Enquêtes et actualités gavé locales

Pour les 10 ans de votre média : objectif 2000 abonné⋅es

30/04/2024 date de fin
729 abonné⋅es sur 2 000
Pour ses 10 ans, Rue89 Bordeaux propose un abonnement à 10€/an et vise les 2000 abonné.es

Le directeur de cabinet d’Alain Juppé renvoyé en correctionnelle

Une vieille affaire de « frais de bouche » chatouille les narines de l’actuel directeur de cabinet d’Alain Juppé. Ludovic Martinez était de 2001 à 2007 le dir’cab du président UMP du conseil départemental du Lot-et-Garonne de l’époque, Michel Diefenbacher. Les deux hommes sont renvoyés devant le tribunal correctionnel d’Agen, comme l’indiquait dès lundi Sud Ouest dans …

Cet article est en accès libre. Pour soutenir Rue89Bordeaux, abonnez-vous.

Le directeur de cabinet d’Alain Juppé renvoyé en correctionnelle

Une vieille affaire de « frais de bouche » chatouille les narines de l’actuel directeur de cabinet d’Alain Juppé. Ludovic Martinez était de 2001 à 2007 le dir’cab du président UMP du conseil départemental du Lot-et-Garonne de l’époque, Michel Diefenbacher.

Les deux hommes sont renvoyés devant le tribunal correctionnel d’Agen, comme l’indiquait dès lundi Sud Ouest dans son édition papier, completé ce mercredi par l’Agence France Presse.

« Une affaire bizarre »

De 2005 à 2007, le conseil départemental aurait favorisé un traiteur. A quel prix ? Entre 200000 et 300000 euros. C’est succédant à Michel Diefenbacher que le PS Pierre Camani a choisi de déposer plainte. Ce dernier met en cause un manquement à la procédure des appels d’offres sur ces frais.

Ludovic Martinez ne compte pas porter le chapeau de l'affaire des frais du bouche du Lot-et-Garonne ? (Xavier Ridon/Rue89 Bordeaux)
Ludovic Martinez va-t-il porter le chapeau pour les frais du bouche du Lot-et-Garonne ? (Xavier Ridon/Rue89 Bordeaux)

Le dir’cab d’Alain Juppé ne gobe en rien ces accusations et s’est dit « très serein » à l’AFP :

« C’est une affaire bizarre. Il n’y a eu ni enrichissement personnel, ni fausse facture, ni préjudice pour la collectivité. Cette affaire n’est pas de notre responsabilité, mais de celle de l’administration »

En 2014, les deux hommes avaient été mis en examen pour « octroi d’un avantage injustifié par une personne dépositaire de l’autorité publique ».

Ludovic Martinez tenait alors des propos similaires à France Bleu Gironde, invoquant des raisons politiques à cette affaire et rejetant les responsabilités sur l’administration (« un directeur de cabinet ça fait de la politique, ça ne fait pas de l’intendance. ») La date du procès n’est pas encore connue, indique l’AFP.


#Alain Juppé

Activez les notifications pour être alerté des nouveaux articles publiés en lien avec ce sujet.

Voir tous les articles

Autres mots-clés :

À lire ensuite


L’œuvre d’art que Pierre Hurmic trouve « particulièrement laide » n’était pas prévue place de la Victoire
Législatives : toujours orpheline de Juppé, la droite girondine déboussolée
Plus d'options