Un feu d’artifice comme logo pour Bordeaux Métropole
Politique  Société 

Un feu d’artifice comme logo pour Bordeaux Métropole

actualisé le 26/01/2015 à 15h11

Le nouveau logo de Bordeaux Métropole (DR)

Le nouveau logo de Bordeaux Métropole (DR)

La CUB est morte, vive Bordeaux Métropole ! Ce 1er janvier 2015, l’agglomération bordelaise a changé de statut juridique et de logotype par la même occasion. Ce dernier a été imaginé par le célèbre designer Ruedi Baur.

Plus qu’un logo, c’est un véritable « système graphique » qu’a inventé Ruedi Baur, le lauréat du concours lancé par la CUB, associé au studio bordelais Kubik. Le créatif franco-suisse, convaincu que la société actuelle souffre d’une « frénésie communicationnelle » et se noie dans une « soupe de logotypes », s’est efforcé d’inventer un signe graphique auquel chacune des 28 communes de l’agglomération bordelaise pourrait s’identifier tout en voyant clairement représentée son appartenance à la métropole.

Un feu d’artifice mouvant

Exemples de déclinaison selon les communes (DR)

Exemples de déclinaisons selon les communes (Cliquer sur l’image pour l’agrandir)

Le célèbre designer a pris comme point de départ de sa réflexion diverses cartes géographiques de l’agglomération pour arriver à une image épurée sur laquelle ne subsiste plus qu’une représentation de chaque commune sous forme d’un point noir. Ces 28 points sont reliés entre eux par des lignes de couleur qui évoquent visuellement l’explosion d’un feu d’artifice.

L’idée forte du graphiste a été de changer le centre de ce feu d’artifice en fonction de la commune mise en valeur, les lignes partant toutes d’un même point qui diffère selon chaque logo « métropolitain ». Ainsi le logo ayant pour centre Bordeaux n’a pas tout à fait la même forme que celui de Parempuyre, Ambès, Villenave-d’Ornon ou Saint-Médard-en-Jalles.

Cette polycentralité permettra de mettre tour à tour en avant les différentes communes de l’agglomération dans la communication de Bordeaux Métropole en fonction de l’événement annoncé, selon la commune où il se situe. Le logo ayant Bordeaux pour centre n’aura donc pas le monopole dans les documents de l’agglomération.

Encore beaucoup d’incertitudes

Que vont devenir les logos des VCub ou des BatCub, les vélos en libre service et les navettes fluviales de l’agglomération ? Rien ne semble avoir encore été décidé à cet égard, mais il est peu probable que cet héritage de la Communauté urbaine disparaisse. Les différentes communes continueront-elles d’utiliser leur propre logo ou seront-elles contraintes d’y renoncer au profit exclusif de celui imaginé par Ruedi Baur ? Là encore, pas de révolution prévue. Bien que certains de ces logos, ringards, criards, mériteraient sans doute de s’effacer des supports de communication, on peut craindre que certaines communes y soient sentimentalement trop attachées.

Quid des couleurs utilisées pour dessiner les lignes du nouveau signe graphique de Ruedi Baur ? L’idée du designer est d’attribuer à chaque commune une couleur différente et de passer en multicolore pour parler de la métropole – les couleurs étant « descendues en transparence à 50% » ce qui permet de les superposer harmonieusement. Reste à voir si on distinguera vraiment 28 tonalités différentes entre les 28 logos, et si les communes seront toutes satisfaites du code couleur qui leur aura été attribué.

On peut découvrir ce nouvel univers graphique sur la façade de l’Hôtel de Communuauté – ou plutôt de Métropole, désormais – à Mériadeck, où les 28 logotypes vont être projetés toutes les nuits jusqu’au 9 janvier. Une rame de tramway va également circuler jusqu’à la fin du mois habillée aux couleurs du nouveau logo.

Mise à jour du 26 janvier 2015 :

L’idée d’attribuer une couleur différente à chaque commune n’a finalement pas été retenue par la métropole. Tous les logos sont multicolores – composés d’au moins deux coloris distincts.

L'AUTEUR
Anne Chaput
Anne Chaput
Journaliste et animatrice radio, sans télé depuis dix ans pour laisser respirer son cerveau, mais désormais accro à internet.

En BREF

L’édition 2020 du Fifib, chamboulée par la crise, se tient du 14 au 19 octobre

par La Rédaction. 276 visites. Aucun commentaire pour l'instant.

Le conseil d’État n’interdit pas certaines chasses traditionnelles

par Céline Belliard. 3 575 visites. Aucun commentaire pour l'instant.

Khuzama, Syrienne d’Alep, en cuisine au Garage Moderne

par Walid Salem. 760 visites. Aucun commentaire pour l'instant.