Contraint de s’excuser, Alain Juppé se gamelle sur une maraude
Vigie 

Contraint de s’excuser, Alain Juppé se gamelle sur une maraude

actualisé le 30/05/2017 à 11h40 : Modification du post Facebook de la Gamme Bordelaise

[A lire sur mediapart.fr] C’est une distribution de repas qui n’a pas tourné comme prévu. Le collectif de la Gamelle Bordelaise vient régulièrement en aide aux plus démunis de la ville et notamment ce mercredi 17 mai place Saint-Christoly à Bordeaux. Une bénévole raconte à Laurent Perpigna, « journaliste en voie de développement » :

« Nous avons aperçu M. Alain Juppé. A notre grande surprise, il est venu vers nous pour nous parler. »

Pas venu pour les féliciter, le maire de Bordeaux choisit le sermon et les traite d’ « inconscientes » favorisant « l’assistanat » selon Sarah, bénévole et lycéenne : « Il était très énervé. »

Entouré de deux adjoints, l’homme droit dans ses bottes parle de « troubles à l’ordre public ». En fait, Sanaa explique :

« Il arrive parfois qu’entre cinq et six personnes viennent à nous, l’espace d’une poignée de secondes. »

Joint par Laurent Perpignan, le directeur de cabinet du maire Ludovic Martinez plaide le « malentendu » :

« On a beaucoup de problèmes à Bordeaux, à cause d’une recrudescence de marginaux. Beaucoup sont en errance avec des chiens, et beaucoup de bordelais s’en plaignent. (…) Ces jeunes qui distribuaient des repas et que nous avons rencontré étaient pétris de bonnes intentions. Il y a eu un malentendu. Ni moi, ni monsieur le maire n’avons de jugements moraux là-dessus. »

Pas convaincus, les opposants à la politique municipale (Stéphane Lhomme, Mathieu Rouveyre, association Droit au logement) en rajoutent une louche et tirent à boulets rouges sur des choix anti-sociaux de la mairie.

Le responsable du collectif promettait à Laurent Perpigna : « Si ils s’excusent, nous l’accepterons, car pardonner fait partie de nos valeurs. » Si jeudi soir sa page Facebook, le collectif semblait avoir été entendu :

« Nous remercions le maire d’être revenu sur ses positions. »

Il a depuis rajouté à son message initiale : « nous acceptons ses excuses si toutefois elles existent. »

A lire sur mediapart.fr

L'AUTEUR
Xavier Ridon
Xavier Ridon
Rémois, devenu journaliste à Tours, installé à Bordeaux. Bref, file vers le Sud avec un micro et un stylo.

En BREF

Bordeaux accueille aussi un match de supporters pour les demi-finales du Top 14

par Lucile Bonnin. 732 visites. Aucun commentaire pour l'instant.

Fabien Robert et Aziz Skalli relaxés après la plainte pour diffamation de Robert Ménard

par Walid Salem. 448 visites. Aucun commentaire pour l'instant.

Relaxe pour Segundo Cimbron, le maire Gilet jaune accusé de provocation

par La Rédaction. 1 166 visites. Aucun commentaire pour l'instant.