Enquêtes et informations de proximité
Enquêtes et informations de proximité
Bordeaux : PS contre Juppé, saison 2
Politique 

Bordeaux : PS contre Juppé, saison 2

par Simon Barthélémy.
Publié le 11 septembre 2015.
Imprimé le 19 janvier 2022 à 20:59
9 838 visites. 4 commentaires.
Alain Juppé et Vincent Feltesse en 2014 (Anne Chaput/Rue89 Bordeaux)

Alain Juppé et Vincent Feltesse en 2014 (Anne Chaput/Rue89 Bordeaux)

C’est la rentrée, et pour leur deuxième année de mandat, les élus socialistes au conseil municipal de Bordeaux attaquent la municipalité sur plusieurs dossiers : logement, mobilité, équipements de proximité. Echanges à distance avec l’équipe d’Alain Juppé.

« Montrer qu’il y a une véritable alternative à gauche à Bordeaux », c’est selon Vincent Feltesse l’ambition d’une « feuille de route pour l’année 2015-2016 », exposée ce jeudi par le groupe socialiste au conseil municipal.

Se plaçant « dans une posture de lanceur d’alerte sur ce qui relève de la gestion des crédits publics », selon l’ancien président de la Cub, les 5 élus de l’opposition PS ont surtout insisté sur trois grands dossiers : le logement, la mobilité et les équipements de proximité. Quelques jours après la conférence de presse d’Alain Juppé, on refait le match à distance avec la municipalité.

1 – Logement : un « carton jaune »

« Les prix des loyers sont en train de baisser en France, et Bordeaux est une exception au niveau national », affirme Vincent Feltesse.

C’est presque exact, puisque Bordeaux est l’une des 3 villes de plus de 148000 habitants où les loyers augmentent plus vite que l’inflation, alors qu’ils baissent dans les 17 autres.

Alain Juppé met en avant « un marché immobilier dynamique, où la demande est toujours forte ». Pour calmer le jeu, le maire de Bordeaux a fait valoir, lors de sa conférence de presse lundi, que « 55% des logements réalisés sur la ville sont locatifs sociaux ou en accession modérée à la propriété ».

Ghettos

Insuffisant pour les socialistes, qui déplorent « le manque de volonté politique » : « dans une situation plus contrainte », selon eux, Paris est passé en deux mandats de 10% à 20% de logements sociaux, quand Bordeaux gagnait un point sur la même période.

« En mettant à 60% le curseur de logements sociaux dans les nouvelles opérations, on ne va pas recréer des ghettos, sachant que 80% bordelais sont potentiellement éligibles au logement social », estime Matthieu Rouveyre.

Pour Michèle Delaunay, davantage de logements sociaux répondraient à « l’inadéquation complète entre l’offre et la demande » :

« Les prix des promoteurs ne correspondent pas aux moyens des Bordelais. Aux Bassins à flot, le prix au m2 se situe entre 3200 euros et 5200 euros alors même qu’un bien vendu à 3700 euros le m2 revient entre 2000 et 2200 euros du m2 au promoteur (construction, charge foncière et frais de commercialisation) ».

Du monde au balcon

La députée de Gironde déplore que ces derniers « se livrent à la spéculation immobilière, à la recherche de profits rapides, et cela au détriment de la qualité et de l’esthétique ».

L’exemple venant immédiatement à l’esprit des socialistes, c’est évidemment l’épisode du balcon de Ginko, illustration selon eux des « nombreuses malfaçons » conséquence d’un urbanisme galopant. Interrogé lundi dernier sur cet accident, Alain Juppé a défendu les promoteurs et invité à ne pas « caricaturer la situation » sur la qualité des logements :

« Un balcon s’effondre et des esprits imaginatifs me demandent de suspendre toute construction, a déclaré le maire de Bordeaux lors de sa conférence de presse de rentrée. Une expertise est en cours pour connaître les raisons exactes, probablement liées à une défaillance dans les armatures métallique. Mais aucune anomalie n’a été détectée dans tous les autres balcons du même immeuble. »

Michèle Delaunay évoque aussi la dégradation rapide de la Résidence Arc en Ciel au Grand Parc, construite en 2010, dont plusieurs lames de vitrage colorées se sont décrochées sans être réparées. Elle cite également le Parc Richelieu – livré en 2007, et édifiés contre l’avis des Bâtiments de France – où  » très vite, les habitants se sont plaints de très gros problèmes d’entretien et de sécurité », et où nombre des 410 logements sont « délaissés par leurs propriétaires » et vacants.

2 – La mobilité dans la zone rouge ?

« On a beau avoir amélioré les choses en matière de transport collectif, créé des trams et des bus à haut niveau de service, la part modale de la voiture ne bouge pratiquement pas », note Vincent Feltesse.

Un bilan que l’ancien président de la communauté urbaine de Bordeaux partage certes avec son successeur, avec des conséquences sur les émissions de CO2 de la métropole, et la thrombose du trafic, en particulier sur la rocade.

Or Bordeaux pourrait mieux faire, selon le conseiller municipal PS Nicolas Guenro. Il formule un grief contre la politique de stationnement, « incompatible avec le développement des transports doux » :

« Si on veut créer des pistes cyclables ou des couloirs de bus, il va falloir enlever des places de parking sur la voirie. Or la politique de stationnement résidentiel payant (qui doit être étendu à l’ensemble du centre intra-boulevard, NDLR) les institutionnalise. On est bien sûr favorable au fait de ne pas attirer des voitures en ville, mais le système d’un macaron par foyer (donnant droit à un tarif préférentiel de 15 euros par mois pour les résidents, NDLR) est socialement inéquitable, ne tenant pas compte du quotient familial ou du lieu de travail. Cela favorise ceux qui ont la chance d’avoir un garage et peuvent faire profiter leur deuxième voiture d’un macaron et la laisser dans la rue, aux détriment des ménages obligés d’avoir deux voitures car ils travaillent tous deux à l’extérieur. »

Des macarons chez les cannelés

Interrogé par Rue89 Bordeaux, le directeur de la police municipale, Nicolas Andreotti répond que la ville continue à supprimer des places, notamment lorsqu’elle installe des stations Vcub ou Bluecub :

« Ce n’est peut être pas fait assez rapidement par la métropole, dont c’est la compétence, mais on ne peut pas dire aujourd’hui que nous sommes dans la paralysie. Chaque semaine, chaque mois on aménage des pistes cyclables, dernièrement rue Georges-Bonnac, qui a été complètement réhabilitée. »

Alain Juppé a pour sa part écarté toute idée d’accorder un deuxième macaron par foyer, « sauf cas exceptionnel, lorsqu’il y a des personnes handicapées ou que les deux conjoints travaillent loin. Deux macarons par foyer, cela veut dire qu’il y a deux fois moins de places disponibles, et on ne veut pas inciter les Bordelais à avoir 2, 3 ou pourquoi pas 4 voitures ».

« On n’a jamais dit qu’on veut pas de véhicule à Bordeaux mais qu’on voulait limiter leur nombre par foyer, poursuit Nicolas Andreotti. Dans l’hyper centre où l’accès est contrôlé, on est passé à 0,8 véhicule par foyer, et plus on se rapproche des boulevards plus on se rapproche des 1,8 véhicule. Nous voulons diminuer ce ration de motorisation, tout en développant les parkings. »

Pour Nicolas Guenro, la création de places en dehors de la voirie (en silos, ou souterrains) ne va pas assez vite, les « dents creuses » de la ville qui auraient permis de créer des petits parkings de proximité étant souvent construites pour des logements.

Et il souligne que les Bordelais ne bénéficient pas encore de la tarification au quart d’heure dans les parkings en ouvrage, prévue par la loi Hamon pour rendre du pouvoir d’achat aux Français…

Un plan de covoiturage

Mais comment faire lâcher leur voiture aux Bordelais ? Selon l’élu socialiste, également directeur du service d’autopartage Citiz, « il est temps de lancer un plan de covoiturage ambitieux pour passer de 1,2 passager par voiture en moyenne actuellement à 2 personnes, ce qui permettrait de réduire le trafic de 40 %. Cela coutera moins cher que de nouvelles lignes de tramway ».

L’opposition propose de réunir tous les acteurs industriels et institutionnels, notamment les concepteurs de Gertrude (surveillance et régulation du trafic) et Greeline (plateforme permettant de gérer la multimodalité – bus, tramway, vélo en libre-service, le covoiturage et l’auto-partage). Et de leur laisser tester des solutions sur un ou deux ans.

3 – La proximité délaissée ?

« Le prix des équipements de prestige dérape de façon systématique au détriment des équipements de proximité », tacle Vincent Feltesse.

Dans le viseur du PS, toujours la Cité des civilisations du vin, dont le surcoût pour la Ville est estimé à 24 millions d’euros (62,5 millions au total, contre 38,5 millions de coût prévisionnel initial), ou encore le Palais des Sports, dont le prix de la rénovation est passé de 3 à 5,6 millions d’euros (sa réouverture est prévue fin novembre).

Pour la conseillère municipale Emmanuelle Ajon, ce sont les écoles primaires, les gymnases, les piscines (comme Galin, qui ne rouvrira pas avant 2019)… qui payent la facture pour « une ville laboratoire à vocation présidentielle ».

Le groupe socialiste élabore actuellement une carte interactive des projets en retard ou abandonnés, que les Bordelais sont invités à enrichir. Matthieu Rouveyre donne l’exemple du gymnase Victor-Hugo, dont la livraison, prévue avant 2015, a pris deux ans de retard, celui du gymnase Barbey, « dans une situation dramatique », ou encore « l’abandon des travaux sur le gymnase d’Armagnac », un équipement inondé à Belcier.

Autant de situations qui pousserait les jeunes bordelais à devoir s’inscrire dans les clubs des communes voisines (Bègles, Mérignac…), poursuit le vice-président du conseil départemental de Gironde.

Jointe par Rue89 Bordeaux, l’adjointe aux sports Arielle Piazza assure n’avoir pas eu vent de telles complications de la part des présidents de clubs, qui parviennent à se répartir les adhérents.

« En comparaison avec d’autres villes, on est bien », estime-t-elle, citant par exemple l’ouverture récente du gymnase Virginia à Caudéran, ou le projet d’un nouvel équipement à Ginko, qui sera dotée d’un mur d’escalade (mais pas sur balcon). D’ici sa livraison, il va au moins y avoir du sport au conseil municipal.

L'AUTEUR
Simon Barthélémy
Simon Barthélémy
Journaliste, cofondateur de Rue89 Bordeaux

En BREF

Eric Zemmour condamné pour provocation à la haine raciale, une « victoire pour la démocratie »

par La Rédaction. 278 visites. Aucun commentaire pour l'instant.

Bordeaux : préavis de grève à l’hôpital Haut-Lévêque

par Victoria Berthet. 1 808 visites. Aucun commentaire pour l'instant.

Les 125 féminicides de 2021 affichés sur le monument aux Girondins

par La Rédaction. 598 visites. Aucun commentaire pour l'instant.
×