Enquêtes et actualités gavé locales

Fêtons ensemble nos 10 ans, abonnement 10€/an : objectif 2000 abonné⋅es

30/04/2024 date de fin
649 abonné⋅es sur 2 000
Pour ses 10 ans, Rue89 Bordeaux propose un abonnement à 10€/an et vise les 2000 abonné.es

Nouveau rassemblement contre le budget de l’Université à Bordeaux 3

Six conseils bloqués en France

Cet article est en accès libre. Pour soutenir Rue89Bordeaux, abonnez-vous.


Une vingtaine d’étudiants se sont rassemblés sur le parvis du campus de Pessac ce vendredi matin. Installés au pied du bâtiment où se tenait le Conseil d’administration (CA), les manifestants n’ont pas bloqué l’entrée – « Pas assez nombreux », déploraient-ils.

A la veille des vacances, ces membres de l’Unef, de Sud et de l’OSB IV n’auront pas pu rééditer réaliser l’opération de mardi dernier, l’annulation du conseil d’administration de l’Université de Bordeaux.

Deux manifestants ont été reçus par les élus du CA dont Eloi Tardy, de l’Unef :

« On a expliqué que la situation n’est pas tenable. Le budget sera à l’équilibre mais les effectifs sont en hausse. On a proposé que le CA envoie un message politique en refusant le budget. »

En vain. Une vingtaine de postes d’enseignants-chercheurs ou de doctorants sont par conséquent gelés. Damien, étudiant en histoire qui siège au CA pour Sud éducation, est désolé :

« Lors du vote, la majorité des mains qui se sont levées ont voté contre ou se sont abstenues. Ceux qui ont voté pour était majoritairement des procurations laissées par des personnes extérieures à la fac et nommées par la présidente. »

C’est, selon lui, la preuve d’un « fonctionnement non démocratique de ces instances ».

Les sections de Sud Education et Sud Recherche ont dénoncé aussi, à cette occasion, les violences de l’Université envers les manifestants ce mardi (visant notamment le « vice-président de la vie scolaire qui frappe un étudiant et le traine par le col » lors d’une empoignade), mais aussi celles dues aux « nouvelles normes de gestion managériale » qui créent, selon elles, « harcèlement, mutation forcée, contrats à durée déterminée à répétition ».

Par ailleurs, en France, les universités de Paris I, de Lorraine, de Versailles Saint-Quentin, de Strasbourg et Paul Sabatier à Toulouse ont dû remettre à plus tard leurs CA sous la pression de manifestations.

Le conseil d’administration de l’Université de Bordeaux a lui été reporté au 8 janvier 2015. Les doutes existent sur la reprise du mouvement à la rentrée de janvier. « Ce n’est pas fini ! » a toutefois promis Damien Fernandes.

 


#Bordeaux 3

Activez les notifications pour être alerté des nouveaux articles publiés en lien avec ce sujet.

Voir tous les articles

À lire ensuite


Les élections départementales annulées dans un canton de Bordeaux malgré le nom d’Alain Juppé
Projets pour Bordeaux 3/4 – Sport : les pistes des candidats en course
Partager
Plus d'options