Les écologistes veulent « renouveler la démocratie locale » à Bordeaux
Politique 

Les écologistes veulent « renouveler la démocratie locale » à Bordeaux

Les conseillers municipaux EELV Delphine Jamet et Pierre Hurmic (DR)

Les conseillers municipaux EELV Delphine Jamet et Pierre Hurmic (DR)

Les conseillers municipaux EELV (Europe écologie-Les Verts), Delphine Jamet et Pierre Hurmic, ont présenté ce jeudi 12 propositions pour « renouveler la démocratie locale à Bordeaux », qu’ils remettront au maire, Alain Juppé.

« La vie publique est marquée par une double évolution apparemment paradoxale, estime Pierre Hurmic. D’un côté la montée de l’abstention lors des élections, avec par exemple 25% de participation à Nantes lors d’une récente élection législative partielle, et de l’autre la volonté de plus en plus exprimée par les citoyens à vouloir participer à la vie de la cité. On ne peut pas se contenter d’une démocratie intermittente ».

Pour Delphine Jamet, l’écho rencontré par Nuit Debout démontre qu’il y a « du potentiel, que les gens veulent débattre et s’impliquer dans le collectif. Il est important que la mairie le prenne en compte ».

Les deux élus d’opposition se félicitent qu’Alain Juppé leur ait « partiellement donné raison » en désignant par tirage au sort la moitié des 40 conseillers de quartier. Ils proposent d’aller plus loin, en tirant au sort le nom de tous les conseillers, répartis en trois collèges (sur liste électorale, après appel à candidature, parmi les forces vives du quartier). Surtout, ils souhaitent que ces conseillers, dont le rôle est actuellement seulement consultatif, « soient dotés d’un véritable pouvoir décisionnaire », et élisent leur président.

Un budget participatif de 4,3 millions

S’inspirant d’exemples qui selon eux fonctionnent très bien à Paris, Grenoble ou Rennes,  les conseillers municipaux écolos détaillent certaines revendications qu’ils poussent depuis quelques années, comme des budgets participatifs par quartiers.  Cela permettrait selon eux aux Bordelais « de faire des propositions concrètes d’équipements dans le cadre d’une enveloppe dédiée », qui pourrait par exemple représenter 5% du budget d’investissement de la ville, soit 4,3 millions d’euros (sur 85,5 millions en 2016). Les projets seraient choisis par votation citoyenne.

Les écologistes estiment que les actuels FIC et FIL (fonds d’intérêt communal et fonds d’intervention local) sont « anecdotiques, complètement arbitraires, et en finançant directement des associations, favorisent le clientélisme ». Ils suggèrent que les citoyens soient préalablement concertés, et non seulement consultés, sur tous les grands projets municipaux.

Par ailleurs, EELV demande que les citoyens puissent « interpeller le conseil municipal » : une pétition signée par 1% des Bordelais de plus de 16 ans (soir environ 2150 personnes) pourrait imposer d’aborder un sujet en conseil municipal. Les écologistes demandent en outre que la Ville adopte le référendum d’initiative locale, prévu par la loi.

Enfin, les deux élus proposent de « libérer l’open data », via un portail comportant des données sur les fonctions et activités des élus, sur les subventions accordées aux associations ou sur les marchés publics… Ils notent qu’aucun jeu de données n’a été publié sur le site http://opendata.bordeaux.fr depuis le 22 juin 2015, et que ce site ne comporte que 66 jeunes de données, contre 128 à Toulouse, par exemple.

L'AUTEUR
Simon Barthélémy
Simon Barthélémy
Journaliste, rédacteur en chef de Rue89 Bordeaux

En BREF

Le bordelais Christophe Hutin choisi pour représenter la France à la Biennale d’architecture de Venise

par Walid Salem. 878 visites. Aucun commentaire pour l'instant.

Pierre Hurmic, candidat de l’urgence climatique à la mairie de Bordeaux

par Simon Barthélémy. 1 206 visites. Aucun commentaire pour l'instant.

Chérot, le projet du métro à Bordeaux tombe à l’eau

par Walid Salem. 1 039 visites. 7 commentaires.