Enquêtes et informations de proximité
Enquêtes et informations de proximité
La mouvance « Pegida » fait chou blanc à Bordeaux
Politique 

La mouvance « Pegida » fait chou blanc à Bordeaux

par Aline Chambras.
Publié le 19 janvier 2015.
Imprimé le 30 novembre 2021 à 03:51
11 848 visites. Aucun commentaire pour l'instant.
Les gardes-mobiles quittent la place Pey Berland, le 18 janvier (A.C.).

Les gardes-mobiles quittent la place Pey Berland, le 18 janvier (AC/Rue89 Bordeaux).

A peine une dizaine de personnes se sont réunies dimanche 18 janvier devant la mairie de Bordeaux à l’appel du site parisien ouvertement islamophobe Riposte Laïque et de ses homologues locaux Résistance Républicaine Aquitaine, appelant à manifester « contre l’islamisation ».

Ils étaient cinq fois moins nombreux que les gardes-mobiles venus les encadrer. Et cinq fois moins nombreux qu’escomptés par les organisateurs. Quant aux deux heures de rassemblement prévus, elles n’auront duré finalement que trois petits quarts d’heures. L’appel lancé par Riposte Laïque et repris par Résistance Républicaine Aquitaine appelant à manifester contre l’islamisation est donc resté lettre morte, ou presque, dans la capitale girondine.

Preuve que la tentative d’importer dans la région le mouvement des Patriotes européens contre l’islamisation de l’Occident (en allemand, « Patriotische Europäer gegen die Islamisierung des Abendlandes ») dit Pegida, né à l’automne Outre-Rhin, ne fonctionne pas.

A Libourne, un groupe Pegida créé tout début janvier s’est d’ailleurs soldé par un échec total : apparemment seule une personne aurait osé se montrer au rassemblement organisé dans cette ville le 5 janvier, peut-on lire sur la page facebook de Pegida-Paris. Comme si la haine de l’islam et au-delà le racisme envers les musulmans que distillent tous ces sites internet tenaient surtout d’une paranoïa difficilement rassembleuse.

Sur la page facebook Pegida Sud Ouest, aujourd’hui supprimée et accusée depuis par Résistance Républicaine d’être « la voix des islamistes en France » (sic), on pouvait d’ailleurs lire le 9 janvier cet avertissement : « Pour ceux qui pensaient aller à la manif dimanche, n’y allez surtout pas… différentes sources me préviennent que cela va être un massacre sans précédent ». Le massacre craint n’aura donc pas eu lieu. Parlons plutôt d’un cuisant échec…

Les dirigeants de Riposte Laïque et de Résistance Républicaine semblaient pourtant croire que leur appel à rassemblement du 18 janvier, baptisé sans vergogne et dans un fatras sémantique délirant « Déséquilibrés, égorgeurs, chauffards… Islamistes hors de France », pourrait profiter d’un « effet Charlie ». En effet, s’ils l’avaient lancé, somme toute discrètement, début janvier, ils n’ont pu s’empêcher de monter au créneau dès l’annonce du carnage perpétré dans les locaux de Charlie Hebdo.

Dès 14 heures, le 7 janvier, une page facebook intitulé Rassemblement du 18 janvier était ainsi créée par Riposte Laïque. Très vite, des membres de Pegida Languedoc à Montpellier, des militants de Lucide (Luttons Unis Contre l’Islamisation de l’Europe) à Lyon, le collectif Vigilance Halal à Saint-Martial-le-Vieux dans la Creuse et le groupuscule Résistance Républicaine Aquitaine embrayaient et appelaient à des manifestations locales.

A Paris, le rassemblement a finalement été interdit par la préfecture – une décision confirmée par le tribunal administratif saisi en référé par Riposte Laïque – au motif que « la manifestation projetée n’a pas pour but d’appeler à la condamnation des actes terroristes récents mais s’inscrit clairement dans une logique islamophobe » et que « des affrontements sont susceptibles d’intervenir avec les personnes qui ont fait part de leur intention de s’opposer à la manifestation ; que les forces de police sont mobilisées dans le cadre du plan Vigipirate et que leur action ne peut être détournée de l’objectif prioritaire qu’elles poursuivent, qui est de prévenir de nouveaux attentats ».

A Bordeaux, la préfecture de Gironde a préféré laisser faire. Peut-être en partie parce que les organisateurs, membres de la ténébreuse association Résistance Républicaine Aquitaine avaient choisi d’avancer masqués en demandant une autorisation pour un rassemblement intitulé « Appel pour la liberté d’expression ».

Article actualisé le 19/01/2015 à 12h24
L'AUTEUR
Aline Chambras
Aline Chambras
Journaliste indépendante et réalisatrice sonore.

En BREF

Le port du masque à l’école redevient obligatoire dans toute la Nouvelle-Aquitaine

par La Rédaction. 506 visites. Aucun commentaire pour l'instant.

140 événements pour l’égalité et la diversité à Bordeaux Métropole

par Victoria Berthet. 472 visites. Aucun commentaire pour l'instant.

L’exercice d’évacuation près de la centrale nucléaire du Blayais, « une mauvaise plaisanterie »

par La Rédaction. 982 visites. 2 commentaires.
×