dans les 48h précédant les représentations, des billets de dernière minute sont aussi proposés pour huit euros aux guichets du Grand-Théâtre et de l’auditorium dans la limite des places disponibles.

Par ailleurs, l’auditorium propose un pass jeunes donnant accès aux moins de 26 ans à l’ensemble de ses spectacles pour 10 euros par mois. Du côté du Grand-Théâtre, la formule Paradis des étudiants, disponible à 24 euros, ouvre l’accès à trois spectacles au choix sur l’ensemble de la programmation.
L’orchestre national de Bordeaux donne par ailleurs un concert le 15 octobre à l’auditorium pour la modique somme de deux euros.

Modalités de réservation et d’abonnement ici.

– Les Campulsations. Du 25 septembre au 4 octobre, le festival étudiant, entièrement gratuit, réinvestit le campus avec Zebda en tête d’affiche (le 25). Les nombreux concerts seront ponctués de projections cinématographiques, de visites d’expos et d’un footing sur les quais. La programmation complète est disponible sur le site du festival.

Les toulousains de Zebda, toujours de la dynamite sur scène (Polaroliv'/flickr/CC)

Les toulousains de Zebda, têtes d’affiche des Campulsations (Polaroliv’/flickr/CC)

– L’I.Boat. Ce ferry amarré aux bassins à flot est certainement l’un des meilleurs établissements de nuit de la ville. Un lieu atypique avec une programmation aux petits oignons. Les concerts ont lieu entre 19h et 23h. Le navire se transforme ensuite en boite de nuit jusqu’à l’aube. Les tarifs varient selon la programmation mais s’établissent généralement autour de 10 euros. A partir du 23 septembre, l’établissement lance une programmation spéciale pour fêter ses trois ans.

– Boire un verre. Parmi l’offre – pléthorique – de bars à Bordeaux, citons notamment la Calle Ocho au 24 rue des Piliers de Tutelle. Un café cubain où déguster mojitos et caïpirinha au son des rythmes latinos.

Pour une pinte de Guiness pas chère, visez plutôt l’un des nombreux pub britannique de la ville. Le Frog & Rosbif, au 23 rue Ausone, brasse ses propres breuvages. La pinte est à 4,50 euros pour l’happy hour entre 17h30 et 20h. Au même prix en début de soirée, le HMS Victory, place du général Sarrail, propose régulièrement des concerts dans un décor typiquement anglais.

4 – Se restaurer sans se ruiner

Les soirées c’est bien, mais les lendemains sont parfois difficiles. Pour éponger une nuit de fête et combler un gros creux voici un petit échantillon d’adresses où manger bien et pas cher.

  • Les restaurants universitaires

Le rapport qualité-prix y est imbattable. Sur présentation de la carte Aquipass le menu est facturé 3,15 euros pour entrée-plat-dessert, deux entrées et plat ou plat et deux desserts. Vous trouverez forcément un des 17 établissements près de chez vous.

Les horaires varient d’un établissement à l’autre. Tous ne sont pas ouverts pour le repas du soir.

  • Cours de cuisine gratuits.

La popote la moins chère reste encore celle cuisinée chez soi. Pour les moins à l’aise derrière les fourneaux, l’espace santé étudiant propose des cours de cuisine gratuits animés par la Banque Alimentaire ou une diététicienne.

Le lundi et le jeudi de 10h30 à 14h, pour s’inscrire envoyer nom, prénom et numéro de téléphone à ateliercuisine.siumps@gmail.com.

  • Les petits paniers du campus 

L’espace santé étudiant propose des paniers de fruits et légumes locaux, de saison et cultivés durablement pour cinq euros.

Commande à passer et à retirer la semaine suivante à Carreire, sous l’amphi 9 le mardi entre 16h30 et 18h30 ; à Victoire au local de Broca 4 le mardi entre 16h30 et 18h30 ; à Bordeaux 3 en contrebas du hall administratif  le mercredi de 17h30 à 19h30. 

  • Quelques adresses de restos

La Boule d’Or. La boulangerie est parfaite pour satisfaire une petite faim en cours de soirée. On peut y déguster des sandwiches, des quiches, des pizzas et des pâtisseries à toute heure du jour ou de la nuit du vendredi au dimanche.

La Boule d’Or, 52 rue du Mirail, ouvert de 7h30 à 21h du lundi au jeudi et 24h/24 du vendredi au dimanche.

Le Adana Kebab. Situé entre les bars de la Victoire et les boites de Paludate, le petit établissement propose des sandwiches bien garnis d’une viande de qualité. L’établissement, bâti à l’emplacement d’une ancienne banque, a conservé la chambre forte pour en faire sa salle de restaurant. Manger son kebab dans la chambre au trésor revêt une forme de charme surréaliste.

Adana Kebab, 51 place des Capucins, ouvert le midi et le soir jusqu’à 2h, à partir de 4,50 euros le kebab-frite.

Le Funky Burger. Le succès des burgers de qualité ne se dément pas et Bordeaux n’y échappe pas. Parmi les plus abordables, le Funky propose des recettes simples mais variées et copieuses. Les frites sont faites maison et la déco déjantée, fouillis en évolution permanente, vaut le coup d’œil.

Funky Burger, 5 rue du loup, de 12h à 14h et de 18h30 à 23h30, burger à partir de 8,80 euros.

Le Cochon Volant. Un peu plus onéreux mais très copieux, ce restaurant s’adresse avant tout aux amateurs de belles pièces de viande. Andouillettes, entrecôtes, côtes de bœuf, magrets et gigots s’accompagnent de frites maison et de salade. Les horaires tardifs en font l’établissement de prédilection des fêtards. Comptez 15 à 25 euros pour un plat de viande.

Le Cochon Volant, 22 place des Capucins, ouvert la nuit jusqu’à 2h, service jusqu’à 1h.

5 – Etudiants, sportez-vous bien

Pour éliminer les excès, rien de tel qu’un peu d’activité physique. Le service universitaire des activités physiques et sportives (Suaps) propose une soixantaine de disciplines réparties sur les différents sites universitaires. Pour participer aux cours, qui débutent le 22 septembre, il faut avoir coché la case sport au moment de l’inscription à l’université.

En payant 18 euros pour l’année, les étudiants peuvent alors pratiquer le sport de leur choix pour le plaisir ou en choisissant de l’intégrer à leur cursus et donc d’être noté. Les séances ont lieu pour la plupart le midi ou le soir après les cours. Les places sont limitées dans chaque discipline mais il existe des alternatives pour ceux restés sur la touche :

  • L’utilisation des équipements universitaires

La carte pass délivrée par le Suaps pour 25 euros l’année permet d’utiliser librement la piscine universitaire et les cours de tennis et de squash du campus. Sur le même principe, la carte musculation permet d’utiliser de manière illimitée la salle de musculation du domaine de Rocquencourt pour 40 euros par an.

Skate-Parc (WS/Rue89 Bordeaux)

Le Skate-Parc, quai des Chartrons (WS/Rue89 Bordeaux)

  • Le Bordeaux étudiants club

Le club de sport universitaire (l’un des plus anciens de France) propose 16 sections. De l’aïkido à l’escrime en passant par le rugby ou la plongée sous-marine. Les tarifs, compris entre 100 et 300 euros l’année selon les disciplines, sont plus élevés qu’à l’université mais les étudiants bénéficient de prix réduits pour certaines sections avec la carte Aquipass. La cotisation annuelle à la natation revient par exemple à 160 euros au lieu de 265 euros. Là encore les places sont limitées et partent rapidement alors ne trainez pas.

Bordeaux étudiants club, 14 avenue Jean Babin à Pessac, pré-inscription en ligne.

  • Les piscines municipales

Bordeaux est une des villes françaises les mieux dotées en bassins. Il serait dommage de ne pas en profiter, d’autant que les étudiants y bénéficient d’un tarif réduit à 2,05 euros l’entrée ou à 16,50 euros les dix entrées.

Consultez la liste et les horaires des piscines municipales.

  • Les sites libres d’accès

Les quais sont le lieu de prédilection des joggeurs bordelais avec, pour les plus courageux, la possibilité d’effectuer l’allée rive gauche et le retour rive droite en utilisant le pont de pierre et le pont Chaban. Le parc bordelais et ses 28 hectares sous les arbres sont aussi agréables.

Le parc des sports Saint-Michel, situé sur les quais à hauteur de la Porte de la monnaie, propose un terrain de basket, un terrain de foot, un terrain de beach-volley, un fronton de pelote basque et une aire de glisse pour le hockey sur roller. Ceux qui préfèrent éviter l’affluence peuvent se tourner vers le city-stade du parc aux Angéliques, souvent vide, situé quai des Queyries, rive droite.

Pour les amateurs de glisse, le skate-parc des Chartrons est incontournable.

 

L'entrée de l'Université de Bordeaux I (WS/Rue89 Bordeaux)

L’entrée de l’Université de Bordeaux I (WS/Rue89 Bordeaux)

6 – Rester connecté et informé

Une sélection des comptes à suivre sur les réseaux sociaux pour rester informé de l’actualité de l’université et des nouveaux bons plans :

– L’université de Bordeaux. Présente sur facebook et twitter, l’institution livre des informations sur la vie du campus et met régulièrement en avant des initiatives pour faciliter la vie des étudiants. Avis aux amateurs : elle y annonce aussi régulièrement des distributions gratuites de places pour les matches de l’Union Bordeaux-Bègles.

– Manuel Tunon de Lara. Le grand patron, c’est lui. Sur twitter, le président de l’université tweete les infos du campus et la vie des filières d’enseignement.

– Le Crous de Bordeaux. Sur facebook et twitter le Crous relaie de nombreuses idées de sorties peu coûteuses.

– Tbc. Les comptes twitter des lignes A, B et C et des lignes de bus sont indispensables pour savoir pourquoi vous attendez votre tram depuis déjà vingt minutes. Et pour râler vous pouvez aller sur Tbc fail.

– La fédération Aliénor. La fédé regroupe la plupart des associations étudiantes de Bordeaux. Sur son facebook et son twitter elle annonce les nouveaux bons plans et les soirées étudiantes.

– Les applis utiles. La bonne station, une des applis de Tbc, permet de connaitre la disponibilité des VCub à chaque station en temps réel. La Cub circulation permet d’éviter les bouchons de l’agglomération bordelaise avec l’évolution du trafic en temps réel.La mairie annonce tous les événements à venir sur l’appli Bordeaux Agenda et vous pouvez dégoter des bonnes adresses pour manger, boire ou sortir sur Bordeaux Code.

– S’informer. L’amphi bordelais, bimensuel gratuit disponible sur le campus, traite de l’actualité estudiantine. Comme Radio Campus, sur 88.1, qui propose également près de 90 émissions et chroniques sur des thèmes variés et une programmation musicale éclectique. La newsletter de l’université permet de recevoir toutes les infos utiles directement dans sa boite mail.

Ce guide n’est bien entendu pas exhaustif. Si nous sommes passés à côté de quelque chose, n’hésitez pas à partager vos bons plans dans les commentaires. Bonne rentrée !

L'AUTEUR
Yoann Boffo
Yoann Boffo
Journaliste indépendant.

En BREF

Une femme transgenre violemment agressée à Bordeaux

par La Rédaction. 802 visites. Aucun commentaire pour l'instant.

A Bordeaux, gilets jaunes et syndiqués défilent ensemble contre le chômage et la précarité

par Antoine Cariou. 798 visites. 1 commentaire.

L’élu socialiste Matthieu Rouveyre arrête la politique

par Walid Salem. 1 059 visites. Aucun commentaire pour l'instant.