Enquêtes et actualités gavé locales


Régionales : Virginie Calmels investie le 7 mai, selon Alain Juppé

« Nicolas Sarkozy soutient Virginie Calmels », affirme Alain Juppé, selon qui son adjointe à la mairie de Bordeaux sera désignée candidate à la présidence de la grande région Aquitaine-Limousin-Poitou-Charentes. Sans doute lors de la prochaine commission nationale d’investiture (CNI), qui se tiendra le 7 mai prochain à Paris, et où seront présents l’intéressée, comme son supporter …

Cet article est en accès libre. Pour soutenir Rue89Bordeaux, abonnez-vous.


« Nicolas Sarkozy soutient Virginie Calmels », affirme Alain Juppé, selon qui son adjointe à la mairie de Bordeaux sera désignée candidate à la présidence de la grande région Aquitaine-Limousin-Poitou-Charentes. Sans doute lors de la prochaine commission nationale d’investiture (CNI), qui se tiendra le 7 mai prochain à Paris, et où seront présents l’intéressée, comme son supporter N°1, l’ancien Premier ministre.

La candidature de l’ex patronne de la société audiovisuelle Endemol, a fait tousser certains ténors de l’UMP, le député Henri Guaino la qualifiant même de « Loana » issue de la téléréalité. D’autres, tels Jean-François Copé ou Michèle Alliot-Marie, ont critiqué le fait que Virginie Calmels ne soit pas encartée au parti gaulliste.

L’appui de Nicolas Sarkozy, qui s’ajoute à celui des grands élus régionaux de l’UMP, met donc fin à ce psychodrame, qui avait vu la CNI du 16 avril dernier être repoussée pour éviter une invalidation. Un conflit qu’Alain Juppé a tenu ce lundi à minimiser :

« La candidature de Virginie Calmels a été mieux accueillie par mes amis que celle de Vincent Feltesse (à une position éligible aux élections régionales, NDLR) par les siens ».


#Alain Juppé

Activez les notifications pour être alerté des nouveaux articles publiés en lien avec ce sujet.

Voir tous les articles

À lire ensuite


L’œuvre d’art que Pierre Hurmic trouve « particulièrement laide » n’était pas prévue place de la Victoire
Législatives : toujours orpheline de Juppé, la droite girondine déboussolée
Plus d'options