Enquêtes et actualités gavé locales


Euro 2016 : crèches, fan zone et vidéo

Le conseil municipal de Bordeaux a débloqué ce lundi des fonds pour les animations prévues pendant l’Euro 2016, mais aussi pour sécuriser la « fan zone » des Quinconces à l’aide de caméras de vidéo-surveillance.

Cet article est en accès libre. Pour soutenir Rue89Bordeaux, abonnez-vous.

Euro 2016 : crèches, fan zone et vidéo

Ecran géant sur la place des Quinconces en 2009, lors du titre de champion de France des Girondins (Photo clodius maximus/flickr/CC)
Pour l’Euro 2016, l’écran géant sur la place des Quinconces sera deux fois plus grand que celui installé en 2009, lors du titre de champion de France des Girondins (Photo clodius maximus/flickr/CC)

Bordeaux Métropole va consacrer 500000 euros pour l’animation pendant l’Euro 2016, avec 85 dossiers retenus dans le cadre d’un appel à projet. Ce lundi, le conseil municipal a voté le financement pour 22000 euros de trois projets bordelais : le Forum de la Petite Enfance (qui s’est déroulé le 23 janvier) Euro’crèche 2016 (dans les 30 crèches municipales, « développement de la connaissance du monde autour de l’approche culturelle des pays participant » à la compétition), et Ballon d’Art (ballon géant réalisé par des seniors pour l’exposition Art Mature).

Ces projets se sont attirés les sarcasmes de l’opposition. Pourfendeur du « foot business », l’écologiste Pierre Hurmic a notamment souligné que l’évènement organisé par l’UEFA, la fédération européenne de foot, est « la voie la plus délétère et faisandée pour relayer les valeurs d’entraide et de solidarité.

« Je suis étonnée que les miettes laissées par l’UEFA sponsorise le Forum Petit Enfance, qui existe depuis plusieurs années, a noté la socialiste Emmanuelle Ajon. Les professeurs n’ont pas attendu l’Euro pour emmener les enfants à la pratique sportive. A quand une crèche Matmut Atlantique ? »

2 millions d’euros pour la métropole

En fait, les « miettes » – 20 millions accordés aux villes hôtes de l’Euro par l’UEFA, alors que son bénéfice devrait dépasser le milliard d’euro – ne serviront pas qu’à des projets de ce tonneau, ou encore à l’organisation de la « Bordeaux Métropole Cup » par l’Union Saint-Bruno, subventionnée à hauteur de 32000 euros. Sur les 2 millions d’euros destinés à Bordeaux Métropole, la moitié va à la ville centre, au titre du portage du projet et de la mise à disposition de la place des Quinconces pour la « fan zone » (qui pourra accueillir 62000 personnes).

La Ville de Bordeaux a prévu d’utiliser cet argent pour installer une pelouse synthétique au stade Galin. Les autres communes de la métropole lanceront un nouvel appel à projet pour financer la création de 10 « city stades ».

Mais la mairie devra peut-être taper dans cette caisse pour financer les dispositifs de sécurité pendant l’évènement, et prévenir en particulier les risques d’attentat. Ce lundi, le conseil municipal a ainsi voté l’installation de 4 caméras de vidéo-surveillance sur la place des  Quinconces, afin de répondre aux prescriptions du ministère de l’Intérieur sur la sécurisation des « fans zones ». Coût de l’opération : 84912,97 euros HT. Soit plus de 100000 euros TTC, qui ne sera financé par l’État qu’à hauteur de 40% maximum.

Cette répartition des coûts est dénoncée par l’opposition. Pierre Hurmic estime par exemple que « le gouvernement devrait assumer la charge du pouvoir régalien, a fortiori en période d’état d’urgence ». Mais aussi que l’UEFA devrait mettre davantage la main à la poche.

Alain Juppé a répondu avoir obtenu un « accord de principe » des instances du football européen, sans savoir encore quelle serait la hauteur de son engagement financier. La Ville payera quant à elle au moins 30% de cet investissement, qui rester sur la place après l’Euro.


#Alain Juppé

Activez les notifications pour être alerté des nouveaux articles publiés en lien avec ce sujet.

Voir tous les articles

À lire ensuite


L’œuvre d’art que Pierre Hurmic trouve « particulièrement laide » n’était pas prévue place de la Victoire
Législatives : toujours orpheline de Juppé, la droite girondine déboussolée
Plus d'options