Enquêtes et actualités gavé locales

Pour les 10 ans de votre média : objectif 2000 abonné⋅es

30/04/2024 date de fin
729 abonné⋅es sur 2 000
Pour ses 10 ans, Rue89 Bordeaux propose un abonnement à 10€/an et vise les 2000 abonné.es

Mérignac contre la privatisation de son aéroport

Alors que l’Etat va vendre à des entreprises chinoises sa majorité au capital de l’aéroport Toulouse-Blagnac, « développer l’attractivité et le rayonnement de l’agglomération bordelaise implique pour les collectivités locales, la CCI ou tout autres acteurs institutionnels de conserver une maîtrise publique du capital de l’aéroport de Mérignac », selon le maire de cette ville, Alain Anziani. …

Cet article est en accès libre. Pour soutenir Rue89Bordeaux, abonnez-vous.

Mérignac contre la privatisation de son aéroport

L'aéroport de Bordeaux-Mérignac (Photo Jonathan/flickr/CC)
L’aéroport de Bordeaux-Mérignac (Photo Jonathan/flickr/CC)

Alors que l’Etat va vendre à des entreprises chinoises sa majorité au capital de l’aéroport Toulouse-Blagnac, « développer l’attractivité et le rayonnement de l’agglomération bordelaise implique pour les collectivités locales, la CCI ou tout autres acteurs institutionnels de conserver une maîtrise publique du capital de l’aéroport de Mérignac », selon le maire de cette ville, Alain Anziani.

« L’aéroport de Bordeaux-Mérignac est le seul, parmi les grands aéroports français potentiellement concernés par une vente des parts de l’Etat, à concilier un usage civil et militaire, souligne le séanteur-maire (PS) dans un communiqué cosigné avec son adjointe, la députée Marie Récalde. La présence en bord de piste de 3000 militaires, du Commandement des Forces Aériennes et d’une usine de Dassault Aviation où sont assemblés les avions Rafale, lui confère une dimension stratégique particulière. (…) Sa place éminente pour la sécurité nationale lui confère une place particulière et limite très fortement l’ouverture qui pourrait être faite à des opérateurs étrangers. »

L’Etat détient actuellement 60% du capital de Bordeaux-Mérignac, les collectivités 15%, la Chambre de commerce et d’industrie de Bordeaux 25%. Alain Anziani n’est pas hostile à une modification du capital, mais seulement au profit d’ « investisseurs étatiques ou institutionnels français, telles que la Caisse Dépôts et Consignations ».

Annonçant leur volonté de « se rapprocher des autres actionnaires locaux afin d’échanger sur le sujet », les élus de Mérignac soulignent que « la bonne santé économique de la Société Aéroportuaire Bordeaux Mérignac, l’augmentation régulière du trafic low cost, la création d’un nouveau bâtiment de 1 000 m² (investissement de 1 700 000 euros) font de l’aéroport de Mérignac un point névralgique du développement économique local ».


#aéroport de Bordeaux-Mérignac

Activez les notifications pour être alerté des nouveaux articles publiés en lien avec ce sujet.

Voir tous les articles

À lire ensuite


En zone de turbulence, l’aéroport de Bordeaux Mérignac se dote d’une vitrine verte
Clash en haut lieu contre le crash de la navette Paris-Bordeaux
Crash test pour les transports de la métropole à Bordeaux Aéroparc

Photo : DR

Plus d'options