Enquêtes et informations de proximité
Enquêtes et informations de proximité
Brèves 

Départementales : Sarkozy pique la stratégie de Juppé « pour 48h »

par Xavier Ridon.
Publié le 30 mars 2015.
Imprimé le 21 octobre 2021 à 17:03
2 444 visites. 1 commentaire.
Alain Juppé a notamment salué la campagne d'Yves d'Amécourt. (Xavier Ridon/Rue89 Bordeaux)

Alain Juppé a notamment salué la campagne d’Yves d’Amécourt. (Xavier Ridon/Rue89 Bordeaux)

L’analyse d’Alain Juppé au lendemain du second tour des élections départementales est sans ambages :

« C’est une déconfiture sévère du Parti socialiste, du gouvernement et du premier ministre. Je l’ai entendu hier soir dressé lui-même une sorte d’auto-réquisitoire de sa politique en expliquant que le chômage continuait à monter, que la vie était chère et que la croissance n’était pas au rendez-vous. Néanmoins, il persiste et il signe. »

Le maire de Bordeaux souligne en conférence de presse qu’ « il n’y a pas réellement de vague Bleu Marine » et ajoute que le parti d’extrême-droite « continue son enracinement local ».

Nicolas Sarkozy, « l’artisan de la victoire »

Pour l’ancien premier ministre, les résultats de la droite à ces élections sont une « belle victoire » qu’il attribue aux campagnes des candidats, à l’unité du mouvement géré par Nicolas Sarkozy (« l’artisan de la victoire », « un formidable chef de guerre ») et à la stratégie d’union de l’UMP, de l’UDI et du Modem (« qui m’avait valu quelques turbulences ») qui a marché selon lui s’appuyant sur les résultats obtenus dans le Nord, la Savoie, la Haute-Garonne, les Landes.

Nicolas Sarkozy récupère-t-il alors la stratégie d’union développée par Alain Juppé ?

« Pour 48h. C’est en général le temps de mémoire des médias » s’amuse-t-il.

Le maire de Bordeaux, Alain Juppé décrit Nicolas Sarkozy comme un "formidable chef de guerre". (Xavier Ridon/Rue89 Bordeaux)

Le maire de Bordeaux, Alain Juppé décrit Nicolas Sarkozy comme un « formidable chef de guerre ». (XR/Rue89 Bordeaux)

En Gironde, la majorité reste à gauche mais pas question de parler d’un échec sur ses propres terres :

« Nous gagnons des cantons. Nous passons de 13 sièges à 20. »

Mais l’un de ses fidèles lieutenants, Yves D’Amécourt a perdu son siège dans le Réolais et les Bastides du fait « d’un redécoupage électoral qui s’approchait plutôt d’un charcutage avec un immense canton de 90 communes qui avaient été taillé sur mesure pour le faire battre » selon Alain Juppé qui salue la « campagne très énergique » du maire de Sauveterre-de-Guyenne.

Les élus départementaux de l’union de la droite ont d’ailleurs choisi leur nouveau chef de file : Jacques Breillat, maire de Castillon-la-Bataille, conduira l’opposition au conseil général.

« Mon pays va au-delà des limites de la Gironde »

Sur Bordeaux, Alain Juppé écarte tout échec et va même plus loin alors que la gauche a remporté trois des cinq cantons de la ville :

« A Bordeaux, la droite et le centre sont majoritaires en voix… assez largement même si on met de côtés les voix du Front National. »

Il ajoute que le nombre de sièges restent stationnaire en son fief : « Nous étions 3 sur 8. Nous sommes 4 sur 10. » Par ailleurs, ces résultats locaux qui ne sont pas en sa faveur sont vite balayés :

« Mon pays va un peu au-delà des limites de la Gironde, à commencer par la Grande Région. On a gagné cinq départements. On en a 7 contre 5 à gauche. »

Sur les trois régions Aquitaine, Limousin et Poitou-Charentes, la droite et le centre remportent en effet les Pyrénées-Atlantiques, la Charente, les Deux-Sèvres, la Creuse et la Corrèze. Une réunion est à venir en avril, afin de désigner les responsables de la campagne pour la présidence de cette Grande Région, dont l’élection est prévue fin 2015.

L'AUTEUR
Xavier Ridon
Xavier Ridon
Rémois, devenu journaliste à Tours, installé à Bordeaux. Bref, file vers le Sud avec un micro et un stylo.

En BREF

Les Vins de Bordeaux menacent d’entraver PestiRiv, l’étude sur les effets des pesticides

par Simon Barthélémy. 668 visites. 1 commentaire.

Une multinationale subventionnée par la Région Nouvelle-Aquitaine dans le viseur des « Pandora Papers »

par Simon Barthélémy. 1 448 visites. 1 commentaire.

Bordeaux Ensemble demande des éclaircissements sur un conflit d’intérêts concernant une élue de la majorité

par Victoria Berthet. 1 176 visites. Aucun commentaire pour l'instant.
×